Une prison cellulaire canadienne

Jean-Claude Vimont

The Nicholas Street Gaol of Ottawa est une originale reconversion d’une prison en auberge de jeunesse, préservant bien des aspects du patrimoine carcéral, que les touristes peuvent approcher à l’occasion d’une visite organisée, tout en assurant l’hébergement. L’originalité du lieu réside principalement dans ses cellules étroites, dites « cellules tambour », et dans l’espace étroit où se tenaient les pendaisons.

(Cette modeste contribution, plus photographique que scientifique, aimerait être enrichie par les amis de Criminocorpus, puisque les archives disponibles sur cette prison sont rares. Mais l’utopie cellulaire poussée jusqu’à cette extrême méritait d’être montrée. J-C Vimont)

L’établissement fut construit en 1860 et 1861 par l’architecte Henry Hodge Horsey (1830-1911), qui édifia également le City hall d’Ottawa, des hôtels et des églises. Il était situé au 75 de la rue Saint Nicholas, à proximité du palais de justice et relié à lui par un souterrain, toujours visible. La prison du comté de Carleton, conçue quelques années avant la création de la Confédération, faisait la fierté de ses habitants. Elle remplaçait une prison construite en 1842 dans la même artère et qui avait brûlé. La ville de Bytown, ancien nom d’Ottawa, était assez dangereuse. Alcoolisme, bagarres et prostitution contribuaient à une forte délinquance. Elle ouvrit ses portes en 1862. Elle pouvait héberger 150 détenus, des hommes, des femmes et des enfants, de petits voleurs comme des meurtriers, des prostituées, des alcooliques et des détenus aliénés, comme le notèrent plusieurs rapports d’inspection.

The carleton county gaol. Gravure réalisée dans les années 1870-1880 et conservée dans les fonds photographiques de William James Topley

Il s’agit d’une construction en pierres de trois étages et demi. Sa structure est liée à « l’italianate style », ce courant néo-classique s’inspirant de la Renaissance italienne et qui connut un certain succès en Amérique du Nord durant la seconde moitié du XIXe siècle. Elle était pourvue de différents types de cellules sur plusieurs niveaux, desservie par trois escaliers, et disposant d’une chapelle.

Façade ouest de la prison d’Ottawa

Le « tout cellulaire »

L’architecte s’est inspiré du modèle philadelphien d’incarcération cellulaire. On distingue soixante petites cellules d’un mètre de largeur sur trois mètres de longueur, cellules dites « cellule tambour », « drum cell », trente cellules plus larges, deux mètres sur trois mètres, et six cellules de confinement pourvues d’attaches pour y fixer des chaînes. Elles sont voûtées et munies de barreaux aux portes, ce qui permettait aux surveillants d’observer l’intérieur des cellules. Elles étaient réparties tout au long de corridors. Elles étaient sombres car sans fenêtres. Les croisées n’éclairaient que les corridors. On a pu écrire que l’intérieur de la prison était « straight out of Dickens ».

Corridor. Ce corridor desservait les cellules étroites dites « drum cells »


Corridor. Il dessert les « drum cells »


Intérieur d’une « cellule tambour »

Les cellules les plus petites ne contenaient qu’un lit étroit. Les détenus ne pouvaient pas s’y déplacer et ne disposaient pas de mobilier. Ils n’y passaient que la nuit, vaquant dans les corridors, dans la cour ou dans les ateliers durant la journée. Plusieurs sources mentionnent des suicides nombreux et des mauvais traitements.

Drum cell. Cellule étroite d’un mètre de large


Cellule disciplinaire. Des chaînes entravaient les détenus agités ou ayant commis un forfait dans la prison

Fixation dans une cellule disciplinaire

Photographie de William James Topley (vers 1895)

Les trois pendaisons

Trois exécutions par pendaison eurent lieu dans cette prison. Le 11 février 1869, Patrick J. Whelan, un tailleur, fut pendu devant 5000 spectateurs. Il avait assassiné Thomas d’Arcy McGee, membre du Parlement et un des pères de la Confédération. Certains pensent qu’il était un Fenian, puisque d’origine irlandaise. Ce fut le premier assassinat politique du Canada et la dernière exécution publique. Le corps du supplicié fut enterré dans la cour de la prison. En 1933, le 10 janvier, ce fut au tour de William George Scabrook, pour un meurtre commis lors d’un hold up. En 1946, le 27 mars, Eugène Larmont fut pendu pour avoir tué un policier lors d’un vol. Une « hanging chamber », dominant une trappe, est située au quatrième étage sur la façade est. Le pendu était visible de la foule massée au delà de la cour de promenade.

La trappe d’où tombaient les pendus

Le lieu des exécutions par pendaison

Les escaliers de la prison

Un des trois escaliers de la prison d’Ottawa. Les marches permettaient d’observer les allers et venues

L’escalier principal de la prison

L’escalier principal de la prison. Ces grilles devaient éviter chutes et suicides


L’auberge de jeunesse « hantée »

La prison fonctionna pendant cent dix ans, jusqu’en 1972. Les conditions d’hygiène n’étaient plus admissibles. L’année suivante, elle fut transformée en auberge de jeunesse, prise en charge par Hostelling International, à partir du 2 août 1973. La prison est classée « monument historique ». Des visites guidées sont quotidiennement organisées et privilégient la dimension hantée de la maison et les fantômes des pendus.

Hostelling international

La visite guidée


Vous aimerez aussi...