Reconvertir les prisons

Mathilde Fouché. Reconvertir les prisons. Présentation du projet de master histoire-patrimoine de Mathilde Fouché ( 2009-2010), dirigée par Jean-Claude Vimont, Université de Rouen.

En 2002, le gouvernement lance sa nouvelle loi d’orientation et de programmation pour la justice. Elle prévoit notamment la construction de 13 200 nouvelles places de détention. S’enclenche alors un processus de construction de prisons neuves dans certaines villes qui n’avaient pas la possibilité d’agrandir celles existantes. C’est le cas de villes comme Le Havre, Rennes, Lyon, Toulouse ou encore Poitiers.

JPEG - 2.3 Mo
Reconversion de la prison Saint-Michel à Toulouse
Article de la Dépêche du midi, mai 2003
(cliquez pour agrandir)

En vue de cet objectif a été engagée une procédure de fermeture de leurs actuelles prisons jugées trop exiguës, peu pratiques et parfois insalubres. Au Havre la maison d’arrêt du quartier Danton, à proximité de la gare, date de 1860, elle héberge plus de deux cents hommes dans 72 cellules. Une nouvelle prison doit ouvrir en 2010 en dehors de la ville, près de Saint-Aubin Routot. L’avenir des vieux bâtiments reste incertain. Des villes voient un intérêt à la réutilisation du terrain sur lequel ils sont érigés et préfèrent le raser. Effectivement, grâce à l’extension urbaine du 20ème siècle les prisons construites à l’écart des villes se retrouvent aujourd’hui, quelquefois, en plein cœur de celles-ci.

Cependant, certaines prisons ont déjà été reconverties et ont aujourd’hui une nouvelle affectation. Ainsi l’ancienne prison de Coulommiers accueille la bibliothèque municipale et celle de Strasbourg, reconversion peut-être la plus connue, est devenue l’Ecole Nationale d’Administration. A Dieppe, la prison du Pollet s’est, quant à elle, transformée une résidence de plusieurs logements. En Normandie, les prisons de Vernon, d’Yvetôt et de Falaise ont malheureusement été rasées au profit du réaménagement urbain de l’après guerre.

Du fait de la construction de nouvelles places de détention, le problème de l’avenir des anciennes prisons s’est imposé au grand jour. Des projets ont été lancés dans certaines villes pour réutiliser les bâtiments de la prison. En effet, la prison Sainte Anne d’Avignon va devenir un hôtel de luxe en 2013, tout comme la prison Sainte-Claire de Bastia dont le projet de reconversion est à l’étude depuis 2002. Le cas le plus emblématique du problème de réutilisation des anciennes prisons est certainement celui des prisons Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon. Tandis que la Prison Montluc va être transformée en un lieu de mémoire et en une annexe de l’université de Lyon III, les prisons de Perrache sont, elles, vouées à la destruction. La ville aimerait y voir se construire un hôtel de luxe pour dynamiser ce quartier à proximité d’une gare. Plusieurs projets conservant les bâtiments avaient cependant été présentés par des étudiants en architecture prévoyant de construire un hôtel, un casino, un centre commercial et un lieu de résidence.

JPEG - 763.4 ko
Reconversion de la prison Saint-Michel à Toulouse
La Dépêche du midi, 12 janvier 2005 (cliquez pour agrandir)
JPEG - 343.8 ko
Reconversion de la prison Saint-Michel à Toulouse
La Dépêche du midi, 17 septembre 2004
(cliquez pour agrandir)
JPEG - 230.2 ko
Reconversion de la prison Saint-Michel à Toulouse
Extrait de Toulouse cultures, Hors série n°5-6
(cliquez pour agrandir)

Cette étude présentera donc les différents types de reconversion en s’attachant à montrer comment s’opère les choix. Il présentera les types de réutilisation le plus souvent envisagés. En étudiant le cas en détail de certaines prisons, nous verrons concrètement les difficultés d’une reconversion de bâtiments selon leur nouvelle affectation et la manière de procéder lors d’une réhabilitation d’un édifice pénitentiaire. Enfin, il s’agira d’aborder la question de la mémoire du lieu. Au Havre, la prison accueillit aux débuts du XXe siècle des grévistes, des syndicalistes dont Jules Durand. Des cartes postales présentent ces ouvriers incarcérés dans la prison de la ville. Pendant la seconde guerre mondiale, plusieurs résistants y sont emprisonnés avant leur transfert à Rouen ou à Paris où ils furent exécutés. Est-ce qu’une certaine mémoire du lieu est gardée lors d’une reconversion ? Certaines reconversions ne se prêtent-elles pas mieux que d’autres à conserver une mémoire de ce qu’était le lieu avant la rénovation ? Comment faire cohabiter la mémoire du lieu et de ses précédents occupants avec la nouvelle affection ? Qu’est-ce qu’une reconversion réussie ? S’agit-il comme l’a affirmé l’architecte Michel Macary au sujet du projet pour la prison d’Avignon de « transformer un lieu de misère en lieu de plaisir » ? Peut-on parler de reconversion lorsque la mémoire du lieu s’en trouve effacée ?

Mathilde Fouché