(Maîtrise) Clément Dumesnil Les faits divers dans la presse rouennaise de 1839 à 1844

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2001, 135 pages.

Cette maîtrise s’inscrit dans un champ balisé par les linguistes , par Georges Auclair, Roland Barthes, par les recherches des historiens (de l’article important de Michelle Perrot dans les Annales en 1983 aux écrits de Dominique Kalifa et Anne-Claude Ambroise-Rendu). Elle privilégie une période moins étudiée que celle des “beaux” faits divers de la fin du XIXe siècle où la presse populaire à grande diffusion mit sur la place publique les drames de la sphère privée. Le choix des années 1839-1844 est à mettre en relation avec les débats sur la réforme des prisons, cette fièvre cellulaire qui tentait d’exorciser les peurs sociales et politiques d’une monarchie peu sûre de ses assises et de sa légitimité. Cinq organes de presse sont passés au crible : le Journal de Rouen, le Mémorial de Rouen, le Courrier de Rouen, les Echos de Rouen, le Censeur de Rouen. Le mémoire apporte de précieuses informations sur les subtilités qui différenciaient ces journaux, plus ou moins liés au maire Henri Barbet, soutiens du gouvernement ou favorables à la Gauche dynastique. Clément Dumesnil propose une typologie des faits divers et expose les modes de narration pouvant aboutir à des campagnes d’opinion. Il montre ensuite en quoi les faits divers reflètent les déviances de la société de ce temps. Les figures du mauvais mendiant et du forçat libéré suscitent des interrogations sur l’efficacité de la pénalité. La manière dont la presse normande relate de “grandes affaires” nationales présente également de l’intérêt. (Jean-Claude Vimont)