“PARCOURS +” au Centre Pénitentiaire de Caen par Anne Le Roux

Cette contribution présente une action originale au Centre Pénitentiaire de Caen, l’investissement des Visiteurs de l’ANVP ( Association nationale des visiteurs de prisons) dans l’aide des personnes détenues aux études supérieures.

A la rentrée de septembre 2008 s’est ouvert au Centre Pénitentiaire de Caen un “atelier” de l’association culturelle , “atelier” d’aide des personnes détenues aux études supérieures ( DAEU et post-bac), en réponse au taux de 95% d’échecs des inscrits individuels et solitaires au CNED et ailleurs….Ceci grâce à l’initiative du Responsable Local d’Enseignement du C.P. – président de la dite association – et d’une universitaire à la retraite, auteure de cet article,visiteuse au même C.P. Nous avons appelé cet atelier “PARCOURS +” , et l’avons ouvert , sans obligation de cotisation, à ceux qui veulent faire des études supérieures, soit pour s’engager dans un cursus et préparer un diplôme en vue de leur réinsertion , soit pour le plaisir personnel et l’enrichissement intellectuel. En ce qui concerne nos moyens, grâce à l’association culturelle et à l’Admnistration Pénitentiaire Régionale, nous avons pu financer l’achat d’usuels et de manuels, dictionnaires et ouvrages méthodologiques, dans les disciplines concernées , comme obtenir un local aménagé en détention pour les rencontres , échanges et entretiens divers ( avec une armoire métallique fermée à clef pour les livres dont nous gérons nous-mêmes le prêt).

L’offre majoritaire se fait avec le téléenseignement de l’université de Caen, université de proximité, avec laquelle nous avons négocié les prix ( proches de la gratuité !) comme les conditions de prêt de livres et documents auprès de la bibliothèque universitaire et/ou municipale. Cette proximité permet de surcroît de régler au plus vite et en présentiel les problèmes qui ne manquent pas de se poser , concernant les inscriptions, l’envoi ou le contenu des cours, la gestion des examens et contrôles, l’emprunt ou le rendu des livres…

PDF - 95.1 ko
Affiche dans le centre Pénitentiaire de Caen

Dès le mois de juin 2008, nous avons affiché un peu partout au Centre Pénitentiaire notre projet, nous avons monté avec l’atelier vidéo une émission interne d’information et nous avons publié dans le journal du Centre Pénitentiaire Quand ?un appel à inscriptions accompagné d’un article expliquant ce que nous proposions. Et cette année 2008-2009 nous avons ainsi inscrit à Caen deux détenus au DAEU Lettres, un en Licence d’Histoire (1ère année) , deux en Licence d’Anglais (1ère année), un en Licence d’Informatique (2è année), un en Master 2 Informatique. D’autres étudiants détenus sont réinscrits à Besançon (un Master 2 Informatique) , à Rennes (un Master 1 Histoire) , et à Strasbourg (auditeur libre en Sociologie). Et en complément ,deux détenus poursuivent une VAE (une Licence Professionnelle Edition et un autre diplôme professionnel en Chaudronnerie). Les cours sont dispensés sur CD Rom et papier ; pas de clef USB ou circuit Internet ! Ce qui complique d’ailleurs singulièrement la tâche de l’équipe d’encadrement , l’université privilégiant de plus en plus – voire exclusivement – l’usage d’Internet.

Cette équipe d’encadrement, hormis le RLE, est bénévole . Elle est composée pour l’heure de quatre universitaires caennais tout juste à la retraite (Anglais, Didactique de la géographie, Génie Civil ,Sciences de l’Education/philosophie), expérimentée de surcroît dans la formation initiale et continue d’adultes (enseignants, ingénieurs). Leur travail se veut collectif , le suivi des étudiants se faisant par une permanence hebdomadaire ( le mercredi après-midi ) et au besoin par des rendez-vous individuels plus ciblés et sur demande, un autre jour de la semaine.

JPEG - 253 ko

Les objectifs de cette équipe sont d’abord d’assister dans leurs études les étudiants détenus , en leur proposant un accompagnement scientifique, méthodologique et pédagogique, une aide logistique et matérielle (interface avec l’extérieur : emprunt et rendu des livres, rendu des copies etc.), sans compter les encouragements et la mise en confiance en soi-même et en ses capacités bien évidemment nécessaires dans le contexte de la détention. Au fil du temps, il s’agit aussi de développer les échanges et l’entraide entre les étudiants détenus , suivant leurs compétences intellectuelles/disciplinaires et méthodologiques respectives , ce qui – à l’heure qu’il est – s’avère encourageant.

Autant dire donc ici que le bilan humain s’annonce déjà largement positif : nous voyons les personnes concernées reprendre progressivement confiance en elles, s’ouvrir au débat intellectuel critique , communiquer entre elles et s’entraider. Quant aux résultats d’examens, nous verrons en fin d’année si les 95% d’échecs sont à ranger dans les mauvais souvenirs …du moins , tant pour les étudiants détenus que pour les intervenants extérieurs , l’expérience humaine, comme il vient d’être dit, mérite déjà à elle toute seule de poursuivre l’aventure !

L’année 2008/9 s’est soldée par un succès aux examens, succès partiel ou total pour chacun des 11 inscrits, ce qui reste encourageant ! L’année 2009/10 a vu les inscriptions passer au total à 22 , compte tenu des transferts ( départs comme arrivées) , en Maths ( L3), Informatique ( L2 et M2), Musicologie ( L2), Histoire ( L1, L2, M2 ), Sociologie ( L1) , Anglais ( L2), Droit ( L1) , DAEU, BTS ( gestion), BEP ( comptabilité et Arts Graphiques) , Bac Pro ( Arts Graphiques) et Validation des Acquis de l’Expérience ( VAE ). Les universités impliquées, en dehors de Caen ( majoritaire) sont Strasbourg, Rouen, Rennes2, Besançon et Paris-Descartes ( IUT). Le premier défi de cette année a été de fidéliser les inscrits de l’an dernier et d’intégrer les nouveaux arrivants ( y compris en cours d’année), ce qui ne va pas de soi . Il faut en effet vraiment accompagner chaque personne, individuellement, tant le moindre obstacle – administratif, matériel, psychologique, disciplinaire, sécuritaire…- vient vite décourager les plus courageux, freiner les ardeurs, ralentir voire bloquer le travail ( confiscation d’ordinateur personnel par exemple). En cette fin d’année, le « groupe » des étudiants est toujours actif et bien vivant… Le deuxième défi est en effet de rendre les études compatibles avec la sécurité pénitentiaire . Peut-on étudier la physique-chimie alors que les produits « dangereux » sont interdits ? Quel accès aux logiciels , ou à Internet quand on sait qu’ils sont indispensables aujourd’hui pour étudier et qu’ils sont inaccessibles en détention ? Pour répondre à ces défis, seule la patiente négociation permanente avec l’Administration Pénitentiaire , appuyée sur de solides arguments, permet d’avancer. Les résultats nous diront bientôt si notre obstination d’universitaires bénévoles a de nouveau payé !

Anne Le Roux . Juin 2010 Visiteuse au C.P. de Caen, secrétaire du bureau de l’antenne Manche-Calvados de l’ANVP, et administratrice ARTEC ( [imprimerie associative Jean-Claude Vimont a publié un article sur la revue Drôle d’Immeuble, éditée au centre de détention de Caen aux débuts des années 80 et qui fut à l’orgine de cette imprimerie en détention->http://www.criminocorpus.cnrs.fr/ar…] et centre de formation agréé , intra muros , au même C.P. www.imprimerie-artec.com ) Caen, le 21 février 2009.