Emission d’archives : Photographier les révoltes

Habitants de Limoges devant la porte de la prison défoncée, au lendemain de la manifestation émeute du 17 avril 1905• Crédits : Radio France

LA FABRIQUE DE L’HISTOIRE par Emmanuel Laurentin

Invité(e)s de l’émission du 4 novembre 2015 :

Anne Steiner, maître de conférences en sociologie à l’université de Paris Ouest Nanterre, est spécialiste des mouvements politiques qui affichent une conception existentielle de la lutte. S’intéressant aussi bien à la Belle Époque qu’à la période contemporaine, elle a ainsi travaillé sur les anarchistes et la Fraction Armée Rouge. On lui doit entre autres RAF : Guerilla urbaine en République fédérale allemande(L’Échappée, octobre 2006, 253 p.) Les En-dehors : anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Époque (L’Échappée, mars 2008, 254 p.), Le Goût de l’émeute, manifestations et violence de rue dans Paris et sa banlieue à la Belle Époque (L’Échappée, novembre 2012, 208 p.) et Rirette, l’insoumise (Milles Sources, Tulle, mai 2013, 152 p.), qui met en lumière une figure d’anarchiste individualiste.

Anne Steiner, qui s’est en outre penchée sur la fonction sociale du café dans les anciens quartiers populaires, est également l’auteur de Belleville Cafés, L’Échappée, octobre 2010 (avec Sylvaine Conord), 120 p.

Elle a récemment contribué au « Maitron » des anarchistes (Marianne Enckell, Guillaume Davranche, Rolf Dupuy, Hughes Lenoir, Anthony Lorry, Claude Pennetier, Anne Steiner, Les Anarchistes, dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Les éditions de l’Atelier, mai 2014)…

Éric Fournier est agrégé et docteur en histoire.

Après avoir longtemps enseigné dans le secondaire, il dispense sa connaissance de l’histoire sociale et culturelle de la France au XIXe siècle à l’Université de Paris-I Sorbonne où il est maître de conférences.

Avec l’ébouriffante « Cité du Sang », ouvrage illustré par Gil et paru chez Libertalia en 2008, il nous emmène dans l’incroyable monde des bouchers de La Villette au moment de l’affaire Dreyfus.

Il est également l’auteur de « Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard » (Imago, 2007) et « La Belle Juive. D’Ivanhoé à la Shoah » (Champ Vallon, 2011)…

Christian Joschke est maître de conférences à l’Université Paris Nanterre depuis 2014 et chargé de cours à l’université de Genève. Entre 2007 et 2014, il a enseigné comme maître de conférences à l’université Lumière Lyon 2 et a occupé à deux reprises une chaire de professeur suppléant à l’université de Lausanne (2010-11 et 2016-17). Il a été également chercheur invité à l’INHA, Research Fellow à l’Internationales Forschungszentrum Kulturwissenschaften de Vienne (2014) et Nadir Mohamed Fellow au Ryerson Image Center de Totonto (2017). Ses thèmes de recherche portent sur l’histoire de l’art en Allemagne aux XIXe et XXe siècle, sur les rapports entre art et politique et sur l’histoire de la photographie.

Il collabore régulièrement au magazine Histoire et civilisations, a fondé avec Olivier Lugon la revue Transbordeur. Photographie histoire société aux éditions Macula et dirige avec lui la collection « Transbordeur » chez le même éditeur…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *