Une réflexion « française » autour de « l’homme criminel » : criminalité, défense sociale et folie d’après Achille Foville fils, inspecteur général des établissements de bienfaisance et d’aliénés en 1880

Frédéric CARBONEL

« S’il existe réellement une classe spéciale de criminels, présentant une certaine conformité de caractères physiques anormaux, dus en partie au moins à la transmission héréditaire, il est impossible que cette race ou caste ne présente pas aussi certains caractères spéciaux, dans le domaine intellectuel et moral. Il y a donc à faire, dans l’étude de l’homme criminel, une large part à sa psychologie ».
Achille Foville fils, Annales d’hygiène publique et de médecine légale, octobre-novembre 1880

« La vie sociale, on peut s’en convaincre chaque jour davantage, est aussi bien que la vie individuelle une lutte pour l’existence. Or, toute lutte se réduit à deux actes : l’attaque et la défense. Tant qu’il y aura des criminels qui attaqueront il faudra bien que la société se défende, et le seul procédé pratique trouvé jusqu’ici, pour y parvenir, consiste dans l’application des peines ».
Achille Foville fils, Annales d’hygiène publique et de médecine légale, octobre-novembre 1880

Le docteur Achille-Louis-François Foville fils est né à Rouen le 25 mars 1831. Il est décédé à Paris le 15 décembre 1887. Fils du premier médecin en chef de l’asile Saint-Yon pour aliénés de Rouen, le docteur Achille Foville père (1799-1878), Foville fils réalisa de brillantes études au lycée Louis-Le-Grand de Paris. Entre 1854 et 1857 il fut interne des hôpitaux de Paris et lauréat de l’Assistance publique. Il fut nommé docteur le 30 décembre 1857 puis médecin adjoint de l’asile pour hommes aliénés des Quatre-Mares en Seine-Inférieure entre le 11 août 1859 et le 1er mars 1860. Il devint alors membre résidant de la Société de médecine de Rouen puis médecin en chef du service des femmes aliénées de l’asile de Maréville, près Nancy en 1860 ; médecin-directeur à Doles en 1861 ; médecin-directeur à Châlons-sur-Marne en 1864 ; médecin-adjoint à Charenton en 1866 où son père avait été médecin en chef après Esquirol (1772-1840). Le docteur Foville fils participe alors aux travaux de la Société d’Anthropologie de Paris. Il est aussi le rédacteur pendant six années des procès-verbaux de la Société médico-psychologique de Paris. Dès décembre 1866, au sein de cette dernière société savante, Foville fils intervient avec le docteur Morel (1809-1873) pour l’organisation du premier Congrès international de la médecine mentale réunissant aliénistes et psychologues français et étrangers à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867 [1].

En 1872 [2] Foville fils fut à nouveau nommé médecin-adjoint de l’asile-colonie agricole pour hommes aliénés des Quatre-Mares près de Rouen puis son médecin-directeur. Il redevient alors membre résidant de la Société de médecine de Rouen puis son président en 1873. En 1877 il échoue à la candidature de la première chaire des maladies mentales de la Faculté de médecine de Paris contre notamment Valentin Magnan (1835-1916) et Benjamin Ball (1833-1893), ce dernier vainqueur étant soutenu par Charcot (1825-1893) [3]. Trois années plus tard, le 30 avril 1880, Foville fils est nommé inspecteur général des établissements de bienfaisance et des asiles d’aliénés français. Collaborateur puis directeur de la revue des Annales médico-psychologiques en 1881, Foville fils est reçu chevalier de la légion d’honneur le 14 janvier 1882 [4]. Cette même année il est élu secrétaire général de l’Association générale des médecins de France [5] puis membre de la Société de Médecine mentale de Belgique le 26 janvier 1884.

En octobre-novembre 1880 Foville fils publie pour les Annales d’hygiène publique et de médecine légale un article passé presque inaperçu mais fort conséquent de 45 pages. L’auteur dresse un tableau de ce qui peut permettre aux contemporains de reconnaître anatomiquement, physiologiquement et psychologiquement « l’homme criminel » : « le criminel au point de vue anatomique et physiologique [6] ». Il est intéressant de constater que Foville fils tire partie de la réédition de l’Uomo delinquente de Lombroso (1836-1909) en 1878. Mais il n’hésite pas à le critiquer tout en recontextualisant ces recherches dans le cadre de travaux français, autrichiens et anglo-saxons portant sur le « crime » et la « folie » (Ferrus [7], Bordier [8], Prosper Despine [9], Benedikt [10], Maudsley [11], Thompson [12] essentiellement) [13].

En tant qu’inspecteur général des asiles pour aliénés français, le docteur Foville fils tente de reproblématiser la question des frontières fragiles entre « l’homme criminel » et « l’aliéné ». Il soutient qu’il est nécessaire pour la société de continuer à ne pas confondre les deux. Il faut rappeler que la publication de cet article se situe au tout début de la diffusion des idées lombrosiennes en France [14] ainsi qu’à un tournant puisqu’il est publié quelques années avant la constitution de l’École lyonnaise d’anthropologie criminelle animée par Lacassagne (1843-1924). Celui-ci n’est d’ailleurs jamais cité dans le texte alors qu’il vient d’être nommé à la chaire de médecine légale de la Faculté de médecine de Lyon [15]. En effet le premier Congrès international d’anthropologie criminelle ne se tiendra à Rome qu’en novembre de l’année 1885 [16] et les Archives d’anthropologie criminelle ne paraissent qu’à partir de l’année 1886. De plus le docteur Foville fils décède en 1887 achevant prématurément une brève mais brillante carrière aujourd’hui totalement oubliée [17].

La contribution du docteur Foville fils au début des années 1880 sur « Le criminel au point de vue anatomique et physiologique » est donc bien originale car antérieure à la querelle franco-italienne (« fausse » ?) portant jusqu’à la caricature sur le « déterminisme biologique », « l’hérédité » et le « milieu social ». Les aliénistes français participent alors aux débats, avec d’autres professions (notamment les médecins généralistes, les juristes, les hommes d’État…) à une époque charnière où les républicains opportunistes tentent de redéfinir la politique pénale de la France : « la répression se fonde depuis 1810 sur “ l’intelligence, la volonté et la conscience du criminel ” […]. Cette doctrine se maintient jusque dans les années 1880 lorsqu’elle est concurrencée par les notions de responsabilité sociale, dangerosité, anormalité mais on ne parvient cependant à y renoncer totalement [18] »

Cependant la réflexion du docteur Foville fils se situe l’année de fondation par Lombroso des Archivio di psychiatria, anthropologia, scienze penali ed anthropologia criminale per servire allo studio dell’Uomo delinquente [19], justement en 1880, période où il n’existe pas en France d’équivalent hormis peut-être deux revues françaises déjà bien anciennes : les Annales médico-psychologiques. Journal destiné à recueillir tous les documents relatifs à l’aliénation mentale, aux névroses et à la médecine légale des aliénés [20] et les Annales d’hygiène publique et de médecine légale [21]. Ainsi plutôt que sur le « criminel né [22] » (expression non citée dans le texte à la différence du mot « atavisme »), Foville fils propose de s’interroger davantage sur « la transmission héréditaire ». S’il ne nie pas que les déterminations mentales du criminel soient lisibles sur son corps, il pense qu’elles sont insuffisantes à sa compréhension. Cette dernière inclut, selon lui, l’étude des caractères anatomiques (notamment de la « tête », du « crâne » et du « cerveau »), physiologiques et psychologiques, mais aussi du « tempérament », de la « physionomie », du « milieu moral » et de « l’éducation vicieuse » des criminels. Foville fils ne s’attarde pas en tant que médecin aliéniste sur la question de la dangerosité de l’aliénation elle-même. Il considère en revanche que certaines théories uniquement « psychologiques » du crime sont dangereuses notamment celle développée par Prosper Despine. Ainsi l’inspecteur général Foville fils n’échappe pas à son époque : « dans les années 1880, contexte de bouleversement économique et industriel, le crime, la criminalité sont les terrains privilégiés pour refléter les inquiétudes, les peurs d’une société en mouvement [23] ».

Deux années après la tenue en août 1878, pendant l’Exposition universelle de Paris, du Congrès international des sciences anthropologiques, la contribution du docteur Foville fils, lecteur assidu du philosophe républicain Alfred Fouillée (1838-1912), illustre indirectement les limites de la « science » anthropologique (cranioscopie, anthropométrie, physiologie, psychologie…) et par conséquent celle de la biologie du crime. Foville fils s’interroge sur les délimitations entre le « criminel » et « l’aliéné » sans quelques difficultés notamment depuis l’application de l’article 64 du code pénal napoléonien (1810) et la loi de 1838 en France (cette dernière non évoquée mais indirectement présente dans la réflexion de l’auteur). De plus, sa contribution au débat paraît annoncer les critiques françaises concernant la « nuisible » confusion entre criminalité et folie des criminalistes italiens [24]. Or, cette théorie fusionnelle ne semble pas être attribuée par le docteur Foville fils à Maudsley ou à Lombroso [25]. En effet, l’assimilation de la « folie » à la « criminalité » pouvait poser de nombreux problèmes pratiques. Ainsi, pousser à son terme cette analyse permettait la relaxe d’assassins selon le raisonnement du docteur Foville fils suivant : « jusqu’à nouvel ordre la meilleure réponse à faire aux apôtres de l’indulgence généralisée et de l’impunité systématique nous paraît encore celle qu’Alphonse Karr [26] faisait aux partisans de l’abolition de la peine de mort : “ Que messieurs les assassins commencent ! ” ».

Nous nous proposons ici de classer des extraits bruts qui nous ont semblé les plus importants du long article donné par le docteur Foville fils aux Annales d’hygiène publique et de médecine légale en 1880 selon un préambule sur la « défense sociale [27] » et quatre chapitres. Le premier montre les limites de l’examen exclusif de la « tête » des criminels. Le second rappelle l’intérêt de l’étude de la « physionomie » générale du criminel puisqu’elle se rapproche, selon le docteur Foville fils, fortement de celle du « sauvage » et du primitif voire de « l’homme préhistorique » selon des concepts anthropologiques largement partagés au début de la IIIe République. Le troisième critique la théorie uniquement bio-héréditaire du crime et souligne l’importance du « milieu moral » et de « l’imitation » tandis que le dernier dénonce l’explication purement psychologique du crime au détriment du « portrait d’après nature » essentiel aux yeux de l’inspecteur général des asiles pour aliénés français. Il pose le problème des criminels « invétérés » quelques années avant l’adoption de la loi du 27 mai 1885 sur la relégation des « récidivistes [28] » et la distinction entre les délinquants « d’occasion » et « d’habitudes » introduite par la loi du 26 mars 1891.

En conclusion, l’anthropologie du criminel proposée par le docteur Foville fils, aliéniste praticien de la médecine légale, revient sur la nécessité pour la société de ne pas assimiler le crime et la folie garantissant justement sa cohérence ainsi que la juste application des peines. Dans ces conditions comment reconnaître l’« homme criminel » selon le docteur Foville fils ? De plus comment pratiquement distinguer le « fou » du « criminel » selon l’inspecteur général des asiles pour aliénés français ? Que faire des « individus hybrides », ces « demi-fous » criminels ou plutôt « moitié fous, moitié sains » ? Ainsi Foville fils, nouvel inspecteur général des établissements de bienfaisance et d’aliénés en 1880, nous invite autant à un champ de recherches scientifique [29] pour comprendre le crime et la folie qu’à une large réflexion sur « l’homme criminel » et la « répression pénale ». Cette « réflexion française » prend forme au début de la IIIe République au nom de la défense sociale et de sa nécessité [30] (y compris pour l’inspecteur Foville fils de la peine de mort, des bagnes et des prisons [31]) mais aussi de « l’analyse scientifique moderne ». Selon lui, il ne paraît « y avoir aucun motif pour faire à l’ensemble des criminels, le même honneur qu’aux aliénés et pour les relever, eux aussi, de leur indignité » donc de leur responsabilité pénale.

Préambule sur le « libre arbitre », la « culpabilité », le « crime » et la « folie »

1) Du droit de punir selon A. Fouillée (1838-1912) [32] (d’après Foville fils)

« Les discussions philosophiques sur le droit de punir, sur son essence morale et sur sa légitimité théorique remontent à une haute antiquité. C’est là un des principaux sujets sur lesquels se sont exercés, de tout temps, les dialecticiens les plus consommés, les philosophes les plus abstraits sans que, jusqu’à ce jour, l’accord ait pu se faire. De nos jours encore, des opinions absolument divergentes sont soutenues sur cette question par des hommes d’un mérite considérable, et l’on peut même se demander si l’on n’est pas plus éloigné que jamais d’arriver à s’entendre.
À ceux qui seraient désireux de connaître un résumé assez complet, quoique concis, de ces controverses, nous ne saurions recommander la lecture d’un travail tout récent écrit par un des plus sagaces représentants de notre école philosophique contemporaine, M. Alfred Fouillée.
Il y verront d’abord analysés les arguments des spiritualistes qui, au nom de la métaphysique théocratique, se croient investis de trois principes absolus, ceux du libre arbitre, de la responsabilité morale et de la sanction ; aussi n’hésitent-ils pas à châtier le coupable en vertu d’une sorte de droit divin qui a institué la punition pour réprimer le mal et garantir l’ordre. D’autre part, l’école naturaliste, se basant sur les prétentions positivistes de la sociologie moderne, ne veut plus admettre ni libre arbitre, ni responsabilité morale ; elle ne voit dans les actes humains que le résultat fatal d’un ensemble de conditions de milieu et d’hérédité organique ; elle n’attribue dès lors les prétendus crimes qu’à un état soit de folie, soit d’ignorance, justiciable tout au plus de l’asile ou de l’école ; elle considère enfin toute répression pénale comme une inconséquence injustifiable et une dureté inutile.
Entre ces doctrines excessives, qu’il repousse l’une et l’autre, M. Fouillée cherche un juste milieu
[…] ».

2) Des « industries antisociales » et de la défense sociale selon A. Fouillée (d’après Foville fils)

« Là où l’on trouve, par exemple, l’auteur clair et précis, c’est lorsque malgré sa prédilection marquée pour l’école naturaliste, il lui reproche ses exagérations et ses utopies : “On néglige trop, dit-il, le droit de défense, on assimile trop la prison, soit à une maison de fous, soit à une maison d’école. Les sermons paternels et les leçons de morale ont besoin d’être corroborés par de solides verrous. En outre, est-il vrai scientifiquement que tout crime soit folie ou ignorance ? Que certains crimes soient des monomanies, c’est chose incontestable. Mais l’homme qui vole pour sortir de la misère est-il fou ? Le caissier qui s’enfuit avec la caisse est-il fou ? Et le faux monnayeur, et celui qui pratique la fraude en grand ou la contrebande ? Ce n’est pas là non plus pure ignorance, car il y a souvent dans les crimes et délits une preuve d’adresse, de réflexion, de science mal employée. Ce sont plutôt des industries antisociales. Quant aux crimes commis par vengeance, par amour, par une passion quelconque, ils ne sont pas non plus de véritables folies physiologiques ni une ignorance pure et simple. Il faut donc ajouter, selon nous, à la folie et à l’ignorance comme causes du crime, les industries antisociales et les penchants anti-sociaux, dont on ne peut évidemment laisser les effets se développer en liberté ”.
On ne saurait mieux dire à notre gré, et nous ajouterons que rien n’est plus nuisible aux intérêts des véritables aliénés poussés par leur maladie, à commettre des actes réellement délictueux ou criminels, que la fausse philanthropie qui tend à généraliser l’irresponsabilité et à substituer partout une folie imaginaire à la culpabilité. »

De la diffusion des idées lombrosiennes et de « l’École positive italienne » en France (selon Foville fils)

« Admettons, puisque l’expérience le prouve, que le crime est une fatalité inhérente aux sociétés humaines et dont aucune ne peut s’affranchir ; mais reconnaissons en même temps que la répression pénale, elle aussi, est nécessaire et inévitable.
Ces idées tendent d’ailleurs à se généraliser ; nous les retrouvons exprimées en termes presque identiques dans les œuvres du professeur Lombroso ; l’un des médecins de l’Italie qui se sont le plus occupés de médecine légale, et qui ont publié le plus de travaux relatifs aux aliénés et aux criminels. Il vient notamment, de consacrer un volume de 700 pages à faire la monographie de l’homme criminel « uomo delinquente » étudié au point de vue de l’anthropologie, de la jurisprudence et de la discipline pénitentiaire.
Ce livre est une seconde édition, refondue en grande partie et considérablement augmentée, d’un ouvrage qui, s’adressant à la fois aux médecins, aux penseurs, aux philosophes et aux jurisconsultes, a pu obtenir un légitime succès et a été rapidement épuisé.
Comme conclusion générale de ses recherches l’auteur arrive à une formule peu de chose près semblable à celle de M. Fouillée, ainsi que le prouvent les citations suivantes :
“ L’étude de la statistique aussi bien que l’examen anthropologique, dit Lombroso, amènent à considérer le crime comme un phénomène naturel, on pourrait presque dire comme un phénomène aussi nécessairement lié à la nature humaine que la naissance, la mort, la conception.
De la nécessité du crime découle logiquement la nécessité de la défense, et par conséquent de la peine…
”[…] »

« Ceci étant admis, et le droit de punir étant considéré comme une sorte de conséquence fatale et nécessaire du crime, il n’en reste pas moins intéressant et utile de rechercher quel est le terrain sur lequel germe et s’épanouit le crime ? de se demander si sa production n’est pas favorisée par des conditions déterminées de structure anatomique, de caractères, de tempéraments ? En un mot, de soumettre aux procédés de l’analyse scientifique moderne « l’homme criminel ». C’est là le but principal de l’ouvrage du Dr Lombroso, et ce qui prouve bien son caractère d’actualité, c’est que, dans ces derniers temps, plusieurs autres travaux sur le même sujet ont été publiés.
Nous avons pensé que cet ensemble de recherches pouvait être l’objet d’une analyse critique intéressante et instructive. Elle le sera d’autant plus que la comparaison des publications contemporaines faite sur ce sujet, avec des travaux antérieurs analogues, dus à des hommes d’un mérite reconnu, montre à quel point les études anatomiques et physiologiques peuvent avoir d’importance même dans les questions qui, naguère encore, paraissaient relever uniquement de la psychologie. En effet, c’est à l’aide des procédés perfectionnés d’observation physique, employés par la science moderne, que l’on s’efforce aujourd’hui de porter la clarté dans les problèmes moraux
».

CHAPITRE 1 : Des limites de l’examen exclusif de la tête des criminels (selon Foville fils)

1) Limites de la simple étude craniométrique des criminels [33]

« De tout temps, c’est de l’examen physique et anatomique de la tête que l’on a cherché à remonter à l’appréciation des qualités intellectuelles et morales de l’homme »

« Le visage est considéré à juste titre comme le reflet de l’âme ; les dimensions et la forme du crâne donnent une mesure très suffisamment approximative des dimensions et de la forme du cerveau ; et si l’on ne peut établir un rapport absolu entre la quantité de la matière cérébrale et le développement de l’intelligence, il y a du moins une grande présomption de correspondance entre ces deux termes ; en outre, sans accorder aucune rigueur scientifique aux théories phrénologiques de Gall et de Spurzheim, l’on ne peut se refuser à admettre une corrélation d’ensemble entre le développement de certaines régions cérébrales et celui de certaines facultés […]. »

« Il convient donc, si l’on veut se former une idée approximative de la valeur morale et intellectuelle d’une catégorie d’individus, de commencer par étudier, chez ces individus, la forme et le développement des différentes parties de la tête ; c’est là un genre d’études qui tend à se généraliser depuis une vingtaine d’années, grâce surtout, nous devons le rappeler aux travaux et aux publications de la Société d’anthropologie de Paris.
Il était dès lors naturel que l’on soumit aux procédés de l’étude crâniométrique la population des prisons ; c’est ce qu’on fait récemment plusieurs médecins, avec une patience des plus méritoires
».

2) Vers l’étude plus approfondie et directe du cerveau des criminels

« L’intérêt qui s’attache aux études crâniologiques tient uniquement, il est utile de le rappeler, à ce que le crâne traduit, d’une manière approximative, la forme et les dimensions du cerveau ; l’intérêt serait donc plus grand encore si l’on pouvait étudier directement le cerveau lui-même.
Bien que ce genre d’études n’est pas encore été fait sur un nombre de sujets suffisant pour donner les résultats d’une valeur établie, nous devons mentionner quelques travaux ayant trait, les uns à la morphologie, les autres à l’état pathologique des cerveaux des condamnés
. »

3) Limites de l’observation actuelle du cerveau des criminels

« Si nous avions à exprimer notre opinion personnelle dans une question aussi controversée, nous partagerions la réserve de ceux qui ne pensent pas que la découverte à l’autopsie, de telle ou telle altération anatomique du cerveau, suffise pour établir à posteriori, l’existence d’une aliénation mentale restée latente pendant la vie ; jusqu’à nouvel ordre, nous pensons que la folie ne peut se démontrer que par ses manifestations symptomatiques ; rien ne saurait suppléer à la constatation chez l’homme vivant des troubles intellectuels et des actes délirants ».

« Nous ne pensons pas davantage que le microscope puisse être, dans l’état actuel de la science, érigé en instrument de contrôle des décisions judiciaires. »

« Mesurer toutes les dimensions du crâne, examiner avec un soin minutieux la forme et le nombre des circonvolutions, rechercher avec le microscope les anomalies des tubes nerveux et des cellules cérébrales, c’est à coup sûr, pousser à ses dernières limites l’étude anthropologique de la tête des criminels. Mais ces recherches qui exigent tant de temps, tant de connaissances préalables, tant d’instruments spéciaux, sont-elles absolument indispensables pour permettre de reconnaître si les hommes qui remplissent les bagnes et les prisons présentent, dans leur constitution physique, certains caractères généraux propres à les faire distinguer ? Par le simple examen de leur aspect extérieur, par l’étude de leur physionomie ne peut-on arriver à certains résultats intéressants ? »

CHAPITRE 2 : « Physionomie » générale du criminel et caractères du « sauvage » (Selon Foville fils)

1) Caractéristiques physiques et anatomiques des criminels

« Sans vouloir remonter jusqu’aux études de Lavater sur la physionomie, pas plus que nous ne sommes remontés précédemment jusqu’à la phrénologie de Gall, nous devons reconnaître que les auteurs qui se sont occupés de cette question s’accordent à dire qu’il existe une véritable classe d’hommes adonnés au crime et reconnaissable à leurs caractères physiques. »

« Comme conclusion, Lombroso fait remarquer que, par cet ensemble de caractères, aussi bien que par ceux qui se rapportaient à l’examen crâniométrique, les condamnés se rapprochent de l’homme préhistorique et de l’homme contemporain vivant à l’état sauvage. Ils ont encore avec ce dernier, un autre point de ressemblance, c’est la fréquence du tatouage. »

2) Tatouage et criminalité [34]

« On sait combien cette pratique est habituelle chez les sauvages ; elle constitue leur véritable écriture et leur premier registre d’état civil ; par certains signes inscrits sur la peau, le débiteur peut signer l’engagement de se mettre au service du créancier, pendant un temps donné, et enregistrer la nature et le nombre des objets reçus. »

« Quant aux causes et aux caractères du tatouage, les recherches de Lombroso confirment les opinions déjà publiées en France par Tardieu [35], Hutin [36], Berchon [37]. Les insignes les plus fréquents se rapportent soit à la profession et surtout au métier des armes, soit à l’amour, soit à la religion. »

CHAPITRE 3 : Médiocrité de l’explication uniquement bio-héréditaire du crime et importance du « milieu moral » (selon Foville fils)

1) La théorie de la « transmission héréditaire » des dispositions du crime n’est-elle pas insuffisante ?

« Aristote rapporte l’histoire d’un homme qui accusé d’avoir maltraité son père, s’excusait en disant : “ Mon père a battu mon aïeul a de même traité mon bisaïeul de la manière la plus cruelle, et vous voyez mon fils ; cet enfant n’aura pas l’âge d’homme qu’il ne m’épargnera pas les sévices et les coups” [38]. »

« Plutarque de son côté s’exprime ainsi : “ Les enfants des hommes vicieux et méchants sont une dérivation de l’essence même de leurs pères. Ce qu’il y avait dans ceux-ci de principal, ce qui vivait, ce qui se nourrissait, ce qui pensait et parlait est précisément ce qu’ils ont donné à leurs fils ; il ne doit donc pas sembler étrange, ni difficile à croire qu’il y ait entre l’être générateur et l’être engendré une sorte d’identité occulte, capable de soumettre justement le second à toutes les suites d’une action commise par le premier [39] ”. »

« S’il est vrai que le criminel, considéré collectivement, présente un ensemble de caractères physiques et moraux qui font de lui une classe à part dans l’humanité, classe qui se rapproche surtout de l’homme préhistorique, ou de l’homme contemporain vivant à l’état sauvage, n’y-a-t-il pas lieu de croire que c’est principalement par les lois de l’hérédité morbide qu’a pu se constituer cette caste à part, se former ce type reconnaissable. »

« Mais l’exemple le plus remarquable de ce genre est celui de la famille Juke, dont le nom est devenu, parait-il, aux États-Unis, synonyme de criminel. D’après les renseignements donnés par Dugdale sur cette famille [40], dont le premier membre connu est un nommé Max Juke, né vers 1720, Lombroso a dressé un tableau généalogique qui s’étend à sept générations et qui comprend 709 personnes, sur lesquelles 76 ont été condamnées pour avoir commis 115 délits ou crimes. Sur ce même ensemble de 709 membres connus de la famille Juke, on compte, en outre, 142 vagabonds, 128 prostituées et 131 cas d’infirmités diverses. »

« Le soin que nous avons mis à rapporter ces faits prouve suffisamment l’importance qu’ils nous paraissent avoir ; nous croyons donc qu’il serait utile d’en recueillir, avec exactitude et méthode, le plus grand nombre possible. Mais en même temps, nous devons faire nos réserves sur l’interprétation qui leur est donnée et nous demander s’ils comportent comme explication unique la transmission héréditaire des tendances criminelles.
N’y a-t-il pas aussi une part, et une part très large, à faire à la communauté d’éducation vicieuse, à l’influence délétère du milieu moral, à la contagion du mauvais exemple ?
[…] »

2) Quelle est l’influence réelle du « milieu » et de « l’imitation » ?

« Il serait, en particulier, tout à fait intéressant de savoir dans quelle proportion numérique, et sous l’influence de quelles causes, les enfants nés de parents honnêtes et vertueux deviennent criminels ; et réciproquement, dans quelle proportion et par quelles influences, les enfants des criminels peuvent redevenir honnêtes et vertueux.
Peut-être bien, si l’on pouvait réunir sur ces différents côtés de la question des statistiques authentiques, reconnaîtrait-on que l’hérédité à elle seule n’a qu’une action médiocre dans la généalogie du crime. Peut-être verrait-on même, ailleurs que dans le roman [41], les prédispositions héréditaires fâcheuses céder à l’influence réparatrice d’un milieu honnête et d’une éducation vertueuse
. »

« S’il existe réellement une classe spéciale de criminels, présentant une certaine conformité de caractères physiques anormaux, dus en partie au moins à la transmission héréditaire, il est impossible que cette race ou caste ne présente pas aussi certains caractères spéciaux, dans le domaine intellectuel et moral. Il y a donc à faire, dans l’étude de l’homme criminel, une large part à sa psychologie. »

CHAPITRE 4 : Des dangers de l’explication purement psychologique du crime et de la nécessité du « portrait d’après nature » (selon Foville fils)

1) Problèmes de l’« insensibilité morale » et des « anomalies psychiques » des criminels selon Prosper Despine [42]

« M. Prosper Despine professe, sur la genèse du crime, une théorie absolue qu’il développe avec une grande abondance de détails et un incontestable talent, mais dont les conséquences seraient, quoi qu’il en dise, excessivement graves, car elle n’aboutirait à rien moins qu’à faire considérer tous les criminels, et surtout les plus grands scélérats, comme absolument dénués de liberté, et par conséquent de responsabilité morale, en d’autres termes comme de véritables malades […]. Comme principale preuve à l’appui de cet état d’insensibilité morale, il évoque l’absence de remords, absence qui, d’après lui, serait à peu près générale chez les criminels. Et, nous l’avons déjà dit, plus le crime serait odieux, plus cela prouverait que l’idiotisme moral est grave, que la liberté morale fait défaut, que la responsabilité est absente […]. »

« Cette théorie est purement psychologique ; elle a été construite de toutes pièces, et elle est étayée par l’interprétation systématique de récits presque exclusivement empruntés au Journal le Droit et la Gazette des Tribunaux. Nous ne pouvons nous dispenser de déclarer qu’elle nous paraît fausse et dangereuse [43] […]. »

« Outre les diverses anomalies psychiques auxquelles la population des prisons est particulièrement sujette : faiblesse intellectuelle et congénitale, exaltation maniaque et dépression mélancolique, il faut faire souvent une part considérable aux affections simulées. »

2) « Portrait d’après nature » de la psychologie du criminel contre théorie purement psychologique du crime

« […] nous ne pensons pas, d’ailleurs, que ce soit dans l’isolement du cabinet, et par la seule analyse des journaux, que l’on puisse arriver à bien connaître les allures, le caractère, la valeur intellectuelle et morale des classes qui peuplent nos prisons. Ce qui nous paraît réellement pratique pour atteindre ce résultat, c’est de nous reporter aux médecins qui, attachés au service de grands établissements pénitentiaires, ont longtemps vécu en contact habituel avec les prisonniers et ont peint leur portrait d’après nature. »

3) « Irresponsabilité morale » des aliénés et répétition des « crimes et délits » : que faire des « récidivistes invétérés » [44] ?

« Rien n’est plus ordinaire, on le sait, que la récidive dans l’accomplissement des crimes et des délits ; rien n’est plus fréquent que la présence, dans les prisons, de récidivistes invétérés. Les statistiques de ce genre abondent dans les publications de tous les pays, et il est inutile de les reproduire ici.
Faut-il voir dans ce fait la preuve que ceux qui retombent si souvent dans la même ornière criminelle soient dépourvus de la notion du bien et du mal, qu’ils agissent sans conscience, et que, plus ils recommencent, moins on doit les considérer comme responsables ? Sans doute, cette explication est applicable à un petit nombre de véritables imbéciles et d’aliénés proprement dits ; ceux-là finissent généralement par être conduits dans les asiles d’aliénés, et souvent on aurait pu, sans inconvénient, commencer par là. Mais ce sont là des exceptions et ce serait, croyons-nous, une erreur que de vouloir en faire une application générale.
La répétition fréquente des mêmes délits n’est-elle pas plutôt la preuve du renoncement volontaire au bien et de l’endurcissement dans la pratique du mal ? Ne doit-on pas donner la même interprétation à l’absence de remords qui joue un si grand rôle dans l’argumentation de M. Prosper Despine, et qu’il relève avec tant de soin dans les articles à sensation imprimés dans les chroniques judiciaires des journaux ?
Il est vrai que Thompson a confirmé cette opinion en disant que sur 430 meurtriers environ qu’il a eu à soigner à la prison de Perth, il en a à peine rencontré 3 qui fussent disposés à manifester quelques repentir. Mais il y a lieu de remarquer que la prison de Perth ne reçoit que les grands criminels, ceux qui sont condamnés à cinq années de détention au moins, et que la plupart d’entre eux n’en sont pas à leur coup d’essai. Thompson dit en effet que, pour les femmes au moins, la moyenne des condamnations antérieures est de quatre. N’y-a-t-il pas là une sorte de sélection naturelle qui a réuni sous les yeux de l’observateur une agglomération considérable de prisonniers endurcis, chez lesquels l’insensibilité, apparente ou réelle, doit être considérée comme un résultat acquis par leur longue carrière criminelle, et qui ne représentent pas la classe moyenne des coupables ?
»

Conclusion provisoire (selon Foville fils)

1) Des dangers de confondre criminalité et folie

« Arrivés au terme de cette longue étude, nous nous retrouvons en face de la question que nous nous sommes posée dès le début, et nous pouvons dire qu’en dernière analyse l’histoire de l’homme criminel concourt, tout entière, à l’examen d’un problème social des plus importants et qui est celui-ci : que convient-il de faire de ceux qui, se mettant en contradiction avec les lois du milieu dans lequel ils vivent, commettent des crimes et des délits ? Faut-il continuer à les considérer comme des coupables et leur infliger des peines ? Faut-il, au contraire, ne voir en eux que des êtres inconscients et irresponsables, autrement dit des malades, de véritables aliénés et les soumettre, en conséquence, à un traitement hospitalier ayant pour but de les guérir de leur maladie ? Ce traitement médical qui, aujourd’hui, n’est appliqué que d’une manière tout à fait exceptionnelle au petit nombre des condamnés chez lesquels se révèle l’existence d’une véritable folie, faut-il le généraliser et en faire profiter indistinctement tous ceux qui commettent des meurtres, des faux, des incendies, des vols ? »

2) De la ressemblance des criminels et des aliénés et du problème des « individus hybrides », « moitié fous, moitié sains »

« Évidemment, poser ces questions, c’est en même temps les résoudre, et tant que l’état social des nations civilisées restera assis sur les bases où il repose aujourd’hui, une très grande différence devra subsister dans la manière de traiter les auteurs respectifs d’actes qui peuvent être analogues en eux-mêmes, mais qui diffèrent si essentiellement par leur point de départ et par leur mode d’exécution.
Ce n’est pas à dire que la distinction soit toujours facile à bien préciser. Non il est positif que parmi cette masse d’inertes, de paresseux et d’abrutis, qui constitue la troisième catégorie des prisonniers, d’après la classification adoptée par M. Hurel [45], on trouve un certain nombre d’individus : incertae sedis, qui peuvent paraître avoir autant de droits au séjour de l’Asile qu’à celui de la prison et auxquels il est très difficile d’assigner un ordre de classement absolu
. »

« Ces individus hybrides, qui paraissent tenir d’aussi près à la maladie et la raison, ont été l’objet d’études nombreuses. Ce sont eux qui forment pour Morel la classe des dégénérés instinctifs [46], pour Maudsley la zone mitoyenne qui participe du crime et de la folie [47]. Nous avons eu, nous-même, occasion de signaler « ces êtres à organisation défectueuse, à penchants vicieux, à instincts maladifs, qui ne peuvent se fixer à aucune occupation suivie, ni supporter le grand air, sans devenir malades d’ivrognerie et de débauche. À moitié fous et à moitié sains, ils oscillent sans cesse entre la raison et le délire ; ils sortent de prison pour entrer à l’Asile, et à peine hors de l’Asile, ils retombent en prison [48]. »

3) L’article 64 du code pénal napoléonien, une conquête sociale ? Pourquoi traiter différemment les aliénés des criminels selon Foville fils [49]

« Les criminels n’ont pas seulement certains points de ressemblance avec les aliénés. Lombroso trouve qu’ils se rapprochent surtout des populations vivant à l’état sauvage, et Thompson dit qu’ils lui rappellent exactement la population minière de l’Écosse. Faudra-t-il donc traiter les criminels, non seulement comme des aliénés, mais encore comme des sauvages et des mineurs ? Ou bien faudra-t-il traiter les sauvages et les mineurs comme des criminels ?
Si l’on devait ainsi confondre le véritable criminel et le véritable aliéné, il faudrait renoncer à toute cette branche de la médecine légale qui consiste à discerner l’état sain de l’état pathologique, la liberté d’action de l’inconscience irresponsable ; il faudrait, surtout, abolir l’article 64 du code pénal d’après lequel “ il n’y a ni crime, ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action, ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pu résister”.
»
Agir de la sorte, ce serait, à notre avis, rétrograder dans la voie des progrès accomplis depuis un siècle, et méconnaître une de ces conquêtes sociales à laquelle tout le monde avait applaudi jusqu’à ce jour.
Rien n’a été plus juste et plus méritoire que d’apprendre à ne plus traiter les aliénés comme des criminels : par contre, il ne serait ni juste, ni utile de traiter les criminels comme des aliénés.
La gloire de Pinel, on l’a souvent répété, a été d’élever les aliénés à la dignité de malades ; le devoir de ses successeurs est de maintenir ce principe dans son intégrité, et d’apporter tous les perfectionnements possibles dans l’application à en faire aux cas douteux.
Mais il ne nous paraît y avoir aucun motif pour faire à l’ensemble des criminels, le même honneur qu’aux aliénés et pour les relever, eux aussi, de leur indignité
. »

Autres commentaires et réflexions annexes de Foville fils

1) Sur Ferrus, Lombroso et Bordier

« Déjà, dans un livre qui date de 1850, Ferrus [50] avait signalé l’importance de l’étude des prisonniers au point de vue physique, moral et intellectuel, et il avait publié un certain nombre de tableaux statistiques se rapportant à cette étude. Mais on va voir que ces constations se bornaient à bien peu de chose.
Au point de vue physique, en effet, Ferrus se contente de rechercher, si chez les détenus, la constitution est bonne, médiocre ou faible, et voici les résultats qu’il obtint sur la population des deux principales maisons centrales de France pour hommes, celle de Melun et de Clairvaux :
“ Sur un ensemble de 2153 détenus, 1455 avaient une constitution réputée bonne à leur arrivée. 471 une constitution médiocre, 227 une constitution faible. Sous l’influence de la captivité actuelle, nous en avons plus trouvé que 908 qui eussent conservé leur bonne santé, tandis que 379 présentaient une constitution médiocre et 806 une constitution très débilitée. Il y en avait donc 579 dont la constitution avait été appauvrie d’une manière très notable”.
Au point de vue moral, Ferrus se contente de dire que sur le même nombre de 2153 détenus, il y en a 1607 qui ont le caractère bon et 827 qui ont le caractère mauvais ; à peu près les mêmes nombres sont indiqués comme ayant la conduite bonne ou mauvaise.
Sous le rapport intellectuel, Ferrus entre dans un peu plus de détails, ainsi que cela ressort du tableau suivant :

JPEG - 27.8 ko

Le Dr Lombroso procède d’une manière toute différente : c’est par la mensuration pratiquée dans tous les sens, et appliquée aux minuties les plus subtiles de l’anthropométrie, qu’il s’applique à connaître les caractères physiques des criminels.
Ses études commencent naturellement par la tête ; pour cela, il donne d’abord des tableaux crâniométriques relatifs à 89 crânes de criminels modernes, conservés dans différentes collections italiennes, musées anatomiques de Florence, de Turin, de Bologne, galeries Lombroso, Roggero et Cie, et à douze crânes d’hommes décapités au moyen âge, dont les têtes, après avoir été longtemps conservée dans l’église de Saint-Jan Décollé de Milan ont été transférées au musée civil de la même ville.
Ces têtes ont appartenu, en majorité, à des assassins ; mais il s’y trouve aussi des brigands, des incendiaires, des voleurs, des faussaires.
[…]
De toutes ces constatations, le Dr Lombroso conclut que par l’ensemble de leurs caractères crâniométriques, les criminels ressemblent non pas aux habitants actuels de l’Europe, mais bien aux races inférieures des hommes de couleur, et par-dessus tout aux hommes préhistoriques.
Il est du plus haut intérêt de rapprocher des résultats obtenus en Italie par le Dr Lombroso à ceux récemment publiés en France par le Dr Bordier. Lors de l’exposition d’anthropologie qui faisait partie de l’Exposition universelle de 1878, le musée de la ville de Caen avait envoyé une collection de 35 crânes masculins d’assassins guillotinés, tous français. Le Dr Bordier y a jouté un crâne exposé par le musée Orfila de l’Ecole de médecine de Paris, et a soumis cette série de 36 crânes ayant tous un caractère commun « le crime » à une analyse des plus rigoureuses, tant au point de vue anatomique qu’au point de vue pathologique ; de là une double série de constatations qui ont fait l’objet d’un très intéressant article publié par la Revue d’anthropologie [51].
[…]
On voit donc, dit Bordier, que si le cerveau des assassins a de grandes dimensions, la partie frontale n’y contribue en rien, au contraire.
Ce qui est considérable chez eux, c’est la région pariétale, celle qui correspond aux circonvolutions ascendantes, siège des principaux centres moteurs. Cette région a aussi un développement relatif très grand dans la plupart des crânes préhistoriques, et sous ce rapport encore, l’assassin se rapproche de nos ancêtres les plus reculés, de ceux qui vivaient à une époque où, plus que de nos jours, l’action primait l’intelligence. « Moins de région frontale et plus de région pariétale, dit l’auteur, moins de réflexion et plus d’action, n’est-ce pas là la caractéristique de l’homme préhistorique et de l’assassin moderne ? »
[…]
De l’ensemble des mesures recueillies par le Dr Bordier, il résulte donc d’une manière générale, que la moyenne des assassins, malgré le volume considérable de leur crâne, présente une véritable infériorité intellectuelle, et que de ce défaut d’intelligence doit avoir des conséquences d’autant plus graves que chez eux, au contraire, tout ce qui se rapporte à l‘action, à l’activité motrice, à la violence des gestes à un plus grand développement.
Je me contenterai de déduire de ces faits, ajoute le Dr Bordier, “ que les assassins que j’ai étudiés sont nés avec des caractères qui étaient propres aux races préhistoriques, caractères qui ont disparu chez les races actuelles, et qui reviennent chez eux par une sorte d’atavisme.
Le criminel ainsi compris est un anachronisme, un sauvage en pays civilisé, une sorte de monstre, et quelque chose de comparable à un animal qui, né de parents domestiques, apprivoisés, habitués au travail, apparaîtrait brusquement avec la sauvagerie indomptable de ses premiers ancêtres. On voit parmi les animaux domestiques des exemples de ce genre ; car animaux rétifs, indomptables, insoumis, ce sont les criminels”
[…]
Disons encore, sans revenir sur le côté philosophique de la question, que le Dr Bordier, tout en constatant les conditions d’infériorité organique et les altérations pathologiques fréquentes chez les assassins décapités, ne conclut pas à la fatalité du crime ; il pense que, même chez un enfant né avec une double tendance à l’amoindrissement de la courbe cérébrale antérieure et à l’agrandissement de la courbe pariétale, il est possible, par une bonne éducation morale et par une instruction soignée, de corriger les tendances fâcheuses, et de détourner du crime pour ramener au bien.
Quant à la question légale, il déclare, et c’est son dernier mot : “ que la société a le droit et le devoir de se mettre à l’abri du criminel, qu’il soit malade ou non, responsable ou non”.
»

2) Sur Bordier contre Lombroso ou la question du volume cubique du cerveau des criminels

« Le premier caractère crâniométrique étudié a été celui de la capacité cubique, et le résultat a été loin d’être semblable à celui constaté par le Dr Lombroso. Tandis que ce dernier avait obtenu une moyenne de 1,415, sensiblement inférieure à la moyenne italienne contemporaine (1,551), le Dr Bordier a trouvé, pour ses 36 crânes, une moyenne de 1,547 cent. Supérieure à celle des crânes parisiens modernes, ou à ceux du moyen-âge, et qui n’est dépassé que par les crânes préhistoriques de Solutré (1,615) et de la caverne de l’Homme mort (1,606). Aussi l’auteur dit-il avec raison, qu’étant donnée “ l’idée que nous attachons à un cerveau volumineux, il y a lieu de s’étonner, et les honnêtes gens auraient quelque raison de s’attrister de voir les criminels doués d’un cerveau qui ferait souvent envie, comme volume, à leur victime ”. »

3) Sur Bénédikt et Charcot

« Sous le premier point de vue, nous citerons les recherches du professeur Bénédickt (de Vienne) qui ne nous sont malheureusement connues que par une courte notice d’un journal de médecine [52]. L’auteur se serait particulièrement appliqué à rechercher les rapports existant entre les fonctions et les régions cérébrales, par la comparaison des différents cerveaux humains entre eux, et en recherchant les particularités anatomiques correspondant à des instincts spéciaux ou des facultés déterminées. Disons, en passant, que le professeur Bénédickt n’est pas seul à suivre cette voie, et qu’en France M. Luys a fait des recherches analogues dans plusieurs cas de surdi-mutité, d’imbécillité et d’idiotie.
Il paraît que pendant l’Exposition de 1878, le professeur de Vienne a profité de son séjour à Paris pour mettre à la Salpêtrière, sous les yeux de M. Charcot et de ses élèves, les anomalies constatées par lui sur douze cerveaux de criminels.
[…]
Malgré ces constatations, M. Bénédickt n’entend pas, dès à présent, tirer de ses études des conclusions générales ; il se contente de penser, et ce fait seul serait de la plus haute importance, s’il était reconnu généralement exact, que les cerveaux de criminels s’écartent dans leur structure du type normal. Mais avant d’admettre cette conclusion, il faut nécessairement attendre des recherches comparatives plus nombreuses et pratiquées par des observateurs différents.
[…]
On a plus d’une fois signalé, dans les cerveaux d’hommes suppliciés ou morts dans les prisons, l’existence d’altérations pathologiques qui ont pu être considérées comme des preuves de l’état d’aliénation mentale des victimes : la justice aurait donc frappé de pauvres fous et non des criminels. Nous mentionnerons, notamment, les résultats de l’autopsie de Lemaire pratiquée en 1867 par MM. Broca et Robin [53]. »

4) Sur l’affaire Waltz aux États-Unis

« Lorsque, par exemple, ainsi que cela a eu lieu il y a quelques années aux États-Unis [54], un accusé a simulé la folie et que plusieurs médecins ont reconnu sa supercherie ; lorsque la défense a eu pleine liberté de se produire et que toutes les formes de la procédure, auxquelles il est possible de recourir en pareil cas ont été épuisées ; lorsqu’après plusieurs débats contradictoires la justice a prononcé la peine de mort et que la sentence suprême a été exécutée ; nous pensons que la conscience du chef du pouvoir exécutif, qui disposait du droit de grâce, et qui n’a cru devoir en faire usage, doit être à l’abri de tout reproche et de tout scrupule, sans qu’il soit besoin de recourir, en dernier ressort, à l’examen microscopique du cerveau du supplicié. Nous aimons donc à croire que si, dans le procès en question, le gouverneur de l’État de New-York, M. Dix, a fait remettre le cerveau du supplicié Waltz aux médecins de l’asile d’Utica, il n’a pas obéi au seul désir d’être rassuré sur la légitimité de la peine subie.
Il est vrai que, dès le lendemain, les docteurs Gray et Swinburn ont pu lui délivrer le certificat suivant : “ Nous avons examiné aujourd’hui le cerveau et les membranes de Joseph Waltz exécuté hier, et nous en avons constaté l’intégrité ”. Il est heureux surtout qu’au bout de dix jours le Dr Decke, micrographe, de profession ait pu déclarer : “ j’ai fait à l’aide du microscope l’examen complet du cerveau de Joseph Waltz, et je n’y ai découvert aucune trace de maladie. ”
Mais que serait-il donc arrivé si le Dr Decke, en examinant ce cerveau, avait trouvé comme le professeur Villigk des dépôts de pigment dans les capillaires cérébraux et dans les cellules géantes ? Aurait-il fallu avouer que Waltz avait été la victime d’une erreur judiciaire et rendre un nouveau jugement pour réhabiliter sa mémoire ?
»

5) Sur The psychology of criminals de Bruce Thompson [55]

« Lorsqu’un directeur de prison, dit le Dr Thompson, fait sa tournée en visitant chaque criminel dans sa cellule, il ne manque jamais de découvrir du premier coup d’œil tout prisonnier d’un rang un peu relevé, exempt de l’empreinte commune à la caste des habitués [56]. »
[…] Le Dr Bruce Thompson, que nous venons de citer, et qui était médecin de la prison générale de Perth en Écosse, est des plus affirmatifs à cet égard. D’après lui, la catégorie des criminels par occasion, ou accidentels, serait très peu nombreuse ; il existerait, par contre, une race spéciale de criminels proprement dits, nés, nourris, élevés, instruits dans le crime, présentant, au physique comme au moral, des traits communs caractéristiques.
Il cite les paroles suivantes d’un observateur qu’il ne nomme pas, mais qui était, probablement aussi, attaché à la médecine pénitentiaire, et dont il paraît faire grand cas : “ je crois avoir eu à regarder, en pleine face, autant de scélérats qu’homme au monde peut l’avoir fait, et je crois que je pourrais les reconnaître, eux et les gens de leur sorte partout où il m’arriverait de les rencontrer. Le voleur me paraît aussi facile à distinguer de la masse des ouvriers honnêtes, que la race des moutons à tête noire l’est des autres races de moutons. Leurs traits caractéristiques sont plutôt négatifs que positifs ; on les reconnaît à ce qui leur manque de l’aspect des autres hommes, bien plus qu’à ce qu’ils ont. ”
Thompson ajoute que les criminels appartiennent à un type inférieur de l’humanité qui leur donne à tous un air de famille ; dès l’enfance ils paraissent lourds, stupides, scrofuleux ; leur tête est déformée et irrégulière.
À l’appui de ces assertions, il mentionne un rapport américain où il est dit : “ il s’est formé une race criminelle tout aussi distincte physiquement que la race esclave
”. »

6) Sur la Physionomie des criminels d’après Nicholson et Casper

« Le Dr David Nicholson, qui a publié une longue série d’articles sur la psychologie morbide des criminels [57] parle aussi, mais brièvement, de leurs caractères anatomiques : “ Le criminel, dit-il, possède un physique auquel on ne peut se méprendre ; ses traits sont irréguliers, rudes, massifs, avec une expression brutale ; la physionomie est reconnaissable et paraît être l’incarnation de ce qui est grossier et indigne. ”
Tout médecin qui a au l’occasion d’entrer un certain nombre de fois dans des établissements pénitentiaires a pu constater, par lui-même, combien ces assertions sont exactes, en France comme en Angleterre.
Casper s’est chargé de faire savoir qu’il en est de même en Allemagne. Placé pendant dix ans dans des conditions qui lui ont permis d’examiner avec soin un certain nombre de grands criminels, il a recueilli et publié, sur chacun d’eux, des notes qui lui ont permis d’assigner à la perversité naturelle des signes physiognomoniques particuliers.
Il signale, comme les autres observateurs, la coexistence accidentelle de la douceur de la physionomie et de la bonté du naturel avec des crime très graves ; mais ce ne sont là que de rares exceptions ; presque toujours, au contraire « les traits ont, dit-il [58], quelque chose de dur, d’implacable ou de faux. Le regard, oblique ou fixe, jette un éclat sinistre et glacial ; souvent la figure est plombée, blême ; les cheveux, bas implantés, tombent en mèches sur le visage ; les yeux sont enfoncés dans leurs orbites, les sourcils froncés par des plis verticaux. L’insensibilité surtout se trahit par l’impassibilité de la contenance, l’ignorance du remords, la fatalité avouée de l’exécution, la froide indifférence, ou le cynisme sauvage des réponses. On aperçoit là, notoirement, éducation à part, l’influence irrésistible du tempérament
. »

7) Sur les recherches de Lombroso

« Le professeur Lombroso a mis encore plus de soin que ses devanciers à étudier tout ce qui se rattache aux caractères physiques des criminels. Il classe ceux-ci à deux points de vue différents : d’une part d’après le crime commis, homicide, incendie, brigandage, viol, faux, vol, d’autre part d’après la province italienne dont ils sont originaires, Piémont, Vénétie, Sicile, Calabre, etc. Enfin, toutes les fois que cela lui est possible, il établit la comparaison, pour chaque caractère, entre les condamnés, les aliénés et les hommes dans les conditions normales, le plus souvent des soldats. La tâche de réunir les éléments si nombreux d’une semblable étude eût été excessive pour un seul observateur, aussi le professeur Lombroso a-t-il été heureux de pouvoir utiliser les observations recueillies par d’autres médecins, notamment les Dr Pellizarie, Tamburini, Virgilio, Raseri, Tancredi, etc.
L’examen a porté sur 1279 condamnés parmi lesquels se trouvait un groupe de 120 enfants. C’est assez dire qu’il s’est traduit par de longues pages, remplies de colonnes et de chiffres, que devront étudier en détail ceux qui voudront se livrer à leur tour à des études du même genre.
[…] On rencontre trois fois plus de têtes volumineuses parmi les soldats que parmi les prisonniers, et la sous-microcéphalie s’observe chez les seconds deux fois plus souvent que chez les premiers ; elle est surtout fréquente chez les voleurs.
[…] Un grand nombre de criminels ont les oreilles saillantes et insérées sur la tête en forme d’anses ; les mâchoires énormes, le menton carré et saillant ; les apophyses zygomatiques écartées ; en un mot, ils présentent un type ressemblant à celui des races mongoliques et parfois même à celui des nègres.
[…] Chez beaucoup de femmes condamnées, le type se rapproche considérablement de celui des hommes : elles ont souvent les oreilles saillantes, implantées irrégulièrement ; la bouche large et déformée ; les yeux petits et obliques ; le nez grand, pointu et distant de la bouche ; les sourcils et les cheveux très abondants. »

8) Sur l’hérédité du crime selon Prosper Lucas, Despine, Bruce Thompson et Lombroso

« C’est ce que M. Prosper Lucas n’hésite pas à professer [59].
[…] Comme on pouvait s’y attendre, la doctrine de M. Prosper Lucas a été taxée de trop de sévérité dans ses conséquences ; on lui a objecté que, même sans révoquer absolument l’existence du libre arbitre et celle de la liberté morale, on devrait admettre que celui qui est intérieurement poussé par une tendance native, par une propension héréditaire, à commettre un acte est plus excusable, s’il succombe à cette impulsion, que s’il commet le même acte de propos délibéré, sans aucune tendance organique qui l’y invite.
Quoi qu’il en soit de cette discussion de principe, un fait est certain, c’est qu’il arrive fréquemment que plusieurs membres d’une même famille s’adonnent au crime, soit ensemble par complicité, soit séparément ; que plusieurs générations sortes successivement d’une même souche se suivent dans la voie de la criminalité.
Aussi M. Prosper Lucas demande-t-il que la généalogie morale et mentale des condamnés devienne, dans les établissements pénitentiaires, l’objet d’une étude méthodique et générale ; dans ce but, il donne des modèles de tableaux où tous les renseignements nécessaires pour rendre ces recherches complètes et intéressantes seraient enregistrées dans des colonnes spéciales.
Reprenant la même idée, M. Marc Despine, qui a consacré à l’étude de ces questions un ouvrage considérable, demande aussi que : “ dans l’intérêt de la science, on fasse des recherches sur les ascendants des criminels, en remontant à deux ou trois générations au moins [60].”
En attendant que ce vœu soit entendu par les administrations pénitentiaires, ce qui n’a pas encore eu lieu, à notre connaissance du moins, la science possède déjà un certain nombre de généalogies recueillies spontanément par différents observateurs. Bruce Thompson cite l’exemple d’une famille composée de quinze membres ; sur ce nombre quatorze furent des faux monnayeurs ; quant au quinzième, il parut, pendant longtemps, vivre honnêtement ; mais à la fin, il mit le feu à sa propre maison, après l’avoir assurée pour quatre fois sa valeur.
Le même auteur dit que, dans la prison à laquelle il était attaché, cent neuf prisonniers étaient connus pour appartenir à cinquante familles. D’une seule famille on connaissait huit membres pour être des habitués de la prison, et le plus souvent ils y étaient au mombre de deux ou trois à la fois. Deux autres familles fournissaient six de leurs membres, quatre frères et deux sœurs.
Après beaucoup d’autres exemples analogues, Bruce Thompson rapporte, d’après un document français dont il ne donne pas l’indication bibliographique, l’histoire d’une famille de Bayeux dont un des membres avait été condamné aux travaux forcés à perpétuité pour assassinat. Les trois frères, sa sœur et le mari de celle-ci devinrent tous cinq des voleurs. Leurs oncles et leurs tantes avaient été au bagne ; plusieurs neveux et cousins eurent le même sort.
Le Dr Virgilio, de Rome, cité par Lombroso [61], a constaté que sur une nombreuse population de prisonniers, une proportion de 26,80 pour cent avaient eu des parents adonnés au crime. Toutefois Lombroso n’a trouvé que onze cas d’hérédité directe sur 314 galériens.
»

9) Sur les suicides simulés de prisonniers

« D’autres prisonniers, mais cela est plus rare, feignent de vouloir se tuer, soit en se coupant la gorge, soit en se laissant mourir de faim, soit en se précipitant d’un lieu élevé. Presque toujours la tentative est commise avec des précautions qui permettent d’en reconnaître la supercherie. Le fait même de la détention s’oppose presque complètement à toute tentative de suicide par la submersion ou par le poison. »

10) Sur le portrait « d’après nature » des docteurs Thompson, Lombroso et Nicholson

« Ce qui nous paraît réellement pratique pour atteindre ce résultat, c’est de nous reporter aux travaux des médecins qui, attachés au service de grands établissements pénitentiaires, ont longtemps vécu en contact habituel avec les prisonniers et ont peint leur portrait d’après nature.
Les travaux auxquels nous faisons ici allusion sont ceux des Drs Thompson et Nicholson en Angleterre, et Hurel en France ; nous les passerons rapidement en revue, et si nous y rencontrons certaines idées se rapprochant, sur des points limités, d’opinions théoriques émises par M. Prosper Despine, nous féliciterons celui-ci d’avoir pu arriver, par la simple induction et par l’analyse métaphysique, à des résultats que des praticiens éprouvés ont pu déduire directement de leurs observations prolongées sur le vivant. Il est un mérite que l’on ne peut refuser à l’œuvre de M. Prosper Despine, c’est celui d’avoir excité l’attention à l’étranger autant et même plus qu’en France. En effet, c’est pour en contrôler les assertions que le Dr Bruce Thompson a repris et complété, sous le titre de Psychologie des criminels, un travail qu’il avait publié, quelques mois auparavant, sous le titre de Transmission héréditaire du crime. Nous avons déjà fait divers emprunts aux parties de ce travail qui traitent des caractères physiques et héréditaires des criminels ; il nous reste à voir ce que l’auteur pense de leurs conditions intellectuelles et morales.
C’est uniquement dans les drames à effet, et dans les romans à sensation, dit-il, que l’on voit les criminels dépasser les autres hommes par leur intelligence et par leurs talents. Dans la réalité, il en est tout autrement : administrateurs de prisons, directeurs, aumôniers, surveillants, gardiens, médecins sont unanimes à reconnaître que la grande majorité des prisonniers sont mal doués sous le rapport intellectuel. Sur plusieurs milliers qui ont été soumis à son observation, il n’en a pas rencontré un seul qui fut doté de quelques aptitudes artistiques, qui fût capable de faire un bon dessin, de composer une pièce de vers ou un morceau de prose de quelques valeur. Il y a lieu de se demander si cette appréciation n’est pas trop sévère, ou si, du moins, au lieu de la généraliser, il ne faut pas la considérer comme d’une exactitude purement locale, et tenant au type spécial de la population où se recrutaient les prisonniers observés par Thompson. En effet, Lombroso dit, au contraire, qu’un nombre assez considérable de criminels sont des hommes très intelligents, quelques-uns mêmes des génies ; d’après lui on rencontre dans les prisons une proportion assez grande d’hommes de lettres et d’artistes, ou plutôt de peintres, à l’exclusion presque complète de sculpteurs et des architectes. Il reproduit de nombreuses pièces de vers faites par des prisonniers, et, dans le nombre, il y en a qui ne paraissent pas dénuées de valeur poétique [62]. Ne faut-il pas attribuer cette divergence d’opinions à ce que le climat de l’Italie favorise, dans toutes les classes sociales, l’aptitude à la culture des lettres et des arts, tandis que le ciel brumeux de l’Écosse leur est absolument contraire ?
Quoi qu’il en soit, dans ce dernier pays, les jeunes condamnés profitent peu des leçons qui leur sont données dans l’école de la prison, et ils sont lents à apprendre ; un tiers même paraîtrait affecté congénitalement d’un véritable état d’imbécillité, Thompson remarque que, sous ce rapport, “ les jeunes condamnés lui rappellent exactement les enfants de la population minière , dans certains comtés de l’Écosse : ces enfants, en effet, sont, pour l’instruction et l’éducation, incapables d’aller de pair avec ceux des ouvriers de fabrique, les mineurs occupant, incontestablement, le dernier échelon de toutes les populations vouées à l’industrie. ”
Parmi les condamnés adultes on ne trouve plus, en Angleterre, qu’un vingtième d’individus imbéciles ou épileptiques, et ces affections paraîssent être presque constamment congénitales.
Il est facile de comprendre qu’au milieu d’une semblable population, les écarts de conduite doivent être fréquents, même dans l’intérieur de la prison et malgré la sévérité du règlement auquel les prisonniers sont soumis.
Thompson insiste tout particulièrement sur la nature impulsive de ces explosions d’agitation maniaque, toujours semblables à elles-mêmes, et auxquelles certains prisonniers sont sujets de temps à autre. Ils se mettent tout à coup, dit-il, à casser le mobilier de leur cellule, à briser les fenêtres ; sans aucun motif, ils se jettent sur leurs compagnons ou sur les employés de maison ; rien ne peut réfréner leur fureur, aucune punition n’a de prise sur eux ; directeurs et médecins de prison sont souvent très incertains du parti à prendre à leur égard et de la mesure dans laquelle il convient de les rendre responsable de leurs violences.
Le Dr Nicholson, qui a consacré de longues pages pleines d’intérêt à l’étude de ces scènes de violence, commises par les prisonniers, paraît moins disposé à admettre leur irresponsabilité. D’après lui, le prisonnier qui s’y livre n’agit presque jamais sans avoir une certaine conscience de ce qu’il fait ; il y trouve au moins temporairement, une satisfaction d’un genre ou d’un autre, celle surtout de faire acte d’indépendance.
[…]
Ce besoin de changement à n’importe quel prix, de révolte sans motif, contre l’écrasante monotonie de la détention n’est pas moins vif chez la femme que chez l’homme ; aussi les explosions dont il vient d’être question sont-elles fréquentes dans les prisons de femmes. Un auteur anglais qui a écrit sous le nom de “ Surveillante de prison ” les considère comme différant absolument de l’agitation et de la violence présentées par les habitantes des asiles d’aliénés. Elle n’y voit le plus souvent que la satisfaction passagère d’une inexplicable fantaisie. Le trait le plus saillant de ces accès est le génie de la destruction ; rien ne paraît mieux plaire aux femmes qui s’y livrent que de briser les carreaux des fenêtres et de déchirer draps et couvertures en petits morceaux.
[…]
Nicholson a consacré un chapitre intéressant de ses recherches sur la psychologie morbide des criminels à ce qu’il appelle leurs illusions. Outre celles auxquelles tous les êtres humains peuvent être en proie, il en est un certain nombre qui paraissent intimement liées au séjour même de la prison.
[…] »

11) Sur la population de la maison centrale de Gaillon d’après le docteur Hurel en 1875

« Toutes ces considérations analytiques relatives à la population des prisons, nous les trouvons synthétisées en quelques pages intitulées : “ Coup d’œil psychologique sur la population de la maison centrale de Gaillon ” qui font partie d’un mémoire sur la folie pénitentiaire, publié en 1875, par M. le Dr Hurel, médecin de ce vaste établissement [63].
La classification que M. Hurel adopte pour la répartition des prisonniers, au point de vue moral, n’est pas son œuvre personnelle ; il l’emprunte à la statistique publiée par l’administration centrale des établissements pénitentiaires (année 1868), et il développe, en un style rapide et précis, par quelques considérations pratiques qui font image.
D’après cette classification, la population des maisons centrales comprend :
1° Les condamnés non vicieux, où dont la perversité ne constitue pas l’état chronique, et qui ont failli pour la première fois sous l’action de quelque entraînement passager, de quelque sentiment violent et instantané ;
2° Les condamnés profondément méchants, vivant dans une révolte constante contre toutes les lois, accomplissant le mal avec réflexion, et tenant école de corruption pour se former des complices, dont les uns deviennent leurs associés, tandis qu’ils exploitent les autres au profit de leurs mauvais penchants ;
3° La masse des inertes, des paresseux, brutes ou abrutis, incapables de concevoir de grands crimes, et sans influence sur ceux qui les entourent, mais prêts à servir d’instruments aux plus hardis malfaiteurs, gens dangereux par leur faiblesse même, qui les laisse à la merci de toutes les tentations, comme elle les rend inaccessibles à tous les enseignements salutaires. Celle-ci est de beaucoup la plus nombreuse.
Il saute aux yeux combien cette classification, évidemment saisie sur le vif, est peu favorable à la théorie d’après laquelle tous les criminels seraient des malades inconscients et irresponsables. En effet, les deux premières catégories échappent entièrement à cette théorie ; on ne retrouve chez elles ni la faiblesse intellectuelle, ni l’inaccessibilité au remords qui, d’après M. Prosper Despine, seraient communes à tous les criminels.
Dans la première catégorie, en effet, dit M. Hurel, le coupable égaré, entraîné par une espèce de paroxysme mental momentané, a conservé les sentiments de l’honnête homme ; il souffre, il est capable de repentir ; il peut s’amender.
Dans la seconde se trouvent des hommes perdus par la débauche et dont la vie offre le spectacle d’un désordre complet. Pervers intelligents, ils sont dangereux pour la société et semblent nés pour l’épouvanter. Dans la prison, ils se font remarquer par des menaces, par des vois de fait, et sont très portés à la rébellion. Quand ils n’agissent pas par eux-mêmes, ils excitent les autres.
Ce n’est pas apparemment dans les descriptions de ces deux classes de prisonniers que l’on reconnaîtra le portrait d’êtres inconscients et irresponsables, qui ne doivent inspirer que la sollicitude et la compassion.
Reste, il est vrai, la troisième catégorie, où l’on rencontre les habitués de prison, qui se sont laissé entraîner aux exemples qu’ils ont sous les yeux, et se sont facilement initiés aux habitudes criminelles.
“ Le sens moral, dit M. Hurel, leur fait défaut ; ils sont comme frappés d’une sorte d’imbecillité morale. Ces détenus à intelligence faible et défectueuse sont parfois excessivement rusés et méchants… Ils se font remarquer par leur hypocrisie ; la plupart ont une physionomie abrutie, l’aspect stupide. ”
Tout en reconnaissant combien le niveau intellectuel et moral de cette dernière catégorie est abaissé, nous ferons remarquer que les cas de folie proprement dite, nettement caractérisée, doivent y être rares, car en sept années, et sur une population totale de 5570 détenus, M. Hurel n’a eu à en soigner que douze cas, ce qui fait une proportion de deux pour mille.
»

12) Sur le cerveau des criminels, communication lue par Foville fils à l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Rouen en 1879-1880 [64]

« Une autre communication qui se rattache aux sciences médicales nous a été faite par M. le docteur Foville ; elle est intitulée : Considérations anatomiques sur le crime et cerveau des criminels. Depuis longtemps on a cherché les relations des qualités intellectuelles et morales avec les caractères physiques et anatomiques du cerveau. Si l’on ne peut établir un rapport absolu entre le volume de la matière cérébrale et le développement de l’intelligence, il y a du moins une certaine présomption de correspondance entre ces deux termes. Mettant à profit quelques ouvrages nouveaux et comparant les résultats statistiques obtenus en France et en Italie, le savant directeur de l’Asile de Quatremares constate que ces études sont encore trop peu avancées pour en tirer des conclusions certaines. Les mêmes lésions se sont représentées chez un dément très doux, décédé à l’Asile, de même que chez des criminels examinés par d’autres praticiens. Le fait seul de la décapitation peut produire des altérations anatomiques et pathologiques constatées à l’autopsie. Les travaux cités concordent sur un point : c’est que les crânes des criminels peuvent être assimilés à ceux des races inférieures et colorées et surtout à ceux des hommes préhistoriques. Ce travail est au Précis. »


[1] « Séance du 24 décembre 1866 » dans Annales médico-psychologiques, t. IX, p. 286-287.

[2] Année où il publie un article important sur le rôle des aliénistes pour moraliser le peuple contre l’alcoolisme : voir Foville fils, « Moyens pratiques de combattre l’ivrognerie proposés et appliqués en France, en Angleterre et en Amérique » dans Annales d’hygiène pratique et de médecine légale, 1872, p. 5-75. Voir aussi Debuyst (Christian), Digneffe (Françoise), Labadie (Jean-Marie) et alii., Histoire des savoirs sur le crime et la peine, vol. 1, « Des savoirs diffus à la notion de criminel né », Presses de l’Université de Montréal, Bruxelles, De Boeck Université, 1995, p.173-174.

[3] Voir à la Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine le Rapport de la chaire des maladies mentales (1877) et la notice imprimée sur les Travaux scientifiques de M. le docteur Foville fils à l’appui de sa candidature à la chaire de clinique des maladies mentales de la Faculté de médecine de Paris, Paris, Imp. Martinet, 1877, 27 p. La notice est divisée en trois parties : I-Pathologie mentale et nerveuse, II-Médecine légale/Aliénation, III-Assistance/Législation/Hygiène/Administration.

[4] Voir aux Archives nationales le dossier Légion d’honneur : Foville fils (Louis-François-Achille), né le 25/03/1831. Cote : L0688018 (Le certificateur était Antoine Emile Blanche).

[5] Voir notamment Dictionnaire de biographie française, Paris, 1975, article « Foville (Achille-Louis.) », colonnes 892-893. ; « Achille Foville. Éloge prononcé à la séance publique annuelle de la Société médico-psychologique le 27 avril 1891 » dans Ritti (Antoine), Histoire de la Société Médico-Psychologique, 1913, t.1, p. 369-421 ; Giraud (Albert), « Le docteur Achille Foville » dans La Normandie Médicale, 1888, n° 1, p. 8-10. ; Oursel (Noémi-Noire), Nouvelle Biographie Normande, Rouen, supplément, 1912, p. 168. ; Poan de Sapincourt, « Notice nécrologique sur monsieur Achille de Foville, ancien président de l’Académie de Rouen » dans Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Rouen, 1887-1888, p. 225-235 ; Roger (Jules), Les médecins normands du XIIe au XIXe siècles : Biographie et bibliographie, Paris, Steinheil, t. 1, « Seine-Inférieure », p. 351-358. Voir aussi notre communication Carbonel (Frédéric), « Le docteur Foville fils (1831-1887), un technicien de la sécurité sociale en Seine-Inférieure, de la médecine mentale à l’inspection générale de l’Assistance Publique » dans Célèbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire. Recueil des résumés des communications. 134e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux 20 au 24 avril 2009, p. 120-121 (article plus complet à paraître).

[6] Foville fils, « Le criminel au point de vue anatomique et physiologique » dans Annales d’hygiène publique et de médecine légale, octobre-novembre 1880, série 3, n° 4, p. 319-336 et 411-439.

[7] Guillaume Ferrus (1784-1869) : premier inspecteur général des asiles pour aliénés français nommé en 1836.

[8] Arthur Bordier (1841-1910) : anthropologue, disciple de Broca, titulaire de la chaire de géographie médicale de l’École d’anthropologie. Président de la Société d’anthropologie de Paris en 1892 et créateur de la Société Dauphinoise d’anthropologie. Il publie « Sur les crânes d’assassins » dans les Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, Paris, 1879, p. 291-298.

[9] Prosper Despine : aliéniste à Marseille. Auteur de La psychologie naturelle (Étude sur les facultés intellectuelles et morales dans leur état normal et dans leurs manifestations anormales chez les aliénés et les criminels) paru chez Savy en 1868 en trois volumes.

[10] Moriz Benedikt (1835-1920) : anthropologue et neurologue autrichien. Il communique « Sur le cerveau des criminels » au Congrès international des sciences anthropologiques en 1878 (Imp. Nationale, 1880, p. 141-146).

[11] Henri Maudsley (1835-1918) : professeur de médecine légale entre 1869 et 1879. Directeur de l’asile privé d’Hanvell entre 1866 et 1875. Auteur du Crime et la folie paru chez Baillière en 1874.

[12] Bruce Thompson : médecin de la prison générale d’Écosse. Auteur de The psychology of criminals publié dans Journal of mental science, octobre 1870.

[13] De ce point de vue nous partageons l’analyse de Mucchielli (Laurent) dans Histoire de la criminologie française, « Naissance de la criminologie », Paris, L’Harmattan, 1994, p. 15 : « On le comprend mieux à présent, Lombroso est un héritier intellectuel plus qu’un pionnier. Paru en 1876, son livre L’uomo delinquente condense la phrénologie, l’anthropologie, la médecine légale et l’aliénisme des deux premiers tiers du XIXe siècle ».

[14] Sur Lombroso et son école, on se reportera à Bosc (Olivier), « Un continent englouti : la science Lombrosienne » dans La foule criminelle. Politique et criminalité dans l’Europe du tournant du XIXe siècle, Paris, Fayard, 2007, p. 13-99.

[15] Lacassagne publie quelques mois plus tard un article sur la « Marche de la criminalité en France de 1825 à 1880. Du criminel devant la science contemporaine » dans la Revue scientifique de 1881, vol.1, p. 674-684 (Il ne cite à aucun moment non plus le travail de Foville fils).

[16] Sur le rayonnement de l’ « École de Lacassagne », postérieur à l’article du docteur Foville fils, voir notamment Kaluszynski (Martine), La criminologie en mouvement. Naissance et développement d’une science sociale en France à la fin du XIXe siècle. Autour des « Archives de l’anthropologie criminelle » d’Alexandre Lacassagne », thèse d’histoire, Paris 7, 1988, 989 p. Sur la question du rôle du milieu dans l’émergence de la criminalité voir Nye (Robert A.), « Heredity or Milieu : The Fondations of Modern European Criminological Theory » dans Isis, vol. 67, n° 238, p. 335-355 et Mucchielli (Laurent), « Hérédité et “ Milieu social ” le faux antagonisme franco-italien la place de l’École de Lacassagne dans l’histoire de la criminologie » dans Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 189-214. Entre 1885 et 1911 seulement sept congrès d’anthropologie criminelle se tiendront.

[17] Voir Riant (Dr), Association générale de prévoyance et de secours mutuels des médecins de France. Le docteur Achille Foville, Paris, Imp. Alcan-Lévy, 1887 et « Obsèques de monsieur Achille Foville », L’Union Médicale, 1887, p. 906-908.

[18] Guignard (Laurence), « L’irresponsabilité pénale dans la première moitié du XIXe siècle, entre classicisme et défense sociale », Champ pénal, mis en ligne le 17 juillet 2005.

[19] Archives de psychiatrie, de sciences pénales et d’anthropologie criminelle pour servir à l’étude de l’homme criminel.

[20] Fondés en 1843 et dont le nom a changé en 1849.

[21] Fondés en 1829.

[22] Expression forgée par le criminaliste italien Enrico Ferri (1856-1929).

[23] Kaluszynski (Martine), « Le retour de l’homme dangereux. Réflexions sur la notion de dangerosité et ses usages », Champ pénal, mis en ligne le 7 octobre 2008.

[24] La conception italienne de la folie sera particulièrement bien définie au XXe siècle par la loi de 1904 et l’amendement de 1930 qui, contrairement au droit français (article 64 du code pénal napoléonien, loi de 1838, circulaire Chaumié de 1905), criminaliseront définitivement le « malade mental » : « la loi de 1904 qui définit le statut des malades mentaux confie l’essentiel des décisions non pas au médecin mais au pouvoir judiciaire, l’internement étant même, depuis “ l’amendement de 1930 ”, inscrit au casier judiciaire » (d’après Morel (Pierre) et Quetel (Claude), Les médecines de la folie, Paris, Pluriel, 1985, p. 249). Ces lois semblent nuancer l’hypothèse d’un « faux » antagonisme franco-italien concernant la criminalité et la folie. Il faudrait réenvisager le constat dressé par Laurent Mucchielli dans Histoire de la criminologie…, p. 189 : « C’est devenu un leitmotiv en histoire de la criminologie : à la fin du XIXe siècle la criminologie européenne serait dominer par deux écoles antagonistes. La première d’origine italienne, expliquerait principalement le crime par des facteurs d’ordre biologique, la seconde, d’origine française, mettrait surtout l’accent sur le rôle du milieu social ». Il faut aussi rappeler que le code pénal italien, adopté le 30 juin 1889 par l’État italien unifié, supprimera la peine de mort au profit de l’ergastolo (isolement cellulaire et emprisonnement). Il sera aussi doté d’un équivalent de l’article 64 français (l’article 45 du titre IV). Sur ce point voir Renneville (Marc), La médecine du crime. Essai d’un regard médical sur la criminalité en France (1785-1885), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, p. 648-649. Néanmoins le code pénal « libéral » italien est remplacé par le « code fasciste » dès 1930.

[25] Ce qui semblera être le cas de la majorité des médecins français. Voir Renneville (Marc), « La réception de Lombroso en France » dans Mucchielli (Laurent) (Dir.), Histoire de la criminologie française…, p. 128-129.

[26] Alphonse Karr (1808-1890), romancier et journaliste français.

[27] À cette époque Alfred Fouillée propose de redéfinir les notions de « défense sociale » et de « contrat social » en cas de violation de celui-ci. Voir Nye (Robert A.), Crime, Madness and politics in Modern France. The Medical Concept of National Decline, Princeton, Princeton University Press, 1984, p. 69-70 : « Social Defense, as Fouillée’s theory tradit, was society’s natural right as an organism to protect itself against internal dangers. »

[28] Pour le contexte voir Kaluszynski (Martine), Ordre(s) et désordre(s) en République : contributions à une socio-histoire de l’État, des sciences de gouvernement, du droit et de la justice, Pacte-Cerat, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2005, « Un crime social : la mendicité, la récidive, le vagabondage », p. 49-51 et « L’État républicain et le maintien de l’ordre (1880-1920) », p. 11-64.

[29] Et pas seulement à « une étude des crânes ». Voir Renneville (Marc), La médecine du crime. Essai d’un regard médical…, p. 656-657.

[30] Pour le contexte voir Nye (Robert A.), Crime, Madness and politics…, notamment « The Boundaries of Responsability : Asylum and Legal Medicine in an Era of Defense », p. 227-264.

[31] Ces derniers étant pourtant dénoncés par Foville fils comme une « école de corruption pour se former des complices ».

[32] Foville fils fait ici référence à l’article d’A. Fouillée « La pénalité et les collisions des droits, d’après la science sociale contemporaine » paru dans la Revue des Deux Mondes le 15 novembre 1879.

[33] Il faut rappeler ici le contexte scientifique de ces recherches d’après Blanckært (Claude), « L’anthropologie des criminels » dans Mucchielli (Laurent) (Dir.), Histoire de la criminologie…, p. 65 : « À la fin des années 1870, nonobstant les considérations pathologiques sur les lésions cérébrales, l’asymétrie des crânes et les troubles consécutifs à la méningite, un certain nombre d’anatomistes voudront avec Bordier, vérifier l’affirmation de Maudsley, selon laquelle “ la classe criminelle constitue une variété de l’espèce humaine, marquée par des caractères particuliers ” […]. On chercha des constantes, signes ou stigmates, révélant un différentiel d’évolution qui frapperait une collection d’hommes réunis au hasard “ par un caractère commun : le crime ” ». Voir aussi Renneville (Marc), Le crime et la folie, Paris, Fayard, 2003, p. 222-224 : « les études de séries de crânes d’assassins se multiplient après la seconde édition de L’Uomo delinquente de Lombroso (1878). En août 1878, Paris accueille l’Exposition universelle. Au congrès international des sciences anthropologiques, le médecin autrichien Moriz Benedikt fait une communication portant sur 19 prisonniers dont l’autopsie a révélé des anomalies du cerveau. Arthur Bordier présente quant à lui des observations sur 35 crânes d’assassins guillotinés ».

[34] Sur le contexte voir Plas (Régine), « Tatouages et personnalité criminelle » dans Mucchielli (Laurent) (Dir.), Histoire de la criminologie…, 1994, p. 157-168. Lacassagne ne publie sa première étude sur « Les tatouages principalement des criminels. Étude anthropologique et médico-légale » dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale qu’en 1881.

[35] Tardieu (Ambroise), Annales d’hygiène, 1855 (cité par Foville fils dans le texte).

[36] Hutin (Félix), Recherches sur le tatouage, Paris, 1853 (cité par Foville fils dans le texte).

[37] Berchon (Ernest), Histoire médicale du tatouage, Paris, 1869, et Le tatouage aux îles Marquises, 1872 (cités par Foville fils dans le texte).

[38] Aristote, Éthique, livre VII (cité par Foville fils dans le texte).

[39] Plutarque, Œuvres, chap. XIX , De ceux dont Dieu diffère la punition (cité par Foville fils dans le texte).

[40] Thirtieth Report of the Prison Association of New-York for 1874, Albany, Wed, Parsons et Cnie, 1975 (cité par Foville fils dans le texte).

[41] Millaud (Albert), “Le mariage d’Odette”, Revue des Deux Mondes, 1879 (cité par Foville fils dans le texte).

[42] Ce débat annonce les discussions sur la circulaire du garde des sceaux Chaumié adopté le 20 décembre 1905 (ministère Rouvier) qui fera des « anomalies physiques, psychiques ou mentales » une possible circonstance atténuante des criminels justiciables d’une « responsabilité atténuée » et ne relevant pas exactement de l’article 64 du code pénal napoléonien (notamment l’état de démence). Pour le contexte voir Nye (Robert A.), Crime, Madness and politics…, p. 247-259. ; Renneville (Marc), L’esprit criminel sous l’œil de la science (XIXe-XXe siècles), HDR, EHESS, 2007, « L’anthropologie de l’homme criminel », p. 56 et Guignard (Laurence), op. cit., Champ pénal, mis en ligne le 17 juillet 2005.

[43] Cette opinion contre Prosper Despine est défendue dès 1876 par le docteur Foville fils voir Renneville (Marc), La médecine du crime. Essai d’un regard médical…, p. 659.

[44] Pour le contexte de quelques mois ultérieurs rappelons que dès novembre 1881 Waldeck Rousseau sera chargé par Gambetta de préparer une loi sur la « transportation » des récidivistes. Voir Kaluszynski (Martine), op. cit., Champ pénal, mis en ligne de le 7 octobre 2008, notamment « La dangerosité, caractère opérationnel du savoir et des politiques pénales » et « Au nom de la prévention : l’exclusion ».

[45] D’après le Dr Hurel « Coup d’œil psychologique sur la population de la maison centrale de Gaillon », Mémoire sur la folie pénitentiaire publié en 1875 : « la troisième catégorie, où l’on rencontre les habitués des prisons, qui se sont laissés entraîner aux exemples qu’ils ont sous les yeux, et se sont facilement initiés aux habitudes criminelles. « Le sens moral, dit M. Hurel, leur fait défaut ; ils sont comme frappés d’une sorte d’imbécillité morale. Ces détenus à intelligence faible et défectueuse sont parfois excessivement rusés et méchants… Ils se font remarquer par leur hypocrisie ; la plupart ont une physionomie abrutie, l’aspect stupide » (cité par Foville fils dans le texte). Voir aussi à la Bibliothèque municipale de Rouen : Du régime cellulaire au point de vue de l’aliénation mentale par Alexandre Hurel, 53 f. [début des années 1880. Rapport manuscrit rédigé dans le cadre du projet de réforme des prisons, reprenant notamment les idées défendues par le docteur Foville fils en matière de criminalité et folie].

[46] Morel (Bénédict-Auguste), Traité des dégénérescences de l’espèce humaine, Paris, 1857 (cité par Foville fils dans le texte).

[47] Maudsley (Henry), Le crime et la folie, Paris, 1874, Chap. I et II (cité par Foville fils dans le texte).

[48] Les aliénés. Étude pratique sur la législation de l’assistance, par le Dr A. Foville, Paris, 1870, p. 153 (cité par Foville fils dans le texte).

[49] Cette position paraît aller à l’encontre de celle des psychiatres une ou deux décennies plus tard voir Renneville (Marc), L’esprit criminel sous l’œil de la science (XIXe-XXe siècles), HDR, EHESS, 2007, « La psychologie criminelle ».

[50] Des prisonniers, de l’emprisonnement et des prisons, Paris, 1850.

[51] « Étude anthropologique sur une série de crânes d’assassins », Revue d’anthropologie, année 1879, p. 284.

[52] « Anomalies cérébrales des criminels », Progrès Médical, 22 février 1880.

[53] Bulletin de la Société d’anthropologie, 1856, p. 347 et suivantes.

[54] Le cas de Joseph Waltz, Amerian Journal of Insanity, juillet 1875, analysé dans les Annales médico-psychologiques, 1878, t. II, p. 460.

[55] La description de Bruce Thompson est à rapprocher de celle l’aliéniste Henri Maudsley en 1874 dans son ouvrage Le crime et la folie. Voir Renneville (Marc), La médecine du crime. Essai d’un regard médical…, p. 645.

[56] Le Dr Thompson, The psychology of criminals (Journal of mental science, octobre 1870, p. 328).

[57] The Journal of mental science, juillet 1873 à juillet 1875.

[58] Vierteljahrschrift für gerichtliche und offentliche Medizin, juillet 1854 (Analyse dans la Gazette hebdomadaire en 1855, p. 134).

[59] Lucas, Traité physiologique et psychologique de l’hérédité naturelle, Paris, 1847, t.I, p.480 et 499.

[60] Despine (Prosper), Psychologie naturelle, t. II, p. 983, Paris, 1868.

[61] Lombroso (Cesare), Uomo Delinquente, p. 266.

[62] Ibid., p. 172-236.

[63] Annales Médico-Psychologiques, 1875, premier semestre, p. 161 et 374.

[64] Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Rouen, année 1879-1880, p. 54-55.



Citer ce billet
Marc Renneville (2011, 9 février). Une réflexion « française » autour de « l’homme criminel » : criminalité, défense sociale et folie d’après Achille Foville fils, inspecteur général des établissements de bienfaisance et d’aliénés en 1880. Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nczv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search