La crise d’ados de Mai 68

Un essai d’ego-histoire qui fait le parallèle entre l’adolescence des enfants des « Trente Glorieuses » et les mutations de la société française de l’époque.

En 1998, le sociologue Jean-Pierre Le Goff publie Mai 68. L’héritage impossible . Plus récemment, ce contributeur régulier de la revue Le Débat a analysé les transformations de la société française avec La Fin du village  et Malaise dans la démocratie La France d’hier, publié à l’occasion du cinquantenaire de Mai 68, s’inscrit dans la continuité des précédents essais de Le Goff tout en adoptant un parti-pris autobiographique.

Pour le sociologue, en 1998, l’histoire de Mai 68 était principalement racontée par ses vainqueurs. Ses derniers érigèrent l’événement en mythe fondateur d’une nouvelle modernité, mettant de côté ses « aspects nihilistes », que Le Goff qualifiait alors de « gauchisme culturel ». A partir des années 2000, le récit s’inverse. Le Goff observe une « revanche générationnelle » contre « l’héritage impossible » de Mai 68, et en réaction à la transformation de la contre-culture véhiculée par le mouvement en un nouveau conformisme. Pour autant, selon Le Goff, il ne s’agit pas de « sombrer dans un nouveau règlement de comptes qui brouille les pistes et risque de tourner en rond. » Sinon, « [c]’est un autre récit inversé et tout aussi schématique que le précédent qui risque de prendre la place de la belle histoire antérieure racontée aux enfants. » Et Le Goff de rappeler une évidence : en dépit de ses répercussions et de leurs limites, Mai 68 n’est pas la source de tous nos maux contemporains…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 19 avril 2018 par Benjamin CARACO sur le site de Non fiction

La France d’hier (Jean-Pierre Le Goff) – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...