QHS, les campagnes contre les Quartiers de Haute Sécurité (1975-1982)

Le décret du 23 mai 1975, publié au Journal Officiel le 27 mai, entraîne une notable évolution de l’univers carcéral. Il crée les centres de détention, dont le régime est principalement orienté vers la réinsertion sociale et la préparation à la sortie des condamnés, aux côtés des maisons centrales, avec un régime de sécurité renforcé, et des maisons d’arrêt, pour les prévenus et les courtes peines. Pour certaines catégories de détenus, elle propose la création de quartiers de sécurité renforcée ( plus souvent appelés « QHS », quartiers de Haute sécurité). L’article D-70-1 précise : « Parmi les maisons centrales, des établissements ou quartiers de sécurité renforcée reçoivent les condamnés qui, par leur personnalité ou leur comportement, ne peuvent être affectés ou maintenus dans un autre établissement ». Un circulaire du 30 septembre de la même année autorise la création de quartiers de sécurité dans les maisons d’arrêt. Ces derniers bénéficient de mesures de sécurité plus poussées incluant l’isolement physique et sensoriel et sont réservés aux prisonniers présumés ou reconnus comme dangereux. Très vite cette détention particulière va être dénoncée. Certains détenus, des journalistes, des intellectuels mènent un combat acharné contre ces quartiers jusqu’à leur fermeture par le Garde des sceaux Robert Badinter. Je consacrerai donc mes deux années d’étude aux campagnes et luttes contre les QHS jusqu’en 1981, que ce soit sous un angle psychologique et social mais aussi politique.

Tout d’abord je dois comprendre la spécificité de ces prisons et les raisons de leur création. Je crée donc une bibliographie qui me servira d’épine dorsale tout au long de mon étude. Pour cela, je dispose de livres consacrés aux QHS avec les témoignages d’anciens détenus, telq que les livres de Jacques Mesrine ou encore celui de Roger Knobelspiess intitulé « QHS », mais aussi d’œuvres plus générales sur le milieu carcéral et de recherches réalisées avant moi par des étudiants comme la maîtrise d’Alexandra Mainmarre sur la presse et Roger Knobelspiess. Ils me permettront de constater les particularités de détention et d’établir une chronologie. Les comptes rendus des débats de l’assemblée nationale sur l’agitation dans les prisons en 1974 et en 1975 me permettront de mesurer le climat politique autour de cette création problématique, mais aussi les raisons sécuritaires qui poussent le gouvernement à remanier le milieu carcéral.

Ces centres de détention sont nombreux, afin de les comparer il me faut les localiser, travail réalisé progressivement au fur et à mesure des lectures diverses, notamment celle de la presse quotidienne. Cependant il faut noter qu’outre les établissements dits de haute sécurité, il existe dans les prisons dites normales des sections de haute sécurité. A travers les témoignages recueillis, il est possible d’avoir une perception interne de ces espaces d’isolement. Il s’agira donc ensuite de regrouper tous les témoignages de détenus, qu’ils soient publiés dans des autobiographies ou dans la presse, en particulier le journal Libération et sa rubrique courrier, mais aussi dans le journal du CAP, le journal des prisonniers qui consacra un numéro spécial aux QHS. Je sélectionne à travers les témoignages les passages de descriptions de cellules, mais aussi les particularités liées à l’isolement ou encore les noms de détenus qui me serviront tout au long de mon étude comparative. Ainsi se dessinent plusieurs aspects de la détention en QHS qui me permettent de comprendre les campagnes de lutte pour leur fermeture.

En effet, dans un second temps il me faut me pencher sur les luttes contre les QHS et le phénomène de médiatisation qui a joué un grand rôle dans leur fermeture. Pour cela une grande partie de cette étude reposera sur la presse, notamment les quotidiens Libération, Le Monde et le Figaro. Ils feront apparaitre les raisons de la polémique, ainsi que les répercussions dans l’opinion publique, les facteurs et supports de cette effervescence. Les interventions de détenus dans certains journaux sont nombreuses, notamment dans la rubrique « courrier » de Libération, des dossiers leurs sont parfois consacrés et les quartiers haute sécurité sont évoqués tant dans la rubrique justice que dans celle des faits divers. Je répertorie les articles qui me permettent de voir les raisons de la luttes tant sur les mauvaises conditions de détention que sur des abus et débordements dénoncés. Le sujet peut être traité différemment selon les journaux et leur ligne éditoriale, ainsi que selon les auteurs et les périodes. En effet, au fur et à mesure des numéros, on note que le phénomène prend de l’ampleur, je dois donc comparer les journaux sur la fréquence et le ton des articles autour de la détention en QHS. L’étude de presse comparative pose aussi la question des effets retour des campagnes médiatiques sur les détenus en lutte dans les QHS et le rôle qu’ils pouvaient y tenir depuis leur prison hautement sécurisée.

La privation de tout contact au sein de la détention et l’isolement sont décriés dans les campagnes de lutte. Il me faut donc mesurer cette réalité. Il sera question du lien que le détenu peut conserver au-delà de son quartier haute sécurité. Dans cette optique j’analyserai les contacts que les détenus peuvent avoir avec l’extérieur, mais surtout dans leur quotidien, c’est dans ce but que je répertorie les noms de détenus émetteurs de petites annonces dans la rubrique « taulard »de libération, étudiée par ailleurs par Perrine Brianchon, pour voir si des hommes incarcérés en QHS peuvent en être à l’origine et s’ils peuvent donc avoir un contact hebdomadaire régulier avec l’extérieur. De plus il me serait profitable d’avoir des témoignages plus contemporains d’anciens détenus qui auraient le recul nécessaire à l’objectivité que je recherche. Enfin je tenterai de comprendre si cette médiatisation contre la politique de QHS a eu des retombées politiques, à savoir si elle a contribué à l’échec futur du président Giscard d’Estaing lors des élections présidentielles.