Il y a cinquante ans, 1968 – Une embellie en mai

Affiche de l’Atelier populaire, mai 1968 – BnF / Gallica

Pour le cinquantenaire de 1968, hors de toute frénésie éditoriale, nous invitons à une plongée dans nos archives. (Tous les articles sont en accès libre.) Le Monde diplomatique

La France est un pays paralysé, les banques ne fonctionnent plus, les pompes à essence sont vides. Qu’était Mai 68 ? Une révolte étudiante contre les hiérarchies, une libération festive des mœurs, certes. Mais aussi et d’abord la plus grande grève d’ouvriers et d’employés de l’histoire de France, en écho aux grands mouvements de solidarité avec les peuples du tiers-monde, et avant tout avec le peuple vietnamien. À l’occasion du quarantième anniversaire du mouvement, Laurent Bonelli remarquait que « contrairement aux commémorations de 1988 et 1998, encore dominées par la célébration de leaders étudiants, celle de 2008 laisse une place bien plus importante aux masses d’anonymes qui ont inscrit l’événement dans l’histoire et aux raisons pour lesquelles elles l’ont fait. » Ainsi « la mémoire des millions de grévistes qui paralysèrent le pays retrouve enfin une place dans le débat. » Que reste-t-il à dire, écrire ou montrer aujourd’hui ? Pour le cinquantenaire, hors de toute frénésie éditoriale, « Le Monde diplomatique » invite à une plongée dans ses archives…

Dossier Mai 68, l’embellie (Le Monde diplomatique, avril 2018)


Vous aimerez aussi...