Le juge de paix (Jean-Max Tixier)

Parution du livre le 6 novembre 2008 – De 1935 à 1960, à Marseille, la stupéfiante ascension d’un jeune caïd Dominique Fratelli dans l’univers des truands.

De 1935 à 1960, à Marseille, une stupéfiante plongée dans le monde du grand banditisme aux côtés de Dominique Fratelli, qui, de truand, devient celui qui règle les conflits entre caïds.

Très tôt, Dominique Fratelli est prêt à tout pour accéder au milieu de la pègre. De ses premiers pas avec son oncle, bandit d’honneur dans le maquis, à son arrivée à Marseille parmi les prostituées et les souteneurs, Dominique se taille rapidement une réputation de jeune dur… Dans la cour des caïds se mêle un monde bigarré d’hommes d’horizons différents, tous portés par la même soif de dangers et de pouvoir, tel l’Arménien René Markonian, qui connaît les quartiers nord de Marseille et leur vivier inépuisable de mauvais garçons ; tel Ange Bernardi, qui prend sous son aile Dominique. Mais émerge une génération de nouveaux truands, plus cupides, plus ambitieux et plus cruels…

Mieux que quiconque, Jean-Max Tixier – qui fut le collaborateur littéraire du commissaire Van Loc, alias « le Chinois » – raconte cet univers interlope qui fascine et fait peur. Marseille revit à travers ce roman une période pittoresque de son histoire, sans clichés, avec l’écriture passionnée d’un enfant du pays.

Crédit photo:
©Jean-Max Tixier © Monique Charles

Jean-Max Tixier est né à Marseille. Il entreprend un long et brillant parcours universitaire (en sciences et en lettres modernes) qui s’achève en 1978 par une thèse de doctorat intitulée Pour une logique poétique, sur les rapports entre la poésie et les mathématiques. Féru de littérature depuis son plus jeune âge, il s’essaie très tôt à la poésie, une passion qui ne se démentira jamais.

Parallèlement à sa carrière d’enseignant, qu’il débute en 1962, Jean-Max Tixier mène de front une prolifique activité journalistique et littéraire. Son premier recueil de poèmes, La Poussée des choses, paraît en 1967. De nombreuses publications – tous genres confondus – suivent, couronnées par de nombreux prix (entre autres les prix Louis-Guillaume et Antonin-Artaud). Jean-Max Tixier collabore à plusieurs revues littéraires, comme Encres vives, Sud, Europe.

Il devient de 1968 à 1980 secrétaire régional de l’Union des écrivains. Homme de lettres accompli, il s’essaie avec bonheur à tous les genres : poésie, roman, conte, essai, critique, nouvelles. Il se fait connaître du grand public en collaborant dès 1989 aux ouvrages du célèbre commissaire N’Guyen Van Loc, alias « le Chinois ». Mais c’est dans un registre plus personnel et plus littéraire que Jean-Max Tixier révèle l’étendue de son talent. En témoignent ses nombreux recueils de poèmes.

Fier de ses origines provençales, il aime à dire : « Ma terre, je la porte à l’infini. » Aussi est-il très heureux d’avoir reçu en 1994 le Grand Prix littéraire de Provence pour l’ensemble de son œuvre (qui compte une soixantaine d’ouvrages).

Jean-Max Tixier est décédé en 2009.

Clarisse Enaudeau – Directrice littéraire aux Presses de la Cité – Collection Terres de France

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Collection : Terres de France