(Maîtrise) Myrtal Gossin La prison de Louviers au XIXe siècle

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2000, 154 p.

Illustrer l’insalubrité des prisons à l’époque de la Société royale des prisons de la Restauration exige un détour par cette geôle que l’on eut l’idée d’aménager sur un cours d’eau !

JPEG - 128.7 ko

Myrtal Gossin a eu le privilège de retrouver aux archives municipales de Louviers les procès verbaux de sa commission de surveillance et a choisi d’étudier plus en détail certaines catégories de prisonniers. Parmi elles, les mineurs. Malgré les circulaires ministérielles, ils demeurent confondus avec les adultes. Ils attendent leurs transferts vers la maison centrale de Gaillon ou vers la colonie pénitentiaire des Douaires, pour les garçons, vers l’Atelier Refuge rouennais ou vers la maison de Clermont pour les filles. Myrtal Gossin a eu raison de calculer les délais avant les transferts, mois de promiscuité, mois de misère. La présence de ces mineurs lui a permis également d’ébaucher une analyse de leur délinquance : bris de fenêtres pour voler, bris de clôtures pour chaparder, bris de réverbères pour le plaisir ! (Jean-Claude Vimont)