Léauthier l’anarchiste – De la propagande par le fait à la révolte des bagnards (Yves Frémion)

Parution du livre le 18 mars 2011 – « Crever le bourgeois ! » : un soir de novembre 1893, dans un restaurant parisien, Léon Léauthier, vingt ans, met à exécution ce mot d’ordre des anarchistes ; il poignarde au hasard un client décoré. Ce jeune cordonnier se venge ainsi de la société indigne que l’histoire a baptisé « Belle Époque ».

Dans les mois qui suivent, Émile Henry fait sauter le café Terminus, Vaillant lance une bombe en pleine Assemblée nationale et Caserio assassine Sadi Carnot, le président de la République. C’est la panique chez les nantis ! Les auteurs de ces attentats revendiquent leurs « belles actions » et promettent vengeance à leurs bourreaux. La justice ne les rate pas. Le procès de Léauthier illustre la guerre à mort entre une bourgeoisie aux abois et les « bons bougres » qui la vomissent.

Condamné et envoyé au bagne de Cayenne, Léauthier sera victime de la pire des provocations de l’histoire pénitentiaire française, restée impunie. Il participera à la seule révolte de l’histoire du bagne : celle des anarchistes, en 1894. Moins illustre que Bonnot ou Ravachol, son destin exceptionnel, raconté ici pour la première fois, méritait d’être sauvé de l’oubli.

Yves Frémion a publié une quinzaine de romans de SF (Tongre), polars (Le Tueur) ou jeunesse, de nombreux essais sur le dessin et la bande dessinée (Reiser, Binet, Goossens, Brantonne illustrateur; Germaine Bouret),l’humour, l’écologie ou sur l’histoire des mouvements révolutionnaires (Les Orgasmes de l’Histoire; Provo; Histoire de la révolution écologiste).

Chroniqueur à Fluide Glacial, il a exercé quelques responsabilités syndicales, politiques et associatives…

Éditeur : L’échappée

Collection : Dans le feu de l’action

 

Né à Manosque le 5 janvier 1874, tué au bagne des îles du Salut le 21 ou 22 octobre 1894 ; cordonnier ; propagandiste par le fait.

Léon Léauthier (1893)

Le Matin du 25 février 1894.

Ouvrier cordonnier au chômage, Léon Jules Léauthier monta à Paris en avril 1893. Ne trouvant pas d’emploi, il décida de se venger et écrivit à Sébastien Faure : « Je me trouve réduit à mourir de faim ou à me suicider… Je me vengerai comme je pourrai, n’ayant pas les moyens de faire un grand coup comme le sublime compagnon Ravachol. Mon arme choisie sera mon outil de travail ; mais qu’importe ? Ce sera encore une délicatesse que j’apporterai en crevant un bourgeois avec l’arme qui m’aura servi à produire ce que celui-ci consomme à mes dépens… Je ne frapperai pas un innocent en frappant le premier bourgeois venu. »

Le 13 novembre 1893, il passa à l’action et blessait le client d’un restaurant, qui se trouva être l’ambassadeur de Serbie. Puis il se constitua prisonnier au commissariat de la mairie du XIe arrondissement. La blessure était grave mais non mortelle et, malgré un témoignage en sa faveur de son ancien patron, Léon Léauthier fut condamné, le 23 février 1894, aux travaux forcés à perpétuité.

Lors du transport des relégués vers la Guyane à l’été 1894, il participa à une révolte à bord du navire Ville de Saint-Nazaire. Dès son arrivée il fut envoyé à l’île Royale avec les compagnons Marpaux*, Catineau* et Briens* où ils retrouvèrent d’autres compagnons dont Clément Duval, Pini*, Meyrueis* et Chenal*.

Clément Duval constatait chez Léauthier, « jeune camarade malingre, chétif, cette logique serrée, cet esprit de justice, une grande force de volonté et une énergie peu commune. Il était estimé de tous les camarades de son convoi, et il était si doux que de suite les condamnés de la case en pierre lui donnèrent leur sympathie ».

Léon Jules Léauthier fut tué le le 22 octobre 1894, lors de la révolte des bagnards anarchistes à l’île Saint-Joseph, suite à l’assassinat de Briens par un gardien (voir Girier-Lorion). Dans cette révolte furent également tués deux gardes, deux contremaîtres et douze bagnards dont plusieurs anarchistes.

SOURCES : APpo BA 1144. — ANOM, matricule 26548. — Clément Duval, Moi Clément Duval, bagnard et anarchiste…, op. cit. — « Mort aux bourreaux, Vive l’Anarchie » (1 feuillet, 1895). — Yves Frémion, Léauthier l’anarchiste : De la propagande par le fait à la révolte des bagnards, 1893-1894, L’Échappée, 2011.

Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *