Harkis, un passé qui ne passe pas (Katia Khemache)

Parution du livre au printemps 2018 –  Ce livre s’inscrit dans le prolongement des travaux universitaires qui portaient sur les arrivées des anciens supplétifs en France dans les années 1960, et sur une révolte menée en 1975 par une frange de la seconde génération.

Harki serait devenu en France une caractéristique héréditaire. De supplétif, le Harki est passé au stade de citoyen français entraînant dans son sillage toute sa descendance.

Défi de taille à relever pour une administration postcoloniale.

Au fil des décennies, l’attitude des pouvoirs publics français et les réactions qu’elle a pu susciter expliquent l’existence d’une identité harkie de France.

Loin d’être linéaire, cette construction identitaire conduit le lecteur vers le mouvement contestataire et vers les politiques mises en oeuvre dont l’objectif a été inlassablement de donner satisfaction aux plus bruyants des insurgés.

D’un problème politique, les autorités françaises ont dû faire face aux lendemains de l’indépendance algérienne, à un fait de société d’un nouveau genre. Phénomène sociétal inédit qui ne tarde pas à questionner profondément l’unité collective républicaine.

Docteure en histoire et professeure d’histoire-géographie en Gironde, l’auteure Katia Khemache a adapté une partie de sa thèse sur La relation entre les pouvoirs publics français et la population harkie lot-et-garonnaise de 1962 à nos jours : Regards sur des pratiques administratives postcoloniales, pour le présent ouvrage.

Editions Cairn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *