(Master) Violences morales et physiques, pressions et répressions à l’aube du régime de Vichy (juillet 1940-décembre 1941) par Florie Ledue

Mémoire de master soutenu en juin 2010 à l’Université de Rouen et dirigé par J-C Vimont, 278 p. et annexes.

Le mémoire de Florie Ledue présente une analyse rigoureuse de la compression des libertés dans un département sous Occupation, la Seine-Inférieure, et soumis aux nouvelles directives du régime autoritaire mis en place par le maréchal Pétain. Certains aspects concernant la vie quotidienne des Français de 1940 à 1944 sont connus mais souvent évoqués comme un cadre de vie contraignant sans aller aux sources de ces restrictions, interdictions, pressions physiques et morales. Le mémoire s’efforce de distinguer précisément les initiatives des troupes allemandes de celles des gouvernements de Vichy mais il montre surtout la collaboration entre ces deux sources de pouvoir pour entraver les libertés démocratiques héritées de la Révolution et des luttes sociales et politiques du XIXe et du premier XXe siècle. Le souci de repérer toutes les contraintes imposées aux Normands accompagne une quête personnelle de l’auteur. Arrière petite fille d’un cheminot du Tréport soupçonné d’opinion communiste, Florie Ledue reconstitue l’univers dans lequel vécut cet aïeul au destin tragique : dénoncé, il fut déporté à Auschwitz et mourut dans ce camp d’extermination.

JPEG - 21.4 ko

Le mémoire aborde donc toutes les interdictions concernant les libertés élémentaires dans le contexte d’une guerre qui se poursuit entre l’Allemagne et la Grande Bretagne et où la Seine-Inférieure figure aux avants postes. Il est donc question des directives concernant les camouflages des lumières, le couvre-feu, l’heure allemande, les restrictions à la circulation, la prohibition des armes, des pigeons voyageurs, de la prise de photographies… Affiches, articles, circulaires illustrent parfaitement les développements. On remarque sur presque tous ces documents les sanctions encourues par les contrevenants. La peine de mort est évoquée à plusieurs reprises pour dissuader toute aide aux ennemis de l’Allemagne. Garantir la sécurité des troupes d’Occupation et constituer une base arrière sûre à des troupes qui ont encore l’objectif de vaincre les britanniques motivent tous ces ordres.

L’Occupation eut un coût économique. Les premiers gouvernements du Maréchal favorisèrent réquisitions, rationnements et toutes sortes de prélèvements sur les biens des vaincus. Les chevaux, les automobiles, les logements, des denrées alimentaires, des matières premières sont livrées aux troupes et contribuent à l’effort de guerre des puissances de l’Axe.

La Révolution Nationale impulsée en zone sud impliquait de nouvelles valeurs morales et des contraintes afin de relever le pays après la défaite. Tel était du moins le slogan affiché et répété par la propagande. Florie Ledue a repris les analyses de Marc Boninchi, dans Vichy et l’ordre moral, afin de les confronter au vécu des habitants de la région. De longs développements sur la prostitution, sur l’alcoolisme montrent l’obsession réglementaire assez hypocrite et peu efficace des nouvelles autorités. De beaux documents présentent les lettres de dénonciation qui accompagnèrent cette tentative de l’autorité publique de s’immiscer dans la sphère de la vie privée, au coeur de la vie intime des couples.

JPEG - 108.8 ko

Les libertés politiques sont également entravées. Certaines opinions ne sont plus admises et l’odre nouveau fonctionne par l’exclusion de certaines catégories de Français représentant “l’anti-France”. Le mémoire présente bien les décisions concernant le contrôle des étrangers et les lois créant deux catégories de Français, les Français nés de père français et les Français nés de parents étrangers. Les individus suspects de menées anti-nationales, les communistes dès la fin 1940 sont fichés, dénoncés, arrêtés. La répression des partisans de la IIIe Internationale monte en puissance après l’invasion de l’URSS et lors de l’apparition des premières actions de la résistance armée communiste. Florie Ledue a retrouvé la fiche de son arrière grand-père le présentant comme un agent de la SNCF “devant être considéré comme suspect et douteux au point de vue propagande communiste”. La correspondance entre la préfecture de la Seine-Inférieure et le dirigeant du 4eme arrondissement de la SNCF de la région nord à Amiens montre bien le réseau de surveillance qui entourait les militants communistes.

JPEG - 19.6 ko
JPEG - 32.8 ko

Le mémoire aborde également la question des agents de la répression et, à la suite d’Olivier Baruch, expose les responsabilités des fonctionnaires français de la zone occupée dans la mise en place du nouveau régime. Le rôle des maires est également présenté, entre accommodation et collaboration.

Ces multiples entraves aux libertés suscitent frondes, mécontentements, réactions et résistances diverses. C’est ce que présente la troisième partie du mémoire. Elle ne néglige pas les formes d’illégalisme de droit commun engendrées par les difficultés matérielles de ces premières années. Les pillages consécutifs de la débâcle et de l’exode sont évoqués, différents types de vols dont ceux de colis aux prisonniers de guerre, sont présentés de même que l’univers multiforme du marché noir. Les premiers actes de résistance, affichages de papillons, distributions de tracts, sabotages et attentats à partir de l’été 1941 sont présents dans cette partie. La répression féroce qui s’en suivit, les menaces, la politique des otages, les fusillades, les arrestations et les déportations sont parfaitement décrites. On notera des pages très précieuses sur les papillons, ces ancêtres des autocollants politiques, confectionnés de manière artisanale, rapidement collés dans les artères des municipalités, et exprimant sous une forme concise, rudimentaire, une opinion subversive.

JPEG - 7.7 ko
Papillon clandestin manuscrit
JPEG - 10.5 ko

Les annexes et les illustrations du mémoire contribuent à la compréhension de la démonstration et offrent de précieux témoignages individuels aux côtés de documents officiels qui réglementaient la vie quotidienne. Les sources aux archives départementales sont précisément décrites, ce qui offre un utile repérage au sein de la série W.

Ce beau mémoire, hommage personnel d’une jeune étudiante à un parent victime de la répression nazie, présente une réflexion de qualité sur la nature du régime mis en place aux lendemains de la défaite en zone occupée et des documents précieux pour saisir les comportements des uns et des autres, simples citoyens ou détenteurs d’une parcelle d’autorité, face à une nouvelle donne politique et sociale.

Jean-Claude Vimont