Florence Cestac : « En 1968 j’ai fait de la prison pour « vol et destruction d’emblèmes nationaux » »

Florence Cestac en 1968• Crédits : © Florence Cestac

ART ET CRÉATION LE RÉVEIL CULTUREL par Tewfik Hakem

« Avoir 20 ans en mai 68 » 5/5 avec l’auteure de BD Florence Cestac qui avait 18 ans en mai 68, une époque qui l’a libérée, l’a portée et a révélé son engagement.

À l’occasion des 50 ans de mai 1968, le Réveil Culturel propose de faire entendre toute la semaine le témoignage d’acteurs culturels qui avaient vingt ans en mai 68, à l’époque où les événements commençaient à tourbillonner autour du monde et bousculer les habitudes…

Aujourd’hui, vendredi BD avec :

Florence Cestac, auteure de BD, pour Filles des Oiseaux, volume 2, aux éditions Dargaud.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France culture

Florence Cestac est née un 18 juillet à Pont-Audemer. Après une scolarité modeste (pas de diplômes trop voyants), elle intègre en 1965 les Beaux-Arts de Rouen et en 1968 les Arts décoratifs de Paris. Elle dessine pour Salut les copains, Lui, 20 ans, et rencontre Étienne Robial, avec qui elle ouvre en 1972 la première librairie de bande dessinée parisienne et fonde en 1975 les éditions Futuropolis. Dans le feu de l’action, elle devient maquettiste, emballeuse, livreuse, photograveuse, traductrice, nounou d’auteurs, attachée de presse et directrice de collection. Elle voit défiler dans son bureau toutes sortes de jeunes talents en friche, pas toujours bien peignés ni très polis, et racontera cette expérience enrichissante avec Jean-Marc Thévenet dans un livre intitulé Comment faire de la bédé sans passer pour un pied-nickeléPour en savoir plus sur Cestac


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *