(Maîtrise) Rheila Yadel La colonie agricole, horticole et industrielle de Petit-Quevilly, 1843-1865

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2000, 123 p.

La colonie de Mettray, près de Tours, a éclipsé (et a su éclipser par les actions de propagande de son fondateur, le magistrat Demetz, et par la manne financière officielle) les expérimentations pénales de la seconde décennie de la monarchie de Juillet. La colonie de Petit-Quevilly mérite pourtant l’attention. Au plus fort de son activité, elle hébergeait 155 mineurs de justice (en 1856). Sa genèse fut l’occasion de vives polémiques chez les philanthropes rouennais. Ses promoteurs francs-maçons durent affronter les critiques des partisans du patronage, parmi lesquels le docteur Vingtrinier, particulièrement clairvoyant sur les dérives possibles de telles exploitations agricoles à vocation correctionnelle, et des milieux catholiques. Son fonction-nement ne fut pas exempt de critiques : oublis des principes d’origine au profit d’une surexploitation d’enfants employés à casser des cailloux dans des carrières pour le plus grand bien d’une entreprise familiale. Rheila Yadel examine ces accusations et montre les ambiguïtés de l’appréciation quelque peu anachronique de « bagnes d’enfants », appliquée à cette époque. La ville de Rouen était débarrassée de ses mendiants et vagabonds, ses élites achetaient des fleurs aux petits colons et le fondateur de la colonie continua d’être honoré de décorations et de prix ! (Jean-Claude Vimont)