(Master) Aurélie Dorbais Historique de la prison Bonne Nouvelle de Rouen

Mémoire de master d’histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2008, 56 pages et annexes

Ce mémoire présente principalement les efforts des conseillers généraux pour remplacer la vétuste prison de Bicêtre, ancien dépôt de mendicité de la métropole normande, afin d’aménager une nouvelle maison d’arrêt et de correction. La circulaire du ministre Persigny en 1853 a mis fin aux prescriptions cellulaires et est à l’origine de constructions dans plusieurs départements. Les élus ont en mémoire les débats passionnés de la monarchie de Juillet, les modèles proposés par les architectes Blouet et Harou-Romain, mais sont économes de leurs deniers. La cellule n’est plus à l’ordre du jour, des dortoirs vont donc être aménagés dans le nouvel établissement aux côtés de quelques cellules. Le plan est rayonnant, à défaut d’être panoptique.

JPEG - 1.3 Mo
Projet de l’architecte Demarest en 1854

Avant les débuts de la construction en 1855 par Louis Desmarest, architecte en chef du Département, les élus semblèrent hésiter sur la proportion de détenus à encelluler ou à placer en commun dans des quartiers séparés. La construction est imposante, “cent mille briques” selon l’un des surnoms de l’établissement, avec un mur d’enceinte de 740 mètres, cinq ailes sur trois niveaux rayonnant autour d’un point central où on aménagea une chapelle. Les travaux furent achevés en 1865. L’hygiénisme, comme dans la prison de la Santé étudiée par Miche Fize, préside à l’organisation interne. Il bénéficiera de l’invention des douches par le docteur Merry Delabost, étudiée par Hervé Dajon. Dès 1868, on aménagea un quartier correctionnel pour les mineurs indisciplinés, fugueurs ou mutins des colonies pénitentiaires. Il fonctionna jusqu’à l’ouverture des colonies correctionnelles d’Eysses et de Gaillon. Il a été très précisément étudié par Christophe Israël.

JPEG - 5.2 Mo
Projets cellulaires de l’architecte Lefort à la fin du XIXe siècle

Beaucoup de départements furent incités par le ministère de l’Intérieur à appliquer la loi de 1875 sur l’emprisonnement cellulaire des condamnés à de courtes peines. Le mémoire présente les projets cellulaires élaborés durant les toutes dernières années du XIXe siècle : préaux en camembert, chapelle cellulaire ( elle ne sera pas aménagée avec ses alvéoles en bois) , cellules. C’est l’architecte du département Lefort qui élabore les aménagements, achevés vers 1899. Les sources semblent avoir manqué pour connaître les travaux de la première moitié du XXeme siècle. (Jean-Claude Vimont)