La douche dans la prison Bonne Nouvelle de Rouen en 1873

L’invention des douches au sein d’un établissement pénitentiaire rouennais en 1873 mérite attention. Un échange de correspondances entre le ministère de l’Intérieur, le préfet de Seine-Inférieure et le médecin-chef de la prison est une illustration des enjeux posés par la séparation des détenus qui sera l’objet de la loi de 1875 sur l’enfermement cellulaire des prévenus et des condamnés à de courtes peines. Deux ans auparavant, il est déjà question des dangers de réunir sous un même jet plusieurs détenus, de la nécessité de les séparer par des stalles, malgré une augmentation du coût du dispositif.

L’article d’Hervé Dajon issu d’une maîtrise sur le docteur Merry-Delabost présente parfaitement les débats qui accompagnèrent cette invention et les logiques sécuritaires, hygiénistes et financières de cette IIIeme République débutante qui, dans le cadre de l’enquête parlementaire menée par le vicomte d’Haussonville, découvrait les nombreux dysfonctionnements des établissements carcéraux et cherchait des moyens pour lutter contre la récidive tout en exorcisant les peurs sucitées par la Commune.

Cet article figure dans le menu des “revues associées” à Criminocorpus à la rubrique “Mémoires de la protection sociale en Normandie

(Jean-Claude Vimont)


Vous aimerez aussi...