(Master) Lucie Garnier, Les congrès internationaux d’Anthropologie criminelle (1885-1911)

Master de recherche en histoire dirigé par Jean-Yves Frétigné, 2008, Université de Rouen. 157 p et annexes.

Cette recherche étudie les sept Congrès d’Anthropologie criminelle tenus à Rome (1885), Paris (1889), Bruxelles (1892), Genève (1896), Amsterdam (1901), Turin (1906) et Cologne (1911). Trois axes d’études ont été privilégiés. En premier lieu, le rôle des Congrès dans la naissance de l’Anthropolie criminelle, la manière dont s’élaborent les bases théoriques et doctrinales de ce qui se veut une science. En deuxième lieu, l’auteur étudie l’organisation pratique des Congrès, leurs déroulements et les formes de sociabilité qui s’y attachent, avec le désir de donner une visibilité internationale à cette nouvelle discipline. En troisième lieu, il est question de la fonction sociale, politique et idéologique de ces réunions périodiques. Lucie Garnier a le mérite de montrer les points communs qui rapprochent tous ces congressistes, par delà des oppositions d’école. Le déterminisme héréditariste est constant, qu’il prenne une coloration déterministe et biologique à la manière des criminologues italiens ou qu’il insiste sur la notion de la dégénérescence en la combinant avec les influences du milieu social pour les criminologues français. La recherche se fonde principalement sur les actes et comptes rendus des Congrès, notamment ceux qui sont publiés par les Archives d’Anthropologie criminelle. Des passages de qualité sur les expositions organisées à l’occasion des Congrès, sur les visites d’établissements pénitentiaires interrogent sur le passage des collections aux fonds patrimoniaux d’une science en construction. On notera également des notations judicieuses sur les stéréotypes qui caractérisent les femmes, qu’elles soient criminelles ou non, dans les communications des participants. (Jean-Claude Vimont)