(Maîtrise) Mehdi Hussein Justice et discipline à l’aube de la Grande Guerre 1912-1914

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine dirigé par Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2005, 71 pages et annexes

Ce mémoire est principalement fondé sur l’analyse d’archives militaires, les registres d’instruction du Conseil de guerre permanent de la place de Rouen et les fiches nominatives des appelés ayant subi des condamnations susceptibles de les faire incorporer dans les bataillons d’Afrique. L’objectif principal est d’étudier les rapports entre justice civile et justice militaire afin de mieux connaître les jeunes gens qui sont stigmatisés au point de rejoindre des formations disciplinaires. Le préfet menait enquête auprès des administrations locales pour déterminer le destin des futurs soldats. Leurs condamnations, leur conduite depuis leur sortie de prison, leur moralité, celle de leurs proches fondaient l’avis préfectoral réclamé par l’armée. Le rôle des maires des lieux de résidence était donc fondamental, recommandant parfois pour “une terreur de leur commune”, un stage disciplinaire aux Bat’ d’Af’. Le plus souvent, ils s’appuyaient sur des enquêtes de police. La source est donc fort précieuse et rarement exploitée par les historiens. Le passé des jeunes gens incorporables est précisément décrit par les enquêteurs : enfance misérable, familles à la dérive, séjours dans les colonies pénitentiaires ou correctionnelles, emprisonnements successifs dès la majorité pénale atteinte. Le mémoire apporte des éclairages sur le concept de “filière criminelle” avancé par des magistrats et des psychiatres aux lendemains de la Seconde guerre mondiale. Les documents figurant dans les annexes permettent de mieux appréhender le maquis des textes réglementaires fixant les modalités d’incarcération des jeunes gens qui avaient eu affaire à la justice depuis leur majorité pénale jusqu’à la date du recrutement. (Jean-Claude Vimont)