Le procès du docteur Petiot, faux résistant et vrai tueur

Le docteur Marcel Petiot (à droite), escorté par le juge d’instruction lors de son procès, 1944 – source : Gallica-BnF

Le 11 mars 1944, les pompiers découvrent 27 corps humains dépecés dans les sous-sols d’un hôtel particulier de la rue Lesueur, à Paris. Le propriétaire, un certain Marcel Petiot, reste introuvable.

Rentrant chez lui alors que les pompiers sont en train de fouiller sa cave, Marcel Petiot prend immédiatement la fuite et décide de s’engager dans la Résistance avec les Forces françaises de l’intérieur (FFI) sous le pseudonyme de « Capitaine Valeri ». Il y restera dissimulé, sous cette fausse identité, jusqu’à la Libération, où un mandat d’arrêt est alors lancé contre lui.

Localisé à Paris en septembre 1944 grâce à un piège tendu par le journaliste Jacques Yonnet, qui avait rédigé un article intitulé « Petiot, soldat du Reich » dans les colonnes du journal Résistance – et auquel le bon docteur avait cru judicieux de répondre –, c’est après une enquête minutieuse que l’inspecteur Henri Soutif l’arrête à la sortie du métro Saint-Mandé Tourelle, le 31 octobre, avec dans ses poches un revolver 9 mm et plusieurs fausses cartes d’identité.

C’est que Marcel Petiot, depuis la macabre découverte faite dans les sous-sols de son hôtel particulier, est devenu la cible numéro un des policiers…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Arnaud Pagès le 17 avril 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...