(Maîtrise) Antoine Vlastuin, Les mineurs en justice à la centrale pénitentiaire de Gaillon au XIXe siècle

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2002, 227 p.

La maison centrale de Gaillon fait actuellement l’objet d’une monographie par Céline Joubert (étudiante de master documentation, 2008-2010). Lors de la rédaction de son mémoire, Antoine Vlastuin a dû parcourir bien des dossiers afin d’approcher la catégorie de son objet d’étude.

JPEG - 977.4 ko
Carte postale du début du XXe siècle
Entrée de la maison centrale de Gaillon, à cette époque transformée en caserne

Ce qui lui a permis de ne pas isoler les mineurs du reste de la population carcérale et de mettre en lumière une tentative précoce de quartier spécifique pour les plus jeunes, du côté des femmes pour le logement, au milieu des hommes adultes pour le travail.

JPEG - 497.2 ko
Maison centrale de Gaillon
Photographie de Jean-Claude Vimont

L’autre intérêt majeur de ce travail est la persistance des placements en centrale, après la création des colonies agricoles, privées et publiques, notamment celle des Douaires, sur les plateaux environnants Gaillon. Il avance des clefs pour comprendre les affectations, car bien des jeunes demeurèrent dans l’espace carcéral, au temps de la « prison aux champs ».

JPEG - 397.7 ko
Maison centrale de Gaillon
Photographie de Jean-Claude Vimont

Le mémoire apporte également beaucoup de précisions sur l’émancipation progressive des chantiers agricoles vers les colonies pénitentiaires.

JPEG - 331.1 ko
Maison centrale de Gaillon
Photographie de Jean-Claude Vimont

Ce mémoire de qualité annonçait la problématique choisie par Elise Yvorel et montrait déjà que la prison demeurait un passage obligé, malgré ou à cause de biens des discours utopistes sur les alternatives au “tout carcéral”. (Jean-Claude Vimont)

JPEG - 451.4 ko
Maison centrale de Gaillon
Photographie de Jean-Claude Vimont