Le pain maudit de Pont-Saint-Esprit, retour sur la France des années oubliée 1945-1958

Reproduction d’une photographie de l’Affaire du « pain maudit » à Pont Saint Esprit . © Maxppp / Photo archives le Provençal/PHOTOPQR/LA PROVENCE

Aujourd’hui, dans Affaires Sensibles, retour sur la terrible affaire du « Pain Maudit de Pont-Saint-Esprit » ou pourquoi au mois d’août 1951, une petite ville dans le Sud de la France a été brusquement prise d’un mal mystérieux…

Cette émission est une rediffusion de l’émission du 7 février 2017, avec notre invité Steven Kaplan.

Historien et professeur d’histoire européenne à l’université américaine de Cornell dans l’état de New-York, il est également l’auteur de nombreux ouvrages de références sur le rôle et la symbolique du pain. Il a écrit Le Pain maudit, retour sur la France des années oubliée 1945-1958, paru aux éditions Fayard.

AFFAIRES SENSIBLES du lundi 23 avril 2018 par Fabrice Drouelle

Le « Pain Maudit » de Pont-Saint-Esprit – France Inter

9782213636481-tParution du livre le 7 mai 2008 – Le 16 août 1951, un terrible empoisonnement par le pain frappe la petite ville gardoise de Pont-Saint-Esprit : plus de trois cents personnes tombent malades. Une trentaine d’individus sont pris de démence et internés en hôpital psychiatrique. Une semaine plus tard, cinq Spiripontains meurent intoxiqués.

L’affaire connaît un retentissement exceptionnel, passionne et terrifie l’opinion. Des experts du monde entier tentent de percer le mystère du pain maudit.

Si cette tragédie a été si intensément ressentie, c’est parce que le pain en est la cause. Redevenu brièvement, sans doute pour la dernière fois, un produit de première nécessité, le pain a tué et rendu fou. Pourquoi ?

Ce livre majeur, fondé sur des archives en grande partie inédites, cherche à résoudre l’énigme. Steven Kaplan refait l’enquête, convoque les acteurs, interroge leurs hypothèses, et, en s’emparant de ce fait divers, raconte la France des années 1945-1958 – un pays encore vacillant après la guerre et sur le point de basculer dans la modernité triomphante des Trente Glorieuses. Il livre ici, avec un souffle digne d’un auteur de roman policier, l’histoire méconnue d’un secteur essentiel à notre économie et à notre culture : la meunerie et la boulangerie.

Steven L. Kaplan est professeur d’histoire européenne à Cornell University. Il fut le premier à faire du pain un objet d’histoire totale, au carrefour du matériel et du symbolique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur la France, notamment Les Ventres de Paris (Fayard, 1987), Adieu 89 (Fayard, 1993), Le Meilleur Pain du monde(Fayard, 1996), La Fin des corporations (Fayard, 2001) et Le Retour du bon pain (Perrin, 2002)

Les Éditions Fayard


Vous aimerez aussi...