(Master) Céline Lefort, Les femmes détenues

Master de recherche en histoire dirigé par Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2006, 172 pages et annexes

La quête de Céline Lefort, quête non dénuée de difficultés car les notations sur les femmes sont bien souvent dispersées au sein des liasses de la série Y des Archives départementales, fut celle de la spécificité des enfermements des femmes dans les prisons départementales et dans une maison centrale du XIXe siècle . Elles constate en premier lieu le décalage entre des discours officiels tenus par les juristes ou les pénitentiaires, les médecins et les criminologues sur une nature particulière de la femme détenue – des femmes à qui il serait nécessaire d’inculquer des valeurs distinctes, prenant en compte les formes de leur “démoralisation” – et les silences des règlements carcéraux sur cette catégorie de prisonnières. Elles sont astreintes comme les hommes au travail, sont nourries comme les hommes, subissent le même rythme journalier, des punitions comparables. Tant les maladies que la surmortalité n’épargnent pas ces femmes incarcérées pour des délits mineurs, souvent des vols en relation avec leur misère sociale et économique. Comme les hommes elles s’entassent dans les prisons lors des phases de crise économique. Les femmes célibataires, avec plusieurs enfants, les journalières agricoles oscillant entre la mendicité, le vol, le vagabondage lors des phases difficiles, font l’objet de développements de qualité.

Céline Lefort pointe cependant quelques traits qui distinguent ces détenues de la masse de la population carcérale. Après la mise en place des quartiers séparés aux temps de la Philanthropie triomphante, les femmes ont toujours été gardées par des femmes et dès la monarchie de Juillet par les sœurs des Congrégations religieuses. Charles Lucas était très favorable à cette présence de gardiennes qui devaient, en quelque sorte, donner l’exemple de l’élévation morale. Monarchies, Empire et Républiques s’accommodent de ces auxiliaires précieuses ; et ceci, jusqu’à une date récente. Le processus de laïcisation des gardiennes dans les prisons normandes à la fin du siècle fut particulièrement lent. Charles Lucas et Léon Faucher insistaient sur les vertus moralisatrices de l’enfermement. La cellule devait leur faire “retrouver leur pudeur”.

Des adoucissements sont également envisagés pour les détenues, en matière de couchage notamment. Des quartiers séparés sont aussi organisés pour les prostituées et pour les femmes enceintes. Les détenues, tout comme les hommes, ont participé à des mouvements d’insubordination, et ont été assez fréquemment sanctionnées pour leur “immoralité” en détention.

Cette recherche a le mérite de questionner la pertinence d’une grille interprétative fondée sur la prise en compte du “genre”. Elle s’inscrit parfaitement dans l’historiographie inaugurée par le beau colloque “Femmes et justice pénale” ( Presses universitaires de Rennes, PUR, 2002)

(Jean-Claude Vimont)