L’assistante sociale, nouvel acteur de la Réforme pénitentiaire après 1945

Pendant l’Occupation, la grande misère régnant dans l’espace carcéral français – encombré, partiellement occupé par des quartiers allemands, délabré par suite des bombardements – et dans des détentions où la malnutrition rendait les corps fragiles et douloureux, en proie à toutes sortes de maladies dont la tuberculose, obligea les gouvernements du Maréchal à autoriser les colis des familles et à laisser entrer dans cet univers clos les assistantes sociales de la Croix Rouge et du Secours National.

Fin juin 1945, Paul Amor, directeur de l’Administration pénitentiaire et initiateur du puissnt mouvement de réforme que l’on connaît, ordonna à ses directeurs régionaux de créer dans chaque établissemnt un service social qui serait confié à des assistantes sociales. A défaut, des officiers de l’Armée du Salut feraient office d’assistants sociaux, comme dans la prison de Saint-Martin-de-Ré où étaient regroupés les relégués que l’on n’acheminait plus en Guyane depuis 1938.

L’article de Jean-Claude Vimont présente les différentes missions de ces nouveaux acteurs de la Réforme pnitentiaire avec des exemples précis puisés dans les fonds d’archives concernant les récidivistes durant l’après-guerre. Il a été publié dans “Mémoires de la protection sociale en Normandie“, l’une des revues associées à Criminocorpus.

(J-C V)



Citer ce billet
Marc Renneville (2012, 7 février). L’assistante sociale, nouvel acteur de la Réforme pénitentiaire après 1945. Criminocorpus. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd1s

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search