Les en-dehors – Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle Epoque » (Anne Steiner)

Parution du livre le 21 mars 2008 – Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des  » en-dehors ». Hors du troupeau, ils refusent de se soumettre à l’ordre social dominant, mais rejettent aussi tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques. Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation collective. Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres aux classes populaires, les amène à inventer d’autres rapports entre hommes et femmes et entre adultes et enfants, à prôner l’amour libre et la limitation volontaire des naissances. Leur rejet du salariat les conduit à expérimenter la vie en milieu libre, à réfléchir à d’autres modes de consommation et d’échanges, mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme -jusqu’au célèbre périple de la « bande à Bonnot « . En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean débarque à Paris à l’âge de seize ans et devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours sert de fil conducteur à ce récit qui fait sortir de l’ombre bien des acteurs de cette épopée anarcho-individualiste ayant fait leur ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans cent ans qu’il faut vivre en anarchiste ». Exigence que plus d’un paya de sa liberté, et même de sa vie.

Anne Steiner, maître de conférences en sociologie à l’université de Paris Ouest Nanterre, est spécialiste des mouvements politiques qui affichent une conception existentielle de la lutte. S’intéressant aussi bien à la Belle Époque qu’à la période contemporaine, elle a ainsi travaillé sur les anarchistes et la Fraction Armée Rouge. On lui doit entre autres RAF : Guerilla urbaine en République fédérale allemande(L’Échappée, octobre 2006, 253 p.) Les En-dehors : anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Époque (L’Échappée, mars 2008, 254 p.), Le Goût de l’émeute, manifestations et violence de rue dans Paris et sa banlieue à la Belle Époque (L’Échappée, novembre 2012, 208 p.) et Rirette, l’insoumise (Milles Sources, Tulle, mai 2013, 152 p.), qui met en lumière une figure d’anarchiste individualiste.

Anne Steiner, qui s’est en outre penchée sur la fonction sociale du café dans les anciens quartiers populaires, est également l’auteur de Belleville Cafés, L’Échappée, octobre 2010 (avec Sylvaine Conord), 120 p.

Elle a récemment contribué au « Maitron » des anarchistes (Marianne Enckell, Guillaume Davranche, Rolf Dupuy, Hughes Lenoir, Anthony Lorry, Claude Pennetier, Anne Steiner, Les Anarchistes, dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Les éditions de l’Atelier, mai 2014)…

Éditeur : Échappée (L’)

Collection : Dans le feu de l’action


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *