(Master) Priscille Gence Les multirécidivistes en Seine-Inférieure à la fin du XIXe siècle

Mémoire de master professionnel “métiers de la documentation”, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2006, 121 pages et annexes

Le mémoire est fondé sur une lecture en continu du Journal de Rouen, du Nouvelliste de Rouen et du Petit rouennais, sur l’analyse du Compte général de l’administration de la justice criminelle et sur celle des Archives d’anthropologie criminelle. Priscille Gence s’interroge sur l’exaspération de la population à l’égard des récidivistes et sur la genèse de la loi de relégation de 1885. Elle reproduit un article du Journal de Rouen du 11 octobre 1884 assez significatif : “C’est tout bonnement que Briquet faisait appel en amateur. Cet aimable individu est un vagabond et un récidiviste de la pire espèce. Jeune encore, il a déjà 17 condamnations à son actif. Il aime le séjour de la prison, il fait tout ce qu’il faut pour y rester. Il y a quelques mois après sa dernière condamnation et son temps fait, il avait été envoyé en résidence obligée au Havre. Son premier soin fut de prendre la route opposée. On l’arrête à Louviers et il comparait pour rupture de ban. C’est bien peu à son idée. Aussi, pour corser son affaire, il n’imagine rien de mieux que d’insulter les juges. Contestant l’âge que lui donnaient les notes de police, ce grossier personnage s’écrie : ce n’est pas vrai, ils se trompent, ils sont si cons les juges… Ce chapelet d’outrages lui valut deux ans de prison, indépendamment de huit mois pour rupture de ban. C’est tout cela qu’appelait Briquet hier, tout simplement histoire de passer un bon moment. Car il s’est donné le luxe de maintenir à l’audience les expressions insultantes dont il s’était servi. La cour a confirmé les deux peines d’emprisonnement. Briquet ne demandait pas mieux. Quand donc, une bonne fois, débarrassera-t-elle les prisons de ces récidivistes endurcis qui se font un jeu des condamnations ?” De nombreuses citations extraites de la presse abordent la notion “d’incorrigibilité” et les articles des Archives d’anthrpologie criminelle tentent de cerner les traits distinctifs des “criminels d’habitude”. La presse insiste sur une caractéristique du récidiviste : son “amour” d’une prison qui serait trop confortable. C’est le mythe de la prison dorée. A propos de la maison centrale de Poissy, le Journal de Rouen du 8 décembre 1884 moque l’installation de cellules à la place des dortoirs : “A la longue il s’est fait à l’horrible promiscuité de la centrale, où il a même ses relations. Et quelles relations ! Elles sont huit fois sur dix si inavouables que le directeur de Poissy supprime actuellement les dortoirs et les remplace par des cellules. Ces messieurs auront leurs chambres. J’ai vu leurs lits. On leur donne jusqu’à trois couvertures. A quand l’édredon ?” Autre insistance dans les discours de ce temps : les liens entre crime, alcoolisme et dégénérescence. Les mendiants, les vagabonds sont fustigés car ils peuplent “l’armée des voleurs”. Le mémoire offre de longs extraits des commentaires de la presse locale sur la loi de relégation de 1885. Ils y sont globalement favorables. L’application de la loi en Seine-Inférieure fait l’objet de la IIIe partie. Les délits provoqués par la misère, les vols de nécessité, la mendicité et le vagabondage provoquent les sentences de relégation. (Jean-Claude Vimont)