Femmes de réconfort : « Nous « servions » quinze soldats japonais par jour »

Kim Bok-dong, à Berlin en septembre 2015. Photo Yajima Tsukasa

Entre 1931 et 1945, l’armée nippone a prostitué de force près de 200 000 femmes, mises à disposition de ses troupes. Après s’être longtemps tue, la Coréenne Kim Bok-dong, enlevée à 14 ans, a choisi de militer pour la reconnaissance des victimes.

Le vent est aussi glacial que son premier regard. Séoul s’engouffre dans l’hiver et Kim Bok-dong est lasse de raconter son histoire. Elle est néanmoins là, à braver le froid au pied de l’ambassade du Japon, pour soutenir la manifestation qui se tient en faveur des siennes chaque mercredi midi depuis 1992. Au milieu du groupe hétéroclite de militants, d’élèves et de badauds, ses 91 ans ont l’élégance d’un feutre gris, d’un col à fourrure et d’un regard fier. Elle a cette dignité qu’on lui refuse et qu’elle ne cessera de réclamer. Kim Bok-dong fut «femme de réconfort», ianfu en japonais, pendant la Seconde Guerre mondiale. Un sordide euphémisme pour désigner environ 200 000 Taïwanaises, Philippines, Indonésiennes et, pour la plupart, Coréennes contraintes au «service sexuel» dans des maisons gérées par l’armée nippone. Gil Won-ok, compagne d’infortune de 89 ans, est à ses côtés. Une photo et des fleurs occupent le troisième siège : Lee Ki-jung vient de mourir à 93 ans. Il y avait 238 survivantes en Corée du Sud au début des années 90. Elles ne sont plus que deux dans la capitale, trente à travers le pays qui a fait de ce dossier une cause nationale après un demi-siècle de tabou. Qu’importe leur détermination, leur voix s’éteint…

Pour en savoir plupar Rafaële BRILLAUD, envoyée spéciale à Séoul — 20 avril 2018 à 19 :16 sur le site de Libération.

Parution du livre le 7 mars 2007 – Massacres en masse de prisonniers de guerre, notamment à Nankin ; asservissement de millions d’Asiatiques et d’Occidentaux, entre camps de la faim et chantiers de la mort ; atmosphère de terreur à l’échelle d’un quasi-continent ; débauche de crimes sexuels et prostitution forcée ; utilisation de cobayes humains ; pillage généralisé ; intoxication par la drogue de populations entières. Cela dura huit ans et toucha 400 millions d’hommes. Ce terrifiant volet de la Seconde Guerre mondiale en Asie n’avait jamais fait l’objet jusqu’à présent d’une étude approfondie et globale. Les pratiques de guerre de l’Armée de l’Empereur du Japon sont minutieusement décrites afin d’en comprendre les mécanismes. Comment en arriva-t-on là ? Les explications, trop simples, par la culture ou le contexte ne tiennent pas. C’est la conquête d’une armée par l’ultranationalisme, puis la conquête d’un pays par son armée qui sont en cause. Au-delà, c’est l’ère du fascisme, des totalitarismes, du triomphe de la brutalité qui trouva au Japon un formidable point d’appui. Ces horreurs des années 1940 restent encore au coeur des mémoires des années 2000. Le Japon s’est-il assez repenti ? La Chine est-elle fondée à s’offusquer des manuels scolaires de son voisin ? Et qu’en pensent les autres Asiatiques, dont l’attitude à l’égard de l’occupant nippon fut loin d’être unanime ? Pour comprendre à la fois les totalitarismes d’hier et l’Asie d’aujourd’hui, il était indispensable de mettre en lumière ces violences massives et méconnues.

Éditeur : Armand Colin; Édition : 1re

Collection : Hors collection

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *