(Maîtrise) Anne-Sophie Plusquellec La contrefaçon (1800-1900)

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2000, 202 pages.

Anne-Sophie Plusquellec a mobilisé de nombreuses ressources au sein des Archives départementales de Seine-Maritime : 196 dossiers de procédures devant les cours d’assises, des registres de condamnés, des dossiers de remplaçants militaires, le Journal de Rouen. Elle offre d’abord des précisions terminologiques sur les faussaires, la contrefaçon, les faux publics et les faux privés. Elle présente ensuite tout un petit peuple de contrefacteurs qui dans les transactions privées enfreignent la loi. La misère, les crises de subsistance incitent à fabriquer de faux effets de commerce. D’autres tentent de se soustraire à la justice par la fabrication de faux passeports, de faux papiers pour préserver une fuite ou dissimuler une désertion. Le mémoire éclaire sur de nombreuses frondes et oppositions à la politique militaire du Premier Empire. Les pièces judiciaires font aussi l’objet de faux, parfois pour dissimuler des condamnations antérieures. Le système militaire du remplacement est lui aussi à l’origine de faux documents pour échapper à la conscription. Enfin l’étudiante étudie la fabrication de faux billets et les contrebandiers. Encore une fois, on assiste à des techniques rudimentaires mises en oeuvre par de pauvres bougres. Les faux-monnayeurs professionnels sont plus rares. Les réponses de la magistrature ont évolué au cours du siècle : de la sévérité à l’humanisation des sanctions, de la criminalisation à la correctionnalisation, mais les récidivistes après 1885 tombent sous le coup de la loi sur la relégation. Ce mémoire d’histoire de la criminalité complète utilement notre connaissance des milieux populaires normands. (Jean-Claude Vimont)