Le terme « prison » au XIXe siècle : étude lexicographique et diachronique

Audrey Higelin

Le Grhis-Justice de l’université de Rouen accueille bien volontiers cette contribution d’Audrey Higelin qui participera au séminaire de l’ANR « sciencepeine » le 29 février 2012 à Rouen. Cette contribution est à mettre en lien avec un article intitulé « Étude lexicographique diachronique du terme « prison » au XIXe siècle : de la difficulté d’associer signifiant et signifié aux premiers jours de la prison pénale« , qui va être publié dans la Revue Frontenac , dépendant du Département d’Études françaises de la Queen’s University à Kingston, dans l’Ontario (Canada). Elle fait suite au Colloque international Entre mémoire et histoire, qui s’est tenu à la Queen’s University, en octobre 2008. Audrey Higelin [1] est docteur en histoire de l’art. Elle a soutenu en 2011 sa thèse intitulée « La prison pénale de 1791 à 1848 : élaborer l’espace de la réclusion » sous la direction du Professeur Laurent Baridon, à l’Université de Grenoble. Audrey Higelin partage actuellement son temps entre l’enseignement secondaire et supérieur, la recherche, et le journalisme.

L’étude du fait carcéral présente un certain nombre de difficultés inhérentes même à la compréhension et à l’interprétation des sources. Plusieurs types de document sont à consulter, puis à confronter. Les sources directes (archives nationales et parlementaires, qui donnent accès aux lois et décrets ; témoignages de détenus, mémoires du personnel administratif…) sont à associer à des sources indirectes non moins intéressantes, que l’on puise dans la littérature philosophique, romanesque ou spécialisée. Le terme « prison » y est l’objet d’une polysémie peu commune. Non seulement il revêt plusieurs sens précis à la même époque, mais il peut adopter des acceptions contradictoires si on le considère de manière diachronique. Cette polysémie se trouve être aussi formelle, dans la mesure où, si l’on assimile la « prison » au sens large à un endroit où l’on pratique l’enfermement, plus ou moins modulé en termes de pénibilité, plusieurs établissements peuvent être considérés. Le chercheur doit alors circonscrire rigoureusement son domaine d’étude, et quel qu’il soit, comprendre et dissocier les différentes acceptions du terme générique « prison » à travers le temps.

Évolution encyclopédique du terme « prison »

Le terme prison proviendrait du latin populaire prensio –onis, lui-même découlant de la forme littéraire prehensio, –onis, du verbe prehendere, qui signifie « prendre ». Nous retrouvons directement ce sens étymologique dans la peine de prise de corps, sous l’Ancien Régime. Le Grand Robert de la langue française admet aujourd’hui comme première acception la définition générique d’ « établissement, local clos aménagé pour recevoir des délinquants condamnés à une peine privative de liberté ou des prévenus en instance de jugement », pour ensuite proposer des renvois analogiques vers les termes chartres, geôles, bagnes, ou encore centrales en spécifiant parfois la nuance qui ne permet pas à ces termes d’être exactement synonymes. Nous constatons ainsi que même au XXe siècle, le terme « prison » continue d’être un terme tiroir, englobant une multitude de réalités que le droit et l’histoire s’attellent à détailler.

La prison Saint-Lazare tant vantée par les philanthropes de la Restauration. Élévation et coupe par Baltard en 1824

Dès lors que l’on souhaite étudier le fait carcéral, qu’il s’agisse de droit, de sociologie, d’histoire ou d’architecture, les recherches heuristiques confrontent le chercheur à des difficultés lexicales à l’origine de confusions dans l’interprétation des sources. Il existe, si l’on schématise, quatre grandes périodes du carcéral aux XVIIIe et XIXe siècles : la première, véritablement philosophique, qui agite les philosophes des Lumières autour de la question de la peine, puis les hygiénistes, publicistes et juristes concernés par des préoccupations philanthropiques, s’étend du premier tiers du XVIIIe siècle à 1791. La seconde commence cette même année, au moment de la promulgation de la première Constitution, qui, prenant acte des réflexions passées, refond le système pénal dans le premier Code, et instaure la peine privative de liberté (peine qui n’existait pas pendant l’Ancien Régime, contrairement à ce que la présence matérielle de lieux privatifs de liberté pouvait laisser penser). Il est difficile cependant de déterminer pour cette phase de mise en œuvre et de réflexions intenses et contradictoires une borne limitative, car, quand bien même la troisième phase, celle de l’essor de l’architecture carcérale à proprement parler, débute sous la Monarchie de Juillet, les débats philosophico-juridiques autour des différents régimes d’emprisonnement n’ont jamais véritablement cessé jusqu’au début d’un XXe siècle trop préoccupé par ses guerres fratricides pour persister dans des questions de méthode. L’année 1852 marque enfin un dernier virage dans l’évolution du fait carcéral pour la période qui nous concerne, avec le recours aux déportations et transportations outre-mer.

Durant les deux siècles qui nous préoccupent, on ne cesse alors de parler de prison. Mais nous constatons que ce qui rend l’étude du fait carcéral ardue provient principalement d’un souci linguistique. Le signifiant « prison » recouvre en effet une multitude de signifiés, que ce soit dans l’esprit, dans le texte, ou dans la lettre. L’objet de la recherche est de cerner le sens d’un terme en même temps que sa réalité matérielle tout en comprenant son évolution dans l’histoire. Nous avons ainsi choisi d’opérer une sélection parmi les dictionnaires et encyclopédies ayant fait date aux XVIIIe et XIXe siècles, allant de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert jusqu’au Littré (édition de 1880), en passant par le Dictionnaire de l’Académie Française (en différentes éditions), l’Encyclopédie Méthodique de Quatremère de Quincy, ou encore le Dictionnaire raisonné de l’architecture française de Viollet-le-Duc, afin d’étudier l’évolution du fait linguistique.

L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1772) propose une définition très complète du terme, détaillant la généalogie du lieu d’enfermement depuis ses premières occurrences textuelles, provenant de la Bible. Une mention est faite de l’enfermement ecclésiastique, l’idée de pénitence induite par le procédé d’exclusion sociale fera d’ailleurs florès dans les débats un siècle après la publication de l’Encyclopédie. Les prisons séculières sont précisément dissociées, aussi peut-on lire : « Parmi les prisons séculières on peut en distinguer de plusieurs sortes. Celles qui sont destinées à renfermer les gens arrêtés pour dettes […] ; celles où l’on tient les malfaiteurs atteints de crimes de vol et d’assassinat, […] ; les prisons d’État ; les prisons perpétuelles […] ; et enfin les maisons de force. […] Il y a trois sortes de prisons ; savoir les prisons royales, celles des seigneurs, et les prisons des officialités. » (Diderot, d’Alembert, t. 13, 386)

Telle que nous les présentent Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, les prisons semblent être des endroits organisés et hiérarchisés en fonction des délits. Nous démontrerons plus loin qu’il s’agit là d’une théorie, et que dans la réalité il n’en est rien. Le Dictionnaire de l’Académie Française, édition de 1762, propose quant à lui une définition laconique et générique du terme « prison », mais se montre plus disert concernant les termes « bagne » et « galère ». La césure de la Révolution française n’est pas encore opérée ni dans les esprits, ni dans les faits, et les définitions qui nous sont données de la prison ne peuvent donc être plus précises. On constate d’ailleurs que les définitions des éditions de 1792 et 1798 n’ont pas changé d’un iota. Dans les dictionnaires de l’Ancien Régime, le terme « Bastille » est toujours défini de manière architecturale comme un château, sa fonction de prison d’État par excellence n’étant mentionnée qu’en seconde analyse. Il est en outre assez étonnant de constater que la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1832-1835), pourtant publiée sous la Monarchie de Juillet, période d’essor s’il en est de la réforme du système carcéral, persiste dans la même définition évasive du terme « prison » que les éditions de l’Ancien Régime : « Lieu ou l’on enferme les accusés, les criminels, les débiteurs… » (Académie Française Dictionnaire 1832-1835, 505). De même, alors que la distinction entre les maisons d’arrêt, de force, et de détention est bien établie dans les textes juridiques, dans les esprits, et commence à l’être aussi dans la pierre, ces trois termes sont associés sous l’entrée « maison », et définis comme suit : « Lieux légalement et publiquement désignés pour recevoir ceux qu’on vient d’arrêter, ou ceux qui ont été condamnés à la détention. » (Académie Française, Dictionnaire 1832-1835, 149)

Plans des prisons d'Aix par Nicolas Ledoux

Les dictionnaires architecturaux, comme ceux d’ Antoine Quatremère de Quincy et d’Eugène Viollet-le-Duc, ont bâti leur définition du terme prison autour de préoccupations architecturales. Néanmoins, force est d’admettre qu’ils demeurent parmi les plus précis concernant l’institution carcérale au XIXe siècle. A. Quatremère de Quincy propose d’ « indiquer par quelques notions générales, les diverses manières de pratiquer les prisons, selon la variété de leur destination. » (Quatremère de Quincy 212). La définition du concept, parce qu’elle est essentiellement pratique, est au plus près de la réalité des établissements privatifs de liberté en France. E. Viollet-le Duc se lance quant à lui dans une genèse formelle de l’édifice prison, qui est elle aussi très précise et dans sa vision rétrospective de l’histoire de l’institution carcérale en France, et dans son tableau du paysage carcéral contemporain.

Entre terminologie confuse et réalité historique

Etablir un parallèle évident entre la réalité de la prison et les différentes acceptions du terme n’est pas aisé, si l’on s’en remet aux seules sources lexicographiques. Les dictionnaires d’architecture, comme nous venons de le souligner, ont le primat du réalisme par leur caractère descriptif, voire prescriptif. Nous y reviendrons.

Si l’on se réfère à la définition de l’Encyclopédie, les prisons sont des lieux relativement pensés et adaptés à une pénalité préexistante. Or l’étude de l’histoire du fait carcéral démontre qu’il s’agit là de la théorie, et non de la pratique. Les prisons de l’Ancien Régime (à l’image de la Bastille, définie comme un château fort, mais principalement employée comme prison d’État), ne sont pas pensées pour être des lieux de peine. Comme le souligne l’ordonnance de 1670, en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, il n’existe pas à proprement parler de peine de prison. Dans les « prisons » de l’Ancien Régime, plusieurs types de détenus croupissent : au criminel, les accusés en attente de jugement, au civil, les prisonniers pour dettes. À cela s’ajoute le lot indifférencié des incarcérés pour diverses raisons connexes. Les lieux d’enfermement ne manquent alors pas : les bagnes le disputent à l’hôpital général, aux dépôts de mendicité, aux prisons d’Etat, maisons de force et de correction. Dans ces endroits, qui n’ont pas tous leur entrée dans les dictionnaires tant leur réalité est confuse, le mélange des genres s’étend jusqu’aux détenus : les prisonniers de guerre côtoient des infirmes, des galeux, ou encore des libertins. Les prisons proprement dites se classent en effet en plusieurs catégories : prisons du Roi, des seigneurs, des officialités et de la Ferme générale. Les prisons seigneuriales existeront encore jusqu’en 1789, mais sont en décadence à cause de la montée du pouvoir royal. Comme le souligne Necker , les prisons des villes ou des campagnes sont insalubres. Les prisonniers sont « cette partie des sujets du Roi la plus malheureuse et la plus oubliée. » (Déclaration de 1784, citée dans Desjardins, Les Cahiers des États Généraux, 459). Il existe en outre la même confusion des genres chez les détenus des prisons que dans les bagnes et les maisons de force.

Jacques-Guy Petit nous décrit la prison d’Aurillac en 1791 :  » […] une seule loge pour tous les prisonniers pour crime avec un peu de paille sur des cailloux ; une loge semblable pour les femmes, juxtaposée et sans véritable séparation ; quatre cachots souterrains et obscurs ; des basses-fosses malsaines où des prisonniers croupissent dans l’infection ; une cour très réduite où ils peuvent parfois se promener. (cité dans Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures, la prison pénale en France, p. 21) Ainsi quel que soit le lieu de détention, on n’y purge pas de peine, et les magistrats ne se préoccupent pas de l’amendement du prisonnier. La prison du XVIIIe siècle n’est dans les faits qu’une sorte de maison d’arrêt qui comporte dans certains de ses avatars (galère ou bagne) l’aspect pénitentiaire sur lequel insisteront les réformateurs au moment de la Révolution française.

Avec la naissance de la prison pénale, le XIXe siècle redéfinira le concept, et donnera forme à l’institution, au sens propre comme au figuré. La société du XVIIIe siècle préfère le caractère ostensiblement exemplaire du châtiment à celui, moins public, de l’enfermement. Aussi, bien que le Siècle des Lumières ait été riche en réflexions autour des délits et des peines, le siècle du carcéral est véritablement le XIXe. D’un point de vue lexical, les textes des Lumières emploient indifféremment les termes de « détention », d’« emprisonnement » ou de « prison ». Il faudra chercher chez les Constituants d’abord, puis chez les juristes, publicistes et autres hygiénistes du XIXe siècle plus de précision dans la définition du concept. En effet, les Constituants se substituent aux Encyclopédistes pour définir le rôle des différentes prisons. Dès 1791, ils précisent dans les lois et les décrets le rôle des maisons d’arrêt et de justice, et affirment que seules peuvent être appelées « prisons » les lieux ou les citoyens déjà jugés subissent leur condamnation. Cette refonte du système pénal n’est pas prise en compte par l’édition de 1798 du Dictionnaire de l’Académie, et n’est que rapidement mentionnée dans l’édition de 1832-1835. Un certain nombre de questions peuvent surgir de ce constat. La loi précède-t-elle la lettre ? Les réformes successives du système pénal depuis la Constituante désintéressent-elles l’intelligentsia littéraire ? La lecture attentive des romans et feuilletons de Victor Hugo ou encore Eugène Sue, dont nous parlerons plus loin, viennent répondre par la négative. L’Encyclopédie méthodique d’A. Quatremère de Quincy, nous met sur la voie d’une réponse. Rédigé en 1820, l’article « prison », avant de se montrer prescripteur, fait un rapide état des lieux :  » Jusqu’ici, généralement, il a été construit fort peu d’édifices, destinés à être spécialement et exclusivement des prisons. Tant qu’on ne vit dans une prison un local propre à séquestrer les individus, sans distinction des causes de détention, du genre des délits, de la nature des reclus, beaucoup de bâtiments tout faits, quoique pour d’autres usages, durent paraître tout propres à leur nouvelle destination. Ainsi, une multitude de constructions élevées dans le Moyen-âge, beaucoup de vieux châteaux, de forteresses désormais inutiles à la guerre, furent et devinrent des prisons toutes faites. » (Quatremère de Quincy 212) Nous apprenons ainsi que la nouvelle loi issue de la Constituante n’a eu qu’une validité relative dans les faits. Pour moduler les peines, distinguer les détenus par catégories, et leur réserver un traitement humain, il fallait que l’État se dote de bâtiments idoines, qui devaient alors être édifiés. Mais rien ne fut fait pendant fort longtemps à cause de la combinaison de plusieurs réalités : l’instabilité des régimes en place, le réemploi des bâtiments nationaux, les refontes successives du Code Pénal, l’état des finances en France ainsi que la perpétuité des débats autour des régimes d’incarcération au sein même de l’Assemblée Législative. Aussi, dans l’esprit de la population comme dans celui du littérateur, la « prison » restait-elle un concept confus à la définition protéiforme et en perpétuel mouvement.

Projet de l'architecte normand Harou-Romain fils pour une prison semi-circulaire de 46 cellules. Extrait du recueil de plans collectés par le ministre de l'Intérieur lors des débats parlementaires de la Monarchie de Juillet sur la réforme des prisons

Du langage « sur » la prison, au langage « de » la prison

Les écrivains du XIXe siècle se montrent très diserts au sujet du fantasme carcéral, mais les détenus, principaux intéressés, ont laissé peu de traces exploitables en termes de sources ou de témoignages publiés. Il y a ici un nouveau hiatus à soulever, qui consisterait à mesurer la distance qui existe entre la prison telle qu’elle est mise en mot, « romancée », « fantasmée » par la littérature, et telle que la subit le détenu. La prison « imaginée » est en effet plus présente dans les sources que la prison « vécue », tout du moins jusqu’aux premiers effets des progrès éducatifs de la IIIe République. Nous disposons donc de peu de témoignages concernant les prisons, particulièrement les prisons centrales, organes de gestion des classes pauvres – donc illettrées –, et dont le régime du silence couramment pratiqué à partir de 1839 et les nombreuses privations ont un effet débilitant sur le corps et l’esprit. Notons que la lecture n’a elle aussi que peu de place dans le quotidien des détenus, qui, lorsqu’ils savent lire, sont néanmoins friands des ouvrages de Walter Scott et Alexandre Dumas, comme nous l’apprennent H. Joly et E. Laurent. Si l’on excepte l’impossibilité pratique qu’ont les détenus à prendre la plume, il faut aussi insister sur le silence contraint, par intérêt et/ou nécessité de réinsertion. Hormis de notables exceptions dont font partie les prisonniers politiques, dont l’incarcération n’est pas socialement infâmante, nul n’a intérêt à faire de la publicité autour de son vécu de détenu au sein de la société qu’il réintègre. La peine de prison, contrairement aux peines de l’Ancien Régime, ne laisse pas systématiquement de traces visibles (même s’il subsiste encore au long des XVIIIe et XIXe siècles certains cas de marquages au corps préalables ou coexistant à la privation de liberté ; la marque ne fut supprimée qu’en 1832), aussi est-il possible pour l’ancien détenu de taire cette partie de sa vie.

Dans l’ensemble, la réalité carcérale reste donc passée sous silence. Cet état de fait donne toute son importance aux quelques expériences de prisonniers de droit commun qui nous ont été transmises : Hippolyte Raynal, dans Sous les verrous, dresse en 1836 un tableau réaliste des prisons de la Restauration. Le témoignage est précis, descriptif, et peut être établi comme source relativement objective. Ce qui est moins le cas des Mémoires de Pierre Lacenaire, Marie Capelle ou encore Eugène-François Vidocq. Le premier propose en effet des poèmes qui parlent moins de prisons qu’ils ne racontent la vie aventureuse et criminelle du détenu ; la seconde écrit pour clamer son innocence. Le troisième, enfin, est tombé dans le discrédit chez les historiens de par son statut même et le fait qu’il ait employé un certain nombre de petites mains pour rédiger ses propres mémoires. Un auteur anonyme propose un fort intéressant ouvrage : le Dictionnaire de l’argot moderne, en 1844. Ce dernier propose un aperçu physiologique des prisons de Paris, décrivant avec authenticité et sobriété les souffrances quotidiennes des détenus pauvres – la grande majorité.

Les livres des prisonniers politiques, comme nous l’avons laissé entendre plus haut, sont à prendre avec plus de précautions encore que les récits des prisonniers de droit commun. Les conditions d’incarcération ne sont pas les mêmes, le caractère infâmant de la peine non plus. En outre, les prisonniers politiques sont souvent des lettrés qui ont le sens du romanesque et feront de leur récit de prison l’étendard de leurs convictions dès leur sortie de prison. Il est néanmoins certaines occurrences alliant précision descriptive et objectivité, tant que faire se peut : P. Joigneau, dans L’intérieur des prisons par un détenu, propose en 1846 un tableau assez réaliste des conditions de promiscuité et de salubrité des prisons de la première moitié du XIXe siècle. Quelques autres auteurs contemporains de l’époque traitée, qui n’ont pourtant pas vécu l’expérience de l’incarcération, donnent néanmoins des informations riches et exemptes de la volonté de plaire au pouvoir. Notons J.F.T. Ginouvier, qui publie son Tableau des prisons en 1824, Anatole Corne, qui propose l’étude Prisons et détenus en 1869, ou encore Michel-Auguste Peigné et son ouvrage Trois existences ou la maison centrale en 1837. Ces ouvrages de témoignage ne nous informent pas à proprement parler de l’évolution du terme « prison » dans le temps, mais nous permettent d’en cerner l’acception du point de vue du détenu, et de prendre la mesure de la distance qui la sépare de la définition que peuvent avoir et les tenants du pouvoir d’un même terme. La différence de point de vue induit ici une polysémie involontaire.

De même, les poèmes de détenus qui nous sont parvenus mettent-ils à jour toute la portée métaphorique du terme. Après 1850, plusieurs chansons circulent à Mazas ou dans des prisons centrales. Le Chant de Mazas, (cité dans Laurent, Les Habitués des prisons de Paris) compare la prison cellulaire à une « cage », et la cellule à un « cloître ». Cette dernière association est d’ailleurs involontairement conforme à l’inspiration monastique du système pénal cellulaire. Et toi Latude, type de bonne gens, Si tu voyais cette nouvelle cage, Tu ne pourrais y faire tes trente-cinq ans, Tu serais fou avant six mois de gage. Tu ne pourrais y élever des rats Car pas un ne reste au vestibule Papa Mazas un cloître fit d’elle En inventant pour nous la cellule. (cité dans Laurent)

Dès les années 1830, pour les observateurs de la prison comme pour les romanciers, l’argot constitue la langue spécifique des détenus. De langage des prisonniers, elle devient la langue coutumière pour parler de la prison. Ce sont des romanciers comme Victor Hugo, Honoré de Balzac, ou encore Eugène Sue, qui ont diffusé ce métalangage par le biais de leurs écrits. C’est d’ailleurs Eugène Sue qui inspira le dictionnaire d’argot que nous avons mentionné plus haut. L’auteur y explique son intention :  » Il est un langage rempli de figures pittoresques, un langage énergique, sauvage et imaginé, un langage qui sue le sang et le meurtre : ce langage, on le parle à nos côtés et nous ne le comprenons pas. Riches, peut-être que l’homme qui vous coudoie forme le dessein de vous dévaliser. Sûr de ne pas être compris de vous, il parle librement à vos côtés du sort qu’il vous destine. Rien ne peut vous sauver que la connaissance de ce langage affreux qui lie entre eux les voleurs et les assassins« . (Anonyme, Dictionnaire de l’argot moderne)

La microsociété abritée par la prison, devenue ville dans la ville avec l’éclosion des centrales, est vraisemblablement stigmatisée jusque dans le plus important vecteur de communication interpersonnelle, à savoir le langage. Mais il ne faut pas occulter le fait que l’argot est davantage la langue du fantasme de la prison, plutôt que celle de la prison elle-même. Les romanciers se sont en effet inspirés des mémoires de Vidocq et ses nègres pour construire l’argot de leurs romans, et l’on sait que Vidocq romance plus qu’il ne décrit. Si l’on souhaite se pencher sur la langue effectivement parlée en prison, le Dictionnaire des mots les plus usités en prison, de Joigneau, datant de 1846, est un outil qui allie réalisme et fiabilité, et ne se cantonne pas à l’étude d’un argot que l’on serait tenté d’appeler « littéraire ». Ainsi apprend-on avec Joigneau que le « surineur » (assassin) a été arrêté par la « camarde » (police) ou les « cognes » (gendarmes). Il va donc « au plan » (en prison), au « bord de l’eau » (dans une galère), ou « au pré » (dans un bagne), pire encore, à « l’abbaye du monte-à-regret » (l’échafaud). Notons enfin que le terme « prison », lorsqu’il est utilisé, revêt pour le détenu un sens générique. Il n’apparaît en effet que très rarement une distinction entre les différents types de lieux privatifs de liberté (maison d’arrêt, de justice, prison pénale…), exception faite des maisons centrales, appelées simplement « centrales ». La prison revêt pour le détenu le sens élargi de tout lieu susceptible de l’enfermer.

Comme nous l’avons démontré, le terme « prison » comporte plusieurs acceptions, qu’une étude strictement lexicale ne permet pas de distinguer. Outre l’étude du fait linguistique, pour comprendre l’évolution du fait carcéral, il faut conjointement étudier l’histoire des idées et celle des formes, et sans cesse confronter ses sources les unes aux autres. En effet, si la terminologie des lieux d’enfermement est confuse, leur réalité historique, juridique et proprement matérielle l’est tout autant du lendemain de la Révolution Française au début du XXe siècle. L’« histoire » de la prison est ontologiquement pluridisciplinaire. Le peu de témoignages de détenus que l’on possède nous laisse en outre déplorer le fait qu’il n’y ait pas à proprement parler de « mémoire » de la prison, si ce n’est celle que nous transmet la littérature, de manière plus métaphorique que testimoniale.

BIBLIOGRAPHIE

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 1ère éd., Paris, J.B. Coignard, 1694, 2 vol.

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 2ème éd., Paris, J.B. Coignard, 1718, 2 vol.

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 3ème éd., Paris, J.B. Coignard, 1740, 2 vol.

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 4ème éd., Paris, Ve de Bernard Brunet, 1762, 2 vol.

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 5ème éd., Paris, J.J. Smits, anVII-1798, 2 vol.

Académie Française, Dictionnaire de l’Académie française, 6ème éd., Paris, P. Dupont, 1835, 2 vol.

Anonyme, Dictionnaire de l’argot moderne ; ouvrage indispensable pour l’intelligence des Mystères de Paris, de M. Eugène Sue, Paris, Worms, 1843

De Balzac, Honoré, Splendeurs et Misères des courtisanes, partie IV : La Dernière Incarnation de Vautrin [1838-1847], édition de Pierre Barbéris, Paris, Gallimard, 1999

Capelle, Marie, Mémoires de Marie Capelle, veuve Lafarge, écrits par elle-même, Bruxelles, A. Jamar, 1841

Corne, Anatole, Prisons et détenus, Douai, Imprimerie de Duthilleul et Laigle, 1869

Desjardins, Albert, Les Cahiers des États Généraux en 1789 et la législation criminelle, Paris, A. Durand et Pedone-Laurel, 1883

Diderot, Denis et d’Alembert, Jean-le-Rond (dir.), L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson-David-Le Breton-Durand, 1751-1772, 17 vol.

Ginouvier, J.F.T., Tableau de l’intérieur des prisons de France ou Études sur la situation et les souffrances morales et physiques de toutes les classes de prisonniers ou détenus, Paris, Baudoin Frères, 1824

Guimier-Mayenc, Marthe, Prison-vécue, Prisons imaginées au xixe siècle, Grenoble, Thèse de littérature contemporaine, 1989, 2 vol.

Hugo, Victor, Le Dernier Jour d’un condamné [1829], édition présentée, établie et commentée par Roger Borderie, Paris, Gallimard, 2000

Joigneau, Pierre, L’Intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, système cellulaire, emprisonnement commun ; suivis d’un dictionnaire renfermant les mots les plus usités dans le langage des prisons. Par un détenu, Paris, Jules Labitte, 1846

Joly, Henri, « Les lectures dans les prisons de la Seine », Archives de l’anthropologie criminelle, t. III, 1888

Lacenaire, Pierre-François, Mémoires [1836], Paris, éd. du Boucher, 2002

Laurent, Émile, Les Habitués des prisons de Paris, Lyon, Storck, 1890

Littré, Émile, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1872-1874, 4 vol.

Peigné, Michel-Auguste, Trois existences ou La Maison centrale, Paris, Pesron, 1837

Petit, Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990

Quatremère de Quincy, Antoine, Encyclopédie méthodique : architecture, Paris, Panckoucke, 1788-1825, 3 vol.

Raynal, Hyppolite, Sous les verrous, Paris, A. Dupont, 1836

Rey, Alain (dir.), Le Grand Robert de la langue française, Paris, Robert, 2001, 6 vol.

Sue, Eugène, Les Mystères de Paris [1842], Paris, Gallimard, 2009

Vidocq, Eugène-François, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté, jusqu’en 1827, Paris, Tenon, 1828, 2 vol.

Viollet-le-Duc, Eugène, Dictionnaire raisonné de l’architecture française, Paris, A. Morel, 1867-1870, 10 vol.


[1] Articles scientifiques d’Audrey Higelin

Claude Nicolas Ledoux et l’utopie pénitentiaire, Colloque international « Ledoux, l’Utopie, la Ville », Université de Besançon, octobre 2006. Publié dans : « Autour de Ledoux : architecture, ville et Utopie » dirigé par Gérard Chouquer et Jean-Claude Daumas, Cahiers de la MSHE Ledoux, Besançon, 2008

Le phénomène carcéral au 19e siècle : quand la « prison rêvée » des écrivains trouve ses limites dans la réalité historique ; Colloque international, Brown University, Providence, USA, mars 2009 Publication numérique :

http://www.brown.edu/Research/Equinoxes/journal/Issue%2012/eqx12_Higelin-Fuste.html

L’espace social et sa perception par l’homme : l’exemple de la prison, colloque interdisciplinaire « Repères et Espace », Université de Grenoble, France, Avril 2009, publié aux Presses Universitaires de Grenoble, Novembre 2010.

Colloques, tables rondes et séminaires :

Les débuts de la prison pénale comme peine substitutive aux châtiments corporels au XIXè siècle en France : des peines plus « humaines » ?, Colloque Celebrating France, Fitzwilliam College, Cambridge, 14-15 juillet 2011. (communication)

« Image de la prison et réalité architecturale : la photographie comme trahison de l’histoire du bâti ». Journée des doctorants du LARHRA (Lyon II), 28 mars 2011, organisée par les doctorants du laboratoire de manière collégiale, sur le thème « Image et histoire ». (communication)

« Du châtiment corporel aux débuts de l’enfermement : le « corps du supplicié » au XVIIIe siècle » ; Colloque interdisciplinaire des jeunes chercheurs en études sur les 17e et 18e siècles intitulé « Le corps dans l’histoire et l’histoire des corps », Université de Montréal, Canada, mars 2009 (Poster)

« La prison, objet d’étude au croisement des épistémologies ». Journée des doctorants de l’équipe Art, Imaginaire, Société du LARHRA (Lyon II), 15 mai 2008, organisée par le Professeur Laurent Baridon, sur le thème « Questions méthodologiques ». (communication)


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search