(Maîtrise) Florence Roussel Les folies de Navarre. Histoire de l’asile départemental de l’Eure de 1866 à 1914

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2000, 158 p. et un volume d’annexes.

La quatrième partie de cette monographie hospitalière s’intitule : « Un appareil de contrôle de la déviance, entre assistance et répression ». Elle présente, entre autres réflexions sur l’internement psychiatrique des déviants, les relations qui existaient entre l’asile et la colonie pénitentiaire publique des Douaires, située à Gaillon, également dans l’Eure.

JPEG - 559.8 ko

Le sort des aliénés mineurs criminels préoccupe dès la fin du XIXe siècle les médecins de Navarre, d’autant qu’ils cumulent les fonctions ; ainsi en 1902 le docteur Leroy est médecin de la colonie des Douaires, de la colonie correctionnelle disciplinaire qui lui est adjointe, médecin-adjoint de l’asile psychiatrique de Navarre et médecin de l’asile d’aliénés criminels installé dans les murs de la maison centrale de Gaillon. Des jeunes pupilles des Douaires furent de temps à autres transférés à l’hôpital psychiatrique. Qualifiés de « fous moraux », il leur était reproché d’être dépourvus de valeurs morales, d’avoir de « mauvais instincts » ou de se livrer trop fréquemment à l’onanisme. Des transferts disciplinaires, semble-t-il. Certains épileptiques, des suicidaires ne séjournaient que temporairement à l’asile pour y recevoir des soins, mission première de cet établissement. Ces passerelles entre prise en charge sanitaire et éducation correctionnelle mériteraient d’être à nouveau étudiées, car elles préfigurent la catégorie des enfants « inadaptés » du XXe siècle. (Jean-Claude Vimont)