Le drame de Hautefaye (Aurélien Brossé)

Le 16 août 1870, le village de Hautefaye en Dordogne est le théâtre d’un crime d’une brutalité inouïe. Lors de la foire annuelle aux bestiaux, un notable de la région, Alain de Monéys, est accusé à tort par la foule d’être un partisan de la Prusse. S’en suivent un lynchage, des actes de torture et une crémation publique. Pour en savoir plus sur Le drame de Hautefaye | Le blog de Gallica

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

La victime,

Alain de Monéys.

Durant l’été 1870, le village de Hautefaye en Dordogne bruisse de rumeurs qui annoncent la débâcle de Napoléon III dans la guerre qu’il a déclarée aux prussiens. Les paysans périgourdins font porter la responsabilité de la défaite annoncée aux nobles qu’ils accusent de manœuvrer pour les prussiens. La foire aux bestiaux du 16 août va les conduire à commettre l’irréparable…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 18 janvier 2017 sur le site de l’émission Europe1

Crimes, faits divers, histoires inquiétantes ou étonnantes, Christophe Hondelatte propose aux auditeurs d’Europe 1 de revenir durant une heure, sur les aventures humaines et les histoires vraies qui ont marqué la France, en les ponctuant d’archives de la station.

Mangez-le si vous voulez

Mangez-le si vous voulez

Parution du livre le 2 septembre 2010 – Nul n’est à l’abri de l’abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C’est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d’un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l’occasion pour promouvoir son projet d’assainissement des marais de la région.

Il arrive à quatorze heures à l’entrée de la foire. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l’aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l’Allemagne et sous la menace d’une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d’une phrase mal comprise et d’une accusation d’espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s’interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s’efforceront d’arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver.

Incapable de condamner six cents personnes d’un coup, la justice ne poursuivra qu’une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n’auront qu’une seule réponse :  » Je ne sais pas ce qui m’a pris. «

Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l’une des anecdotes les plus honteuses de l’Histoire du XIXe siècle en France.

Biographie de l’auteur :

Jean Teulé

Jean Teulé

Jean Teulé a publié douze romans, tous aux éditions Julliard. Je, François Villon a reçu le prix du récit biographique. Le Magasin des Suicides a été traduit en quatorze langues. Darling a été adapté au cinéma par Christine Carrière, avec Marina Fois et Guillaume Canet dans les rôles principaux. Le Montespan, prix Maison de la Presse et Grand prix Palatine du roman historique, a été élu parmi les vingt meilleurs livres de l’année 2008 par Le Point. Jean Teulé est aussi l’auteur de Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps, une bande dessinée illustrée par Florence Cestac, chez Dargaud, qui raconte la folle vie du très extravagant dessinateur Charlie Schlingo.

Éditeur : Pocket

Collection : Pocket

Autres références bibliographiques :

« Hautefaye, l’année terrible » de Georges Marbeck (Robert Laffont, 1982)

« Le village des cannibales » d’Alain Corbin (Flammarion, 1995)


Vous aimerez aussi...