(Maîtrise) Farid Mebarki, Bonne Nouvelle 1938-1948

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 1999, 135 pages et annexes.

Ce mémoire contribue à combler les lacunes que constatait Michelle Perrot sur notre connaissance des prisons de l’Occupation. Elle n’avait pas connaissance des travaux de Pierre Pédron et de Corinne Jaladieu, ceux plus récents de Christian Carlier qui offrent de précieux jalons sur cette période sombre. L’auteur privilégie une approche qualitative, tente de cerner la vie quotidienne de cette maison d’arrêt et de correction rouennaise qui dut laisser une part de ses bâtiments à l’aménagement d’un quartier allemand, et, à la Libération, à la création d’une axxexe du camp d’internement d’épurés suspects de Join Lambert. Il s’appuie sur une maîtrise antérieure de Géraldine Feugère qui avait offert une approche quantitative des détenus emprisonnés à partir de l’analyse des registres d’écrous. Nous sommes en présence de la chronique d’une faillite, celle de l’Administration pénitentiaire, au récit d’une ère de grande misère, faite de promiscuité, de ravitaillement insuffisant malgré les œuvres caricatives autorisées à venir au secours des détenus, une ère de froid pénitentiaire, de dégradation et de maladies. Le mémoire débute par une présentation de cet établissement pourvu de dortoirs et de cellules durant les années trente. il évoque la détérioration des conditions de détention durant la drôle de guerre à la suite d’une inflation des incarcérations plus ou moins en relation avec le conflit (incarcérations de communistes). Des restrictions alimentaires et en matière de chauffage durcissent les conditions d’emprisonnement. L’épisode se clot sur l’exode pénitentiaire et le pillage de la prison de Rouen, restée ouverte pendant quinze jours du mois de juin 1940. Farid Mebarki évoque rapidement le quartier allemand aménagé dans la prison. Il insiste sur les liens entre la tutelle allemande et l’administration pénitentiaire française : les transferts de détenus communistes d’un quartier à un autre, le sort des libérables déportés ou acheminés en Allemagne pour le STO, les chantiers extérieurs mis au service de l’aménagement de fortifications, les filets de camouflage en chanvre fabriqués dans les ateliers. Il évoque la saleté, la misère, le rationnement, les trafics et les maladies dans cet établissement qui fut à plusieurs reprises bombardé. Dans une dernière partie, l’auteur décrit Bonne Nouvelle durant les années qui suivent la Libération. Une annexe à un camp d’internement de suspects de collaboration u est aménagé jusqu’en avril 1945. Les désordres de l’après-guerre contribuent à maintenir un taux d’incarcération élevé, d’autant que des résistants-malfaiteurs y voisinent avec des prévenus et condamnés pour intelligence avec l’ennemi, des prisonniers de guerre allemands et toujours des soldats indisciplinés. Le mémoire présente parfaitement une prison dans la tourmente, une prison à la dérive. (Jean-Claude Vimont)