(Maîtrise) Alexandra Mainemare La presse et Knobelspiess

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2002, 140 pages et annexes

Les péripéties judiciaires et pénitentiaires de l’elbeuvien Roger Knobelspiess ont retenu l’attention des médias de la fin des années soixante-dix jusqu’en 1990. Le mémoire analyse les raisons de cette attention de la presse, mais aussi d’une bonne partie des intellectuels, pour le sort de ce délinquant, condamné en 1972 à quinze années de réclusion pour l’agression d’un pompiste. Roger Knobelspiess a toujours proclamé son innocence à propos de cette première affaire, et d’autres qui suivront, comme une fusillade à Elbeuf en 1982, mettant en cause l’acharnement des forces de police à son égard, un complot policier n’hésite-il pas à avancer. L’engagement de certains intellectuels s’explique donc par cette posture. Ils protestent contre l’erreur judiciaire et les manoeuvres policières. En 1977, il est pacé à l’isolement dans le Quartier de haute sécurité d’Evreux (QHS). il participe aux luttes des détenus contre ce mode d’emprisonnement mis en place durant le septennat de Giscard d’Estaing. En 1980, Michel Foucault préface son livre QHS : Quartiers de haute sécurité. On a affaire à une toute autre mobilisation des intellectuels, sensibilisés depuis le Groupe d’Information des prisons au sort des détenus. Des récidives de braquages après une grâce présidentielle prononcée le 6 novembre 1981 ont suscité d’autres écrits sur la délinquance, sur l’impossible réinsertion, sur la naïveté de certains intellectuels ( polémique lancée par des journalistes de droite à l’encontre d’intellectuels de gauche). La “saga” Knobelspiess dépasse le cadre de l’analyse d’un fait divers ordinaire et permet d’entrevoir les débats que suscite la justice dans la société, chez les intellectuels et dans le monde politique, car bien des instrumentalisations ont eu lieu au fil des ans. Knobelspiess a écrit, s’est mis en scène. Cette écriture interroge elle aussi. A-t-on affaire à un genre nouveau, le récit de “braqueur-intello” ? Le mémoire s’est efforcé de cerner les polémiques en effectuant une analyse de presse de qualité, mélangeant organes de presses régionaux, quotidiens nationaux et grands hebdomadaires. Alexandra Mainemare s’interroge également sur les effets de ces nombreux articles sur la destinée “à la marge” de ce délinquant. (Jean-Claude Vimont)