(Master) Elinor Boularand La gendarmerie départementale en Haute-Normandie

Master d’aménagement et de gestion du Patrimoine et de l’Environnement sous la direction de Yannick Marec, Université de Rouen, 2005, 92 p. et annexes

La gendarmerie s’est intéressée à son histoire dès les lendemains du premier conflit mondial. En 1949, elle commença d’offrir des études historiques dans la Revue d’études et d’information de la gendarmerie nationale. Ego-histoire quelque peu hagiographique, elle se transforma en 1995 avec la création du Service historique de la gendarmerie nationale. Les collaborations avec des historiens se multiplièrent. les travaux de Jean-Noël Luc en attestent. Elinor Boularand a suivi une stage “armée-jeunesse” qui est à l’origine de cette recherche. Elle a pu bénéficier d’archives précieuses et méconnues. Le mémoire présente dans une première partie l’histoire de la gendarmerie en Haute-Normandie, tant du point de vue de son organisation que de ses missions. Dans une seconde partie elle présente la diversité du patrimoine de cette arme. Les développements sur la Seconde guerre mondiale offrent un bel éclairage sur les accomodations, les collaborations qui furent le lot quotidien des gendarmes. Il est question de la garde des camps d’internement, des recherches de réfractaires au STO, des arrestations et escortes de Juifs persécutés… Elinor Boularand décrit parfaitement les cas de conscience qui se posèrent aux gendarmes en choisissant, par exemple, de décrire une rafle de Juifs qui eut lieu à Rouen le 6 mai 1942 : “Lors de cette journée, la feldgendarmerie, sans en informer le commandant de la compagnie de Seine-Inférieure, ordonna au chef de section de Rouen la réquisition de gendarmes ( 14 sont mobilisés et accompagnés par des membres de la police locale), pour arrêter des Juifs de sexe masculin inscrits sur une liste transmise aux chefs du détachement. Ceux-ci arrêtent 82 hommes ( 17 sont arrêtés par les gendarmes et 65 par la police).

JPEG - 1.5 Mo
Rapport du 7 mai 1942, Archives du centre de documentation juive contemporaine
JPEG - 1.9 Mo

Or cette opération est vivement critiquée par le commandant de la compagnie de Seine-Inférieure, le chef d’escadron Brunet”. Crainte d’un officier supérieur que de telles initiatives ne suscitent l’antipathie de la population ? Question de respect de la souveraineté française, du respect de la hiérarchie militaire ? Les formes de collaboration ou de résistance sont bien analysées. (Jean-Claude Vimont)