Un graffiti sur les soeurs Papin

Dans le cadre de ses recherches sur la reconversion des prisons héritées du XIXe siècle et récemment désaffectées, Mathilde Fouché, étudiante en master patrimoine de l’Université de Rouen, a eu l’occasion de visiter le palais de justice et la prison du Mans. Dans la souricière du palais de justice, jouxtant la salle de la cour d’assises, elle a découvert de nombreux graffiti énumérant les affaires et peines prononcées. Ils auraient été rédigés par les gendarmes qui gardaient les prévenus. Parmi eux, un graffiti mentionne la condamnation en 1933 des soeurs Papin, celle de Christine à la peine de mort et celle de Léa à dix années de travaux forcés. Les graffiti réalisés par des détenus emprisonnés ou par des pupilles de colonies pénitentiaires avaient retenu l’attention des historiens. Que des gendarmes se livrent au même exercice est plus étonnant.

Photographie de Mathilde Fouché, 2010

Photographie de Mathilde Fouché, 2010

Photographie de Mathilde Fouché, 2010

Photographie de Mathilde Fouché, 2010




OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marc Renneville (7 juillet 2010). Un graffiti sur les soeurs Papin. Criminocorpus. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncyr


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search