(Thèse) Marina Daniel Regards sur le corps meurtri

Thèse d’histoire contemporaine dirigée par Alain Becchia, présentée et soutenue publiquement le 4 décembre 2007, Université de Rouen, 671 pages et un volume d’annexes.

Cette imposante recherche, abondamment illustrée tant dans le corps du texte que dans le volume d’annexes, n’était pas sans risques : porter son attention sur les victimes pour renouveler les lectures de l’archive judiciaire. Marina Daniel a surmonté plusieurs obstacles. le premier résidait dans le corpus étudié. les archives judiciaires de Seine-Inférieure sont très incomplètes. Des épurations ont eu lieu parmi les dossiers de procédure devant les cours d’assises et, bien souvent, ne subsistent que des registres de condamnations. La presse doit donc être mobilisée pour pallier ces manques. Marina Daniel parvient à constituer un corpus de 1223 victimes de violences. Le second écueil résidait dans l’existence de travaux et de thèses antérieures sur la criminalité dans ce département, travaux de Gabriel Désert, thèse de Gemma Gagnon, ou de recherches à perspective nationale qui abordaient la région, travaux de Jean-Claude Farcy, Jean-Claude Caron, Sylvie lapalus. Elle a su parfaitement s’appuyer sur ces oeuvres majeures, synthétiser leurs points forts et prolonger leurs analyses, avec ce souci constant de privilégier “le point de vue” des victimes. Ce choix permettait-il de mieux appréhender les violences commises contre les personnes, permettait-il de mieux connaître certains aspects de la criminalité, des sensibilités ? La réponse est positive. Les liens d’interconnaissance entre victimes et agresseurs sont fondamentaux. L’auteur pénètre à l’intérieur des familles, au sein des villages, dans l’intimité et les secrets. Dans les affaires de moeurs, l’opposition entre les sexes, la misère sexuelle, le manque , le désir et l’envie expliquent des situations dramatiques. On assiste à des tensions dans la vie privée, des familles en déroute, des déviances de la sexualité. Les réputations sont déterminantes, celles de la victimes comme de l’auteur des actes délictueux, lors du prononcé des peines. La thèse montre aussi la justice en action, mise en branle par des rumeurs, par des dépôts de plaintes, éclatante lors du procès, devenant fait divers dans la presse ou dans les Canards. La qualité des victimes n’est pas sans influence sur les jugements. La thèse présente des tranches de vie, des éclats renvoyant à des épisodes antérieurs et révélateurs de la longue durée des drames privés, la longue durée des souffrances sociales. Les héritages, l’alcoolisme, les divorces suscitent, provoquent des tensions qui se muent parfois en drames. (Jean-Claude Vimont)