La prison cellulaire de Philadelphie

Une série de photographies réalisées en janvier 2012 par Héloïse et Jean-Claude Vimont. Quelques éléments de référence sur cet établissement qui servit de modèle à de nombreuses constructions à travers le monde et suscita des débats assez vifs sur le bien fondé de l’isolement cellulaire de jour et de nuit.

Notre connaissance de la prison de Cherry-Hill à Philadelphie en Pennsylvanie, également nommée l’Eastern state penitentiary, lieu d’expérimentation de l’enfermement cellulaire de jour et de nuit avec travail obligatoire au sein de la cellule, est liée à la nouvelle publication des écrits pénitentiaires d’Alexis de Tocqueville, chez l’éditeur Gallimard en 1984. Michelle Perrot, en cette occasion, a offert un modèle d’édition critique, avec une introduction fort précieuse pour comprendre les enjeux des débats que suscitaient les modèles américains d’incarcération, le rôle précis et la pensée des deux voyageurs pénitentiaires, Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville. L’appareil de notes, les recherches menées dans les fonds américains, les index ont fait de ces deux volumes des instruments de travail fort appréciés de tous les chercheurs. Un regret cependant : l’absence de tout plan, gravure, dessin pour illustrer ces écrits, alors que les rapports des deux magistrats et parlementaires en comportaient quelques-uns lors des premières publications sous la Monarchie de Juillet [1].

Les premières années de l’Eastern state penitentiary. Un cadre rural, au sommet d’une colline, à deux miles du centre ville

L’Eastern state penitentiary, au 2027 Fairmount avenue, est depuis 1994 un musée, avec ses visites commentées, sa boutique, des plans et des photographies, quelques cellules reconstituées (celle d’Al Capone, par exemple, qui y séjourna huit mois en 1929-1930) ou aménagées par des artistes contemporains, beaucoup d’autres laissées à l’abandon, plus ou moins en ruines, depuis la fermeture de l’établissement en 1971 [2]. Lors de sa construction, la prison se trouvait à deux miles du centre ville, aujourd’hui elle est située dans le downtown de Philadelphie.

Cette contribution n’a donc pour objectif que d’offrir une première vision de cette prison, telle qu’elle peut être photographiée en 2012 par Heloïse et Jean-Claude Vimont, avant la publication prochaine d’une recherche approfondie de Mathilde Fouché, titulaire d’une master patrimoine de l’Université de Rouen sur le thème du « patrimoine carcéral », et qui réside présentement à Philadelphie. Nous offrirons également quelques repères chronologiques sur l’histoire de cette maison qui fonctionna de 1829 à 1971, soit pendant 142 années [3].

SOLITARY or SEPARATE

L’architecte John Haviland (1792-1852), un britannique, remporta le concours qui mettait aux prises quatre architectes dont le renommé William Strickland et la construction dura de 1821 à 1829. Vaste construction, certainement une des plus grandes prisons de l’époque, elle coûta 800 000 dollars. Haviland s’inspirait des réflexions d’un groupe de réformateurs réunis au sein de The Philadelphia Society for alleviating the miseries of public prisons, société fondée en 1787 par Benjamin Rush. En 1790 elle posa les bases de que l’on nomme le système pénitentiaire pennsylvanien : les détenus devaient être séparés les uns des autres et devaient travailler au sein de la prison. Ce groupe de pression détermina la législature pennsylvanienne à lancer la construction d’une prison pour remplacer la maison encombrée de Walnut street, dans un contexte de fort accroissement démographique et de violences urbaines. Dès 1790, on avait expérimenté le “day and night solitary confinement” dans une maison pénitentiaire de seize cellules. La capacité d’accueil était à l’origine de 250 détenus, répartis dans sept blocs. En 1836, la capacité fut portée à 450 places. Elle atteignit 1700 détenus en 1926 après les constructions successives de nouveaux blocs et l’abandon en 1913 de l’isolement cellulaire.

Les sept premiers blocs disposés autour du rond point central par l’architecte Haviland

L’établissement ressemblait à un château médiéval, de style néo-gothique, ce premier “gothic revival” américain qui caractérisa de nombreuses constructions publiques, religieuses et individuelles de ce premier XIXe siècle. Ses murs imposants, ses tours surmontées de créneaux, sa façade percée d’étroites meurtrières devaient inspirer la peur dans le coeur de ceux qui commettaient des crimes, selon l’expression de l’architecte. Installée au sommet d’une colline, elle était visible de loin, au milieu d’un espace encore rural.

Plans, photographies, gravures et maquettes présentent des corridors disposés sur un plan radial, autour d’un point central, et le long desquels furent construites des cellules. À l’occasion d’un voyage pénitentiaire pendant la monarchie de Juillet le magistrat Frédéric-Auguste Demetz, le fondateur de la colonie de Mettray et Abel Blouet, l’architecte qui construisit Mettray, ramenèrent de Philadelphie un rapport sur les pénitenciers américains où le rond-point central et les sept blocs de Cherry-hill figuraient.

Entrée d’un bloc cellulaire

Entrée d’un bloc cellulaire

Disposition des bâtiments

Mur d’enceinte


Entrée de la prison vue de l’intérieur


Les bâtiments de l’administration. Au premier plan la salle des parloirs

Quelques ailes, la septième par exemple, disposent d’un étage comme sur la maquette exposée dans l’entrée du musée. Beaucoup d’autres ne comportent que des cellules de rez-de-chaussée, éclairées depuis la toiture, les fameuses “sky-lit cells”. Les constructions successives – tout au long de son histoire, des blocs supplémentaires furent ajoutés – qui ont densifié l’espace et augmenté la capacité d’accueil gênent la vision des cours de promenoirs individuels, ces petites courettes qu’on peut voir sur la maquette reproduite. Les prisonniers sortaient dans ces préaux pendant une heure chaque jour. Les gardiens modifiaient les horaires afin d’empêcher les communications avec les voisins par dessus les murs.

Durant les premières années de la prison de Cherry-Hill, les détenus étaient encapuchonnés, masqués, encagoulés lors de leurs déplacements, afin de prévenir tout contact avec les autres prisonniers. Cette précaution fut ultérieurement appliquée dans la prison française de Fresnes à la fin du XIXe siècle et aux débuts du XXe siècle. La cagoule de ce dernier établissement fut à l’origine du titre de l’ouvrage de Jeanne Humbert, détenue de Fresnes, qui montra comment les prisonnières parvenaient à communiquer en tirant les fils du tissu [4]. Quelques photographies montrent des prisonniers américains pourvus de ce masque ne disposant que de deux trous pour la vision. Il est indiqué que durant les toutes premières années, les détenus ne voyaient rien, car les masques étaient totalement obturés. A Paris, vers la même époque, l’abbé Crozes, aumônier de la Roquette, imposait des voiles noirs aux jeunes détenus durant les offices.

L’isolement devait favoriser la pénitence, la réhabilitation. Le travail au sein des cellules était également l’un des principes majeurs du système philadelphien. La visite du musée ne permet guère de se faire une idée des travaux accomplis dans ces espaces restreints. Des photographies montrent des hommes employés au rempaillage ou au cannage de chaises. Elles figurent dans le livre de Richard Vaux, Brief Shetch of the origin and the history of the state pénitentiary (Philadelphie, 1872). Dans une lettre à Honoré Langlois du 17 août 1838, Alexis de Tocqueville a vanté les mérites d’un système qui combianit l’isolement et le travail : ” Le système de Phladelphie s’oppose aussi complètement que celui d’Auburn à toutes les communications nocturnes, et il prévient aussi toutes les communications de jour. Non seulement, il empêche les détenus de se parler, mais il les empêche de se voir. Cela seul est très considérable. Il en résulte que quand un homme sort de prison, après quelques années de détention, tous les liens qui pouvaient l’attacher malgré lui au crime sont rompus. Il a perdu de vue ses anciens compagnons, et il n’a fait aucune nouvelle connaissance. Il se trouve donc isolé et impuissant au milieu de la société organisée des honnêtes gens. Dans le système de Philadelphie, la discipline est simple et facile parce qu’elle se sert de murs et non point d’hommes. Un directeur de prison, honnête et intelligent, suffit pour l’introduire et la maintenir dans un vaste édifice. Le détenu, étant isolé, ne saurait jamais opposer résistance ; il est toujours seul contre la société tout entière. De tous les systèmes d’emprisonnement, c’est celui de Philadelphie qui frappe le plus l’imagination des coupables ; ce qui est un grand avantage. On a trop perdu de vue, de nos jours, la nécessité de rendre les prisons intimidantes. Il faut que le détenu n’y souffre pas physiquement, mais il faut aussi qu’il se trouve assez malheureux des suites de son crime pour que la peur l’empêche de violer de nouveau les lois et arrête d’avance ceux qui veulent l’imiter. (…) Ce qui conduit presque tous les hommes au crime, c’est la paresse. Il n’y a guère de vleurs parmi les bons ouvriers : le système de Philadelphie ne force pas seulement au travail, il le rend nécessaire et le fait aimer. L’oisiveté est un si grand mal dans la solitude que les détenus se passeraient plutôt de pain que de travail. […] À Auburn, on bat les détenus pour les faire travailler ; à Philadelphie, les détenus aimeraient mieux être battus que de rester oisifs. Ils contractent ainsi naturellement l’habitude, le goût et le besoin de l’occupation et l’occupation les détourne du crime.” (cité par Michelle Perrot dans les Écrits pénitententiaires, volume 2).

Mur d’enceinte et tour garnie de créneaux

Tour et mirador


Jusqu’en 1841, les promoteurs du modèle philadélphien le qualifiaient de “Solitary confinement”. Ils préférèrent le qualifier ensuite de “separate confinement”, pour éviter les critiques qui accusaient le modèle de déprimer les prisonniers et de les pousser au suicide. Les mêmes débats eurent leu en France, à la même époque, lors des débats préparatoires à une réforme des prisons. Les détenus étaient visités par les gardiens qui apportaient quotidiennement la nourriture et les matériaux pour le travail, par le prêtre ou le pasteur et des membres des sociétés philanthropiques. Ces idées furent reprises par Alexis de Tocqueville en 1843 et 1844, lorsqu’il était rapporteur du projet de loi sur la réforme es prisons. Michelle Perrot a montré que Tocqueville avait évolué au retour de son voyage américain. D’abord favorable au système d’Auburn (la cellule de nuit et le travail en commun mais en silence de jour), il devint le chantre du système philadelphien, aux côtés de l’inspecteur des prisons Moreau-Christophe. La cellule, prison dans la prison, présentait à ses yeux de multiples avantages, même si son pessimisme le rendait méfiant à l’égard des discours sur la réhabilitation des criminels. La cellule assurait la défense, la sécurité de la société contre les classes dangereuses, les bandes de criminels qui s’étaient connus en prison. Disperser les détenus, éviter qu’ils ne se corrompent, qu’ils ne se livrent “au vice de l’homosexualité” est un moyen de lutter contre le “monde des coquins” Michelle Perrot a cité dans l’introduction aux écrits pénitentiaires, le bilan dressé par Tocqueville à l’issue de la soixantaine d’entretiens qu’il eut avec des détenus de Cherry-Hill : “L’intérieur des cellules de Philadelphie nous a présenté un coup d’oeil absolument nouveau et plein d’intérêt. Le détenu qui y est renfermé jouit en général d’une bonne santé, il est bien vêtu, bien nourri, bien couché, il trouve à sa portée des biens physiques qu’il n’a jamais rencontrés dans le monde, il se plaît à le reconnaître lui-même. Et cependant il est profondément malheureux ; le châtiment tout intellectuel qui lui est infligé, jette au fond de son âmes une terreur plus profonde que les chaînes et les coups. N’est-ce point ainsi qu’une société éclairée et humaine doit vouloir punir ? Ici la peine est à la fois la plus douce et la plus terrible qui ait été inventée. Elle ne s’adresse qu’à l’esprit de l’homme mais elle exerce sur lui une incroyable emprise.” ( novembre 1831, lettre au ministre de l’Intérieur). La “défense sociale” exigeait la répression et la punition. Charles Dickens visita le pénitencier en 1842 et émit une appréciation toute autre et fort négative : ” Nothing wholesome or good has ever had its growth in such unnatural solitude…there is surely more than sufficient reason for abandoning a mode of punishment attended by so little hope ou promise, and fraught, beyond dispute, with such a host of evils“. Dickens, Gaétan de Larochefoucauld-Liancourt, le docteur Artus Barthélémy Vingtrinier bataillèrent pour résister à l’engouement des élites pour ce système d’emprisonnement rigoureux. Derniers philanthropes, ils furent emportés par les peurs sociales et politiques de leur temps.

A “lit-sky cell”

A “lit-sky cell”


Miroirs pour contrôler les allers et venues des détenus

Un bloc cellulaire


Porte d’une cellule

Entrée d’une cellule


L’IMPOSSIBLE SEPARATION

Au quotidien, le régime cellulaire ne fut qu’imparfaitement appliqué. Et ceci, dès les premières années de fonctionnement. Des détenus furent employés hors de leurs cellules, pour les constructions successives, à la cuisine ou à l’infirmerie, dans des emplois de service auprès de l’administration de l’établissement.

À la fin des années 1860, le régime de séparation n’était plus guère appliqué, malgré la volonté des administrateurs de le maintenir. Aux lendemains de la guerre de Sécession, troubles, désordres et augmentation de la criminalité provoquèrent un accroissement de la population carcérale et un allongement des peines. Dès 1866, les prisonniers étaient plus nombreux que le nombre de cellules. En 1872, ils étaient 596 pour 550 cellules. La grande dépression qui débuta en 1873 accrut la misère, la délinquance et le nombre des détenus. Des femmes furent emprisonnées à Cherry Hill de 1831 à 1923.

Cellule double

À la fin du siècle, moins de la moitié des détenus étaient séparés. On abandonna progressivement l’expression ” separate system” pour la plus commode “individual treatment”. La naissance de la criminologie en Europe, l’intérêt pour la personnalité du criminel incitaient à l’individualisation des peines. Les administrateurs de l’établissement manifestèrent des réticences à l’égard de ces nouvelles avancées scientifiques, mais ils mesuraient l’impossibilité de poursuivre l’expérience de l’isolement cellulaire.

Les détenus vécurent à deux ou trois par cellule. Quelques pièces plus grandes en accueillaient quatre ou cinq. Ils y travaillaient en commun ou dans des ateliers qui furent aménagés. En 1913, la législature de Pennsylvanie abolit officiellement le “separate confinement”, mais depuis plusieurs années ce n’était plus qu’une fiction. Les principes fondateurs furent totalement abandonnés au vingtième siècle. L’isolement cellulaire devint une mesure disciplinaire, sans aucune prétention de réhabilitation ou de relèvement. Les constructions successives interdisaient toute surveillance depuis le rond point central [5]. Des ateliers et des salles de cours regroupaient les prisonniers. En 1880, les cellules du troisième bloc furent transformées en un hôpital muni de dortoirs et d’une salle d’opération. Les détenus cessèrent de prendre leurs repas dans les cellules et des réfectoires furent aménagés dans les blocs quatre et cinq. Des terrains de base-ball et de basket-ball furent aménagés. Plusieurs journaux de détention furent publiés, dont le Eastern Echo, dans les années soixante. Des festivités étaient organisées pour Noël, des concerts et des matchs de boxe eurent lieu dans la prison. Le “congregate system” avait supplanté le modèle philadelphien.

Jean-Claude VIMONT (Photographies d’Héloïse Vimont et Jean-Claude Vimont)


DOCUMENTS ANNEXES

Un détenu pendant les années trente

Une femme de chambre condamnée à une année de prison

Porte d’une cellule

Fiche d’une détenue

Reconstitution de la cellule d’Al Capone (1929-1930)

Grille d’une cellule

Vestiaire

A “sky-lit cell”

A “sky-lit cell”

Charpente des blocs cellulaires


[1] Alexis de Tocqueville, Oeuvres complètes, Tome IV, Écrits sur le système pénitentiaire en France et à l’étranger, Deux volumes établis par Michelle Perrot, Paris, Gallimard, 1984.

[2] Le site officiel du musée comporte des notices historiques et des séries photographiques de qualité.

[3] Voir l’ouvrage très bien illustré de Francis X. Dolan, Images of America, Eastern state penitentiary, Charleston, Arcadia publishing, 2007.

[4] Jeanne Humbert, Sous la cagoule. Fresnes, prison modèle, Paris, 1933.

[5] Sur le pénitencier au XXe siècle, on peut consulter Paul Kahan, Eastern state penitentiary, a history, Charleston, History press, 2008, 126 p.


Vous aimerez aussi...