(Résumé de thèse) Marina Daniel : Regards sur le corps meurtri. Victimes, expertises et sensibilités en Seine-Inférieure au XIXe siècle

Marina Daniel, Regards sur le corps meurtri. Victimes, expertises et sensibilités en Seine-Inférieure au XIXe siècle, thèse de doctorat, Histoire, Université de Rouen, 2007, dact., 3 vol., 901 f°.
Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 4 décembre 2007 à l’Université de Rouen, devant un jury composé d’Alain Becchia (directeur de thèse), de Jean-Claude Caron (président), de Jean-Claude Farcy, de Marc Renneville et de Jean-Claude Vimont.

Présentation de la recherche

L’origine de cette recherche, entamée en 2002, repose sur le constat d’un déficit des travaux historiques prenant pour thème les victimes, alors que paradoxalement elles occupent aujourd’hui le devant de la scène médiatique et sont au cœur des préoccupations politiques. Comme l’a demandé le colloque international de Dijon en 1999 : Les victimes sont-elles des oubliées de l’histoire ? Depuis les vingt dernières années, on observe, en effet, une multiplication et un renouvellement, autour de thématiques diverses, des études historiques sur la délinquance, la criminalité, mais celles-ci se sont principalement intéressées à l’évolution de la violence ou bien à la figure du criminel, ignorant, par ailleurs, les victimes et leurs souffrances pourtant omniprésentes lorsque l’on dépouille les archives judiciaires. Ces dernières regorgent d’exemples de corps violentés, blessés, à travers les pièces de l’instruction et en particulier du rapport médico-légal, qui nous fournit avec froideur, crudité et objectivité la réalité des souffrances endurées.
Les recherches entreprises dans le cadre de cette thèse portent donc sur le corps meurtri, violenté, en Seine-Inférieure au XIXe siècle, une histoire inséparable de celle des victimes. Comme l’indique le sous-titre de cette thèse, trois approches principales ont été privilégiées. L’ambition était de faire ressortir tant les discours que les pratiques, tant la réalité que les représentations, et cela dans une perspective diachronique, en prenant comme cadre temporel le XIXe siècle. Sans prétendre à des résultats novateurs, il s’agissait d’étudier le regard du législateur, de la médecine, de la société, et de la victime, ce qui place un tel sujet au carrefour de l’individuel et du collectif, mais également à l’intersection de l’histoire de la criminalité, de l’histoire de la médecine et de l’histoire des sensibilités. Ma volonté était de suivre le parcours judiciaire des victimes, depuis leur agression jusqu’au procès. Je souhaitais aussi tenter de déterminer leurs caractéristiques sociologiques selon les types de violences, connaître les prédispositions victimogènes, les atteintes corporelles les plus courantes, les lieux de violence, les réactions de la société… Par conséquent, ce travail s’inscrit au sein de l’histoire de la criminalité et prolonge les études déjà menées sur ce même thème au sein de l’Université de Rouen, mais sous un angle inhabituel, en abordant « l’envers du crime » pour reprendre l’expression de la victimologue Micheline Baril.
La périodisation choisie n’est pas anodine ; le XIXe siècle est marqué par la montée de l’individualisme, une nouvelle culture du sentiment s’affirme, la justice évolue de même que les seuils de tolérance vis-à-vis de la violence ; l’expertise médico-légale prend son essor et la presse s’empare de ces brutalités. Le corps violenté devient alors le point de convergence de tous les regards : médecins, société, justice. Quant aux limites géographiques de l’étude, elles se justifient notamment en raison de l’importance démographique du département et de sa réputation criminogène.

Méthodologie et sources exploitées

En raison du thème principal adopté, la réalisation de cette enquête imposait d’interroger les archives judiciaires, déjà largement exploitées, avec de nouvelles perspectives. La richesse de ces sources n’est d’ailleurs plus à démontrer, tant pour l’histoire criminalo-judiciaire que pour l’histoire sociale. La démarche a consisté, par ailleurs, à multiplier les types de sources, ayant la volonté de diversifier les points de vue et de mettre en évidence les différents regards portés sur la victime et son corps violenté. Trois grandes catégories de sources ont ainsi été utilisées : à la consultation des documents judiciaires se sont ajoutées celle des sources médicales, et plus spécialement la littérature médico-légale, et enfin, dans une moindre mesure, celle de la presse locale et principalement le Journal de Rouen.
Pour retrouver les victimes dans les sources, il était nécessaire de partir des événements qui étaient à l’origine de leurs souffrances, d’examiner les recours dont elles disposaient. Ainsi notre base documentaire se trouve principalement aux archives départementales de la Seine-Maritime, et il s’agit des sources judiciaires et plus particulièrement des dossiers de procédure des affaires de violences corporelles traitées aux assises de la Seine-Inférieure entre 1811 et 1900. Ces dossiers, malheureusement inégalement conservés, contiennent l’ensemble des pièces de l’instruction, à savoir les procès-verbaux de constat, les plaintes, les interrogatoires, les témoignages, les rapports d’expertise, éventuellement les croquis de la scène du crime. Ils permettent ainsi de suivre le parcours judiciaire de la victime, depuis son agression jusqu’au procès. De plus, les différents protagonistes apparaissent bien souvent plusieurs fois au sein de ces dossiers au cours des différents stades de l’enquête. L’analyse de cette documentation a permis de mieux cerner le « couple pénal » victime-agresseur, ainsi que le rôle croissant de l’expertise médico-légale. Une base de données concernant les victimes et leurs agressions a ainsi pu être élaborée. Celle-ci permet de cerner le profil social des victimes, de connaître leurs liens avec l’agresseur, les lieux potentiellement dangereux, les motifs des violences les plus courants, mais elle livre aussi les archives du corps agressé. Toutefois, il ne peut s’agir que d’un indicateur imparfait, en raison du chiffre noir de la criminalité. En outre, ce profil ne concerne que les violences les plus graves jugées aux assises de la Seine-Inférieure. La même base de données pour les affaires de violence jugées au sein des tribunaux correctionnels n’a pu être réalisée, les dossiers de procédure faisant cruellement défaut et les jugements correctionnels ne contenant que peu d’informations exploitables sur les victimes.

Les principaux résultats

De l’analyse des archives judiciaires, plusieurs résultats se dégagent. Ils concernent non seulement la réalité du phénomène criminel en Seine-Inférieure mais aussi les perceptions et les représentations du crime et de la souffrance des victimes.
Un plan thématique, composé de trois parties, s’est naturellement imposé, et ce dernier rend compte de la multiplicité des approches possibles. Dans la première partie, les chapitres thématiques ont permis de mieux appréhender un type de crime et leurs victimes. Le choix des homicides conjugaux, de l’infanticide et des violences sexuelles s’explique notamment en raison de l’importance quantitative de ces crimes jugés aux assises de la Seine-Inférieure mais aussi en raison des représentations associées à ces différents crimes.
La base de données réalisée, reposant sur un corpus de 1223 victimes, a permis d’apporter des données générales sur la victimation dans le département, mais aussi de dresser les caractéristiques sociologiques des victimes selon la nature du crime : âge, sexe, profession. Elle met en évidence que victimes et criminels appartenaient au même milieu social et géographique. La victime était ainsi rarement choisie au hasard, la criminalité jugée apparaît avant un tout comme une criminalité familiale et de proximité. Au regard des dossiers, nous constatons que les classes populaires se « victimisent » entre elles. Nous avons pu ainsi étudier les dysfonctionnements relationnels existant entre la victime et son agresseur et comprendre les motivations du passage à l’acte criminel. Et comme nous l’avons constaté, les crimes les plus fréquents peuvent s’expliquer par des facteurs interrelationnels relativement simples.

Comme le révèlent la lecture et l’analyse des rapports médico-légaux, le corps violenté de la victime devient de plus en plus un objet d’investigation et de savoir pour les médecins appelés par la justice dans le cadre de l’expertise médico-légale. En examinant, en disséquant la chair meurtrie des victimes, ils pénétraient l’épaisseur invisible de la corporéité, apportaient des éléments capitaux pour la qualification juridique du crime. Il était, par conséquent, nécessaire de consacrer une partie à cette pratique. La place prise par le médecin-expert fut grandissante et le département de la Seine-Inférieure n’échappa pas à la règle. Technicien éclairé, le médecin était un acteur influent de l’enquête criminelle. Le dépouillement systématique des rapports d’expertise a permis ainsi de cerner les enjeux de cette science en pleine construction qu’était la médecine légale, de découvrir les modalités concrètes de son exercice en s’attachant notamment aux gestes effectués, aux techniques utilisées et aux conditions matérielles et sanitaires de l’examen post mortem. Cette analyse met au jour la technicité croissante des hommes de l’art requis comme experts, les difficultés et les limites de cette pratique, l’évolution inégale des savoirs et révèle la constitution progressive d’une élite locale de la pratique médico-légale. Progressivement, des restrictions furent apportées au recrutement de l’expert. Si, au début du XIXe siècle, n’importe quel praticien – officiers de santé, médecins, chirurgiens – pouvait être appelé par la justice, à la fin du siècle, les magistrats accordaient leur confiance à un nombre limité de praticiens.

Enfin, cette recherche avait pour dessein, en étudiant les sensibilités et les représentations, de mieux cerner les réactions sociales à l’égard des violences corporelles. Il s’agissait de découvrir les manières dont ces dernières étaient vécues et perçues par la victime, par son agresseur, par son entourage, et, plus généralement, par la société. Ces réactions, comme nous l’avons constaté, étaient tributaires d’un enchevêtrement complexe de facteurs.
Au cœur de cette recherche se trouvent les crimes et leurs représentations, les victimes et leur souffrance, tant physique que morale, les victimes et leur perception du crime, leur notion de l’acceptable et de l’inacceptable. Siège de l’individuation, le corps s’intégrait dans un espace social avec ses normes et ses valeurs. L’approche qualitative et compréhensive, par la restitution de nombreux exemples, a permis de restituer la parole des victimes, sans la décontextualiser, de mieux cerner leur souffrance, telle qu’elle est verbalisée dans les sources, de découvrir les seuils de tolérance, tant individuels que collectifs, de mieux saisir aussi la dimension personnelle et psychologique de l’agression. Dans sa plainte, la victime faisait le récit d’une expérience singulière et douloureuse. C’est par cet acte qu’elle faisait connaître le préjudice qu’elle avait subi et qu’elle exprimait son besoin de justice. Il ne s’agissait pas d’une démarche évidente. La reportabilité des crimes et des délits, pour reprendre l’expression des sociologues du pénal, dépendait notamment du lien qui unissait la victime à son agresseur. Le préjudice subi, la préservation de l’honneur et de la réputation, la perception du crime jouaient un rôle décisif dans la dénonciation. La victime pesait les conséquences d’une telle action. La plainte pose également la question de sa réalité factuelle. Récit d’un événement singulier et douloureux, il s’agissait d’une reconstruction, d’une réinterprétation de ce qui s’était produit. Concernant les sensibilités et les attitudes à l’égard de la violence corporelle, l’analyse des témoignages montre une sensibilité élargie à l’égard de la violence et une évolution des seuils de tolérance notamment à l’égard des violences et sévices faits aux enfants. L’idée de monstruosité des comportements se retrouve dans les dénonciations, dans les plaintes concernant les affaires de brutalités commises à l’encontre de personnes vulnérables : vieillards, enfants, infirmes.
Si les premiers victimologues ont établi des typologies de victimes fondées sur le degré de responsabilité dans le passage à l’acte criminel, on retrouve au sein des archives judiciaires des conceptions semblables, fondées avant tout sur un code de moralité. L’honorabilité, la moralité étaient au cœur de la définition populaire de la victime. Le comportement, la réputation, la situation sociale de la victime étaient ainsi pris en considération avant de prononcer les peines.
Pour conclure, la question des limites d’une telle étude doit aussi être abordée et discutée, tout comme celle des prolongements envisageables. Un tel thème encore peu traité par les historiens pose la question de la manière d’aborder l’histoire des victimes et de leurs souffrances ; l’étude du corps violenté en est évidemment une des approches mais certainement pas la seule, ne serait-ce qu’en raison de la définition très extensive du terme de victime. S’il est certain que la richesse des archives judiciaires a permis de multiplier les angles de vue sur le corps violenté de la victime, répondant ainsi à notre ambition initiale, il est évident que certains points n’ont été que peu traités. Ils mériteraient par conséquent d’être réinvestis. Ainsi, les violences conjugales, l’infanticide et les violences sexuelles ont été particulièrement développés, mais d’autres crimes contre les personnes n’ont été que survolés, et leur étude détaillée pour le département reste à faire. De la même manière, si le dépouillement de la presse locale, limité pour des raisons de temps à quelques années et quelques titres, a permis de cerner les représentations du crime au sein de la rubrique des faits-divers, un développement plus détaillé sur le profil des victimes dans la presse locale, que nous avons seulement esquissé, mériterait à lui seul une étude.