À Pont-L’Évêque, une prison du temps des philanthropes (Jean-Claude Vimont)

La petite maison d’arrêt et de correction de Pont-L’Évêque a retenu l’attention des Monuments historiques. Utilisée longtemps après sa fermeture comme dépôt d’archives, elle a conservé bien des traits de sa fonction carcérale. Construite pendant la Restauration, elle est un témoignage précieux des conceptions des architectes de cette époque, avant qu’ils ne participent à la fièvre cellulaire de la Monarchie de Juillet. Harou-Romain conçut les plans et suivit le chantier. Il est plus connu pour ses plans ultérieurs de prison philadelphienne à destination de la ville de Caen. La prison de la rue Eugène-Plan a fait l’objet d’études à partir des fonds des archives départementales du Calvados. Que les prises de vues que nous avons réalisées contribuent à sa connaissance. (Photographies de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont)

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

La mise en oeuvre d’idéaux philanthropiques

C’est un décret impérial du 15 mai 1811 qui ordonna sa construction auprès du tribunal de première instance. Elle fut édifiée sur les plans de l’architecte Harou-Romain de 1823 à 1828. Ces dates sont essentielles pour comprendre l’organisation intérieure de la détention. À la fin du Premier Empire, peu après la promulgation du Code Pénal, la loi de finances du 22 septembre 1810 affecta onze millions de francs à la restauration des prisons. il était question de faire disparaître quelques geôles insalubres et vétustes de l’Ancien Régime que les Départements n’entretenaient guère. Les fonds furent absorbés par la campagne de Russie ce qui empêcha toute concrétisation dans l’immédiat. Le décret impérial s’inscrit donc dans cette dynamique réformatrice, puisque Pont-l’Évêque ne disposait que d’une geôle fort étroite où les détenus s’entassaient tant bien que mal, les sexes y étant confondus, les différentes catégories de prisonniers également. Cette maison malsaine ne pouvait accueillir d’ateliers de travail et les détenus y demeuraient oisifs et dans une grande promiscuité. L’ordonnance royale du 9 septembre 1814 reprit l’idée d’une réforme des prisons en indiquant qu’il fallait y établir un régime propre à corriger les criminels, grâce au secours du travail obligatoire et de la religion. En novembre 1818, Lainé, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, remit un Rapport au roi sur la situation des hospices, des enfants trouvés, des aliénés, de la mendicité et des prisons. L’année suivante, plusieurs ordonnances, circulaires et arrêtés montrèrent que la situation dans les prisons et la nécessité de leur réforme n’étaient pas seulement une préoccupation des cercles philanthropiques mais aussi une priorité gouvernementale. L’ordonnance du 9 avril 1819 créa la Société royale pour l’amélioration des prisons, sur le modèle d’une société britannique fondée en 1817. Christian Carlier a utilement rappelé son importance puisque de 1815 à 1827, vingt-huit millions de francs furent dépensés par l’État pour améliorer les maisons centrales et les prisons départementales. De 1814 à 1829, 78 chefs-lieux de département et 198 chefs-lieux d’arrondissement virent leurs prisons réparées, agrandies, ou reconstruites, d’après L.-M. Moreau-Christophe [3].

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

En mai 1819, Decazes adressa aux préfets des départements un questionnaire sur la situations des prisons de leur ressort. Les réponses fournirent la matière au rapport qu’il adressa au roi, le 21 décembre 1819, première véritable enquête nationale en ce domaine. Dans ce rapport Decazes signale que l’on construit de « nouvelles prisons » à Falaise et à Pont l’Évêque. Il indique que les prisons départementales du Calvados, à l’exception de celle de Vire, sont insalubres et insuffisantes, que les sexes ne sont séparés que la nuit à Pont l’Évêque, prison qui ne dispose pas d’infirmerie. Quatre jours plus tard, il adressait aux préfets un arrêté sur la police des prisons départementales, véritable règlement général. Les membres de la Société royale menaient des enquêtes dans les établissements, se déplaçaient de départements en départements, pénétraient dans les maisons de justice comme dans les maisons centrales, dénonçaient les abus les plus criants, suggéraient des améliorations [4]. Les tableaux des prisons issus de ces rapports foisonnent. Villermé livre en 1820 Des prisons telles qu’elles sont et telles qu’elles devraient être par rapport à l’hygiène, à la morale et à l’économie. Danjou publie en 1821, Des prisons, de leur régime et des moyens de l’améliorer.C’est l’ancien déporté de Fructidor et ministre des finances de Napoléon, François de Barbé-Marbois qui nous a laissé ses impressions sur les geôles de Normandie dans son Rapport sur l’état des prisons du Calvados, de l’Eure, de la Manche et de la Seine-Inférieure, publié en 1823. Il écrit que la prison de Pont l’Evêque est la « plus hideuse » qu’il a vue. L’année suivante Ginouvier dresse un Tableau de l’intérieur des prisons de France, ou études sur la situation et les souffrances morales et physiques de toutes les classes de prisonniers ou détenus. Autre rapport de 1824, celui de Benjamin Appert sur les prisons du Nord : Rapport sur l’état actuel des prisons, des hospices et des écoles des départements de l’Aisne, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Cet élan réformateur est également porté par la Société de la morale chrétienne, créé en 1821, et regroupant les philanthropes catholiques et protestants les plus libéraux. Benjamin Appert y anime le comité des prisons et des articles abordent les questions pénitentiaires dans le Journal de la Société de la morale chrétienne.

Plan de la prison de Pont-L’Évêque (Archives départementales du Calvados)

Ces rappels me semblent utiles pour appréhender le contexte de construction de la prison de Pont l’Évêque. L’oeuvre carcérale de la Restauration ne se limite pas à l’édification de la Petite Roquette, la prison cellulaire rayonnante imaginée par Le Bas à Paris. Si le panoptisme de Jérémy Bentham est connu, si les prisons américaines cellulaires d’Auburn et de Philadelphie commencent à être mentionnées dans les écrits du temps, le modèle de construction qui prédomine encore sous la Restauration en diffère sensiblement. Et c’est en celà que la prison de Pont l’Évêque est précieuse. Ses principes organisateurs sont ceux des philanthropes, soucieux de classement, d’ordre, d’éducation et de religion, avec des quartiers affectés aux différentes catégories de prisonniers et des ateliers de travail. Faire disparaître les abus des concierges, en finir avec les chaînes et les cachots, enrayer les fièvres des prisons par une meilleure hygiène, par une plus grande circulation de l’air sont les mots d’ordre de ces notables généreux qui croient en l’amendement et en la moralisation des prisonniers..

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

La prison est organisée autour d’un puits de lumière. Au centre, une chapelle, installée au premier étage est entourée de forts barreaux. De part et d’autre, disposées de manière symétrique quatre grandes chambres de 5 mètres sur 5 mètres au premier étage et quatre autres au second, qui pourraient être qualifiées de dortoirs, sont réservées aux hommes et aux femmes, aux prévenus et aux condamnés. Il ne s’agit donc pas de cellules. L’époque est aux aménagements de quartiers distincts et à la moralisation par le secours de la religion et de l’instruction élémentaire. La cour est elle même séparée en deux parties pour isoler les femmes des hommes. Plusieurs locaux hébergent les gardiens et le gardien-chef. Un mitard disciplinaire existe au sous-sol, ainsi qu’une vaste cuisine et des commodités. Comme dans toute prison, des parloirs grillagés isolent les visiteurs des détenus.

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Photographie de Réjane Boursier et Jean-Claude Vimont

Les architectes Harou-Romain, père et fils, ont conçu cet édifice. En charge des constructions publiques du Calvados, le second est plus connu pour ses projets de pénitenciers cellulaires élaborés durant la seconde moitié de la Monarchie de Juillet. Au congrès pénitentiaire de Bruxelles en 1847, Harou-Romain proposa un projet de prison cellulaire et agricole, reproduit dans la Revue pénitentiaire et des institutions préventives dirigée par Moreau-Christophe.

 

Revue pénitentiaire des institutions préventives (1847)

Il avait déjà conçu en 1840 un projet de pénitencier cellulaire, gigantesque ruche de cellules disposées autour d’une tour centrale. Le panoptisme de Bentham, avec principalement l’idée de la surveillance continue des détenus, était à l’oeuvre. Harou-Romain fils était favorable au modèle philadelphien d’isolement continu, de jour et de nuit, puisque la cellule était plurifonctionnelle : lieu du sommeil, de la prière, du travail.

L’évolution des conceptions architecturales est remarquable. De la prison philanthropique de Pont l’Évêque, on passe à la prison panoptique et cellulaire, sur le modèle des prisons américaines de Philadelphie. Les dispositions intérieures doivent isoler en permanence les détenus les uns des autres. Il y a également un changement d’échelle. Si la prison de Pont l’Évêque était destinée à recevoir une quarantaine de détenus – ils étaient près d’une centaine à la fin du XIXe siècle – les projets de la Monarchie de juillet envisagent de puissantes prisons où héberger plusieurs centaines de détenus.

Comme dans bien d’autres maisons d’arrêt et de correction, un arrêté préfectoral en organisa le régime d’emprisonnement. Nous disposons de celui de la prison de Nogent-le-Rotrou qui ne devait pas être très éloigné de celui en vigueur à Pont-l’Évêque. Il date de 1835 et est signé par Gabriel Delessert, qui joua un rôle très important dans les oeuvres philanthropiques de la Monarchie de Juillet.

Gaëtane Barbanchon et Françoise Dutour ont montré que l’écart était grand entre des réglements qui se voulaient hygiénistes, moralisateurs, soucieux d’un bon ordre au sein de ces petites prisons et la réalité quotidienne. Celle de Pont-l’Évêque souffrit longtemps de défaillances du point de vue du chauffage. L’infirmerie ne disposait quasiment pas d’équipements adaptés. Douches et baignoires étaient absentes et la saleté est mentionnée dans de nombreux rapports. Au fil des ans, la population journalière fut de plus en plus importante. Les hommes couchaient à même le sol sur des paillasses, entassés tant bien que mal dans les dortoirs où certains étaient employés à la fabrication de chaussons. Seuls quelques détenus privilégiés pouvaient se payer un lit de pistole et améliorer l’ordinaire en cantinant. L’absence d’entretien, de réparations, pourtant nécessaires, aggrava la situation.


Sur les murs de la « joyeuse prison »

Nous ne pouvons ici retracer la chronique des détentions dans cette petite maison d’arrêt et de correction, l’intrication entre la ville et la détention. Sur les murs de quelques pièces, des prisonniers ont laissé trace de leur passage, graffiti anonymes qui mériteraient une analyse plus systématique.

Durant les années cinquante, la prison de Pont l’Évêque eut les honneurs de la presse, de la chronique judiciaire et fit l’objet d’un film, La joyeuse prison d’André Berthomieu, sur les écrans en 1956, avec dans les rôles titres Darry Cowl, Robert Dalban et Michel Simon. Le 18 janvier 1949, René Girier dit René-la-canne était condamné pour tentative de vol de voiture à huit mois de prison pour tentative de vol de voiture. Il fut écroué dans la prison de Pont-l’Évêque, « une étrange cabanne », comme il la décrit dans ses mémoires [5]. Les formalités d’écrou y sont accomplies par un détenu condamné pour escroquerie et qui fait office de comptable, de véritable administrateur de la prison, confectionnant même de faux certificats de libération. Il s’est substitué au gardien-chef Fernand Billa, un ivrogne en poste depuis 1946, qui a établi dans la geôle un régime débonnaire : permissions de nuit et de jour, visites de compagnes dans l’infirmerie, festins et alcool pour ceux qui disposent de moyens. Les détenus effectuent de menus travaux chez les habitants, chez les magistrats du palais de justice voisin. Tout se monnaye au sein de la détention. René Girier évoque les laissés-pour-compte de cet étrange régime d’incarcération : « Après avoir fini les formalités, il me bouscule dans une grande pièce. D’abord je ne vois presque rien tant le poêle qui trône au milieu dégage de fumée. Couchés, vautrés à même le sol, trente pauvres mecs me regardent. La barbe leur mange les joues. Ils sont hâces, vêtus de loques, décharnés comme des galériens. […] La tinette est un tonneau de fer dans lequel un prisonnier squelettique, froc aux chevilles, est en train de plonger ses fesses. »(p. 244) « Les sans-grade, les dévaliseurs de poulaillers, les voleurs de vélo, les clochards, les chapardeurs, les vagabonds qui constituent quand j’arrive à Pont-l’Évêque la population de la prison, traînent une existence de bagnards, mourant de faim, de froid, rongés par la crasse, envahis de vermine. » (p. 245) « Chaque soir, nous nous déshabillons dans le couloir et, en slip, après une fouille extrêmement stricte, nous gagnons le dortoir du premier étage, emportant avec nous l’unique tinette de la prison. dans le dortoir, des fenêtres en demi-cercle sont armées de barreaux carrés disposés en rayon de soleil. Je les examine. ils sont énormes. Ils font quatre centimètres de côté. » (p. 246) En avril 1949, Girier s’évade de la prison. Des enquêtes administratives sont diligentées. Le gardien-chef est sanctionné, puis condamné à trois ans de prison. En 1953, le ministère de la justice décide la fermeture de cette prison vétuste et trop peu sûre.

 


[1] n°5, septembre-octobre 2006, n°6, novembre-décembre 2006, n°1, janvier-février 2007

[2] Réservation au 02.31.64.89.33 à l’Espace culturel des Dominicaines.

[3] L.-M. Moreau-Christophe, De l’état actuel des prisons, Paris, A. Desrez, 1837, p. 174.

[4] Sur les écrits réformateurs de la Restauration voir l’introduction du livre de L.-M. Moreau-Christophe, De l’état actuel des prisons en France considéré dans ses rapports avec la théorie pénale du code, Paris, A. Desrez, 1837.

[5] René la Canne, Je tire ma révérence, Paris, La Table ronde, 1977.


Vous aimerez aussi...