(DEA) Sophie Victorien Les établissements de l’Éducation surveillée en Seine-Maritime (1945-1990)

Mémoire de DEA d’histoire contemporaine sous la direction de Yannick Marec, Université de Rouen, 2003, 186 pages.

Ce mémoire est fort précieux car il présente une problématique, un repérage de sources et une étude de cas (ce qui était la loi du genre jusqu’à la création du master). Dans l’introduction, Sophie Victorien présente les actes de naissance de l’élan en faveur de la protection de l’enfance et du primat de l’éducation sur la correction des jeunes déviants. Elle balise son sujet : les établissements “habilités” par l’Éducation surveillée, issus du secteur privé ou associatif. Dans la problématique qui reprend et développe plusieurs des éléments précédents, Sophie Victorien insiste sur les besoins spécifiques de la Seine-Maritime au sortir de la guerre. Le rapport d’inspection de madame Heurtier en 1946 est à cet égard une source fort bien prise en compte. Elle présente ensuite les différents établissements (une typologie indispensable car les dénominations sont parfois trompeuses) et la localisation de leurs archives. Certains de ces établissements sont encore en fonctionnement. L’histoire orale est justifiée pour compléter les archives contenues dans les très riches fonds privés qui ont été repérés. Il est ensuite question des axes de recherche sur les établissements : rôle des directeurs, habilitations, financements, contrôles etc. Les jeunes “placés” font l’objet de la seconde dimension essentielle de la problématique : jeunes inadaptés, jeunes en difficulté, jeunes protégés. L’objectif est de cerner également le vécu quotidien de ces jeunes afin de pouvoir tenter de répondre à la question : réussite ou échec des placements ? Ce mémoire constitue un instrument de travail intermédiaire avant la soutenance d’une thèse sur ce sujet dans un avenir proche (J-C Vimont)