(Maîtrise) Caroline Petit L’œuvre Normande des Mères, 1942-1976

Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2002, 87 p. et un volume d’annexes.

Le sous-titre du mémoire est explicite. Il est question de l’aide apportée par une œuvre à des mères célibataires, à des « filles-mères », comme il était coutume de les appeler au milieu du siècle dernier. Ces jeunes femmes étaient confrontées à une situation tragique pendant l’Occupation. L’avortement était prohibé, lourdement condamné. Enceintes, alors que leur mari était absent, alors que leur conjoint était Allemand, prisonnier ou STO, elles subissaient l’opprobre du voisinage. Une sage-femme chrétienne, Léonie Cauchoix, décida de venir en aide à ces femmes « tombées », dans un contexte d’encouragement à la natalité. Son frère présidait le Secours National en Seine-Inférieure. Le mémoire expose la fragilité et les difficultés d’une telle entreprise et l’évolution des conceptions des animatrices à l’égard des jeunes femmes accueillies. Les “berceaux tragiques” demeurent entourés d’un voile de silence. Les archives disponibles sont rares quand elles n’ont pas été détruites, comme celles de l’oeuvre du couple Paradis qui, dès l’Occupation, organisa dans la discrétion, l’adoption d’enfants abandonnés. Notre connaissance de l’application des “lois morales” et répressives des gouvernements de Vichy ne pourra que gagner à la multiplication de recherches sur ces aspects tragiques de la vie privée des Français occupés. (Jean-Claude Vimont)