L’architecture à l’épreuve des archives : les maisons d’arrêt en France (XIX-XXe siècle) . Conférence de Christian Carlier.

Nous commençons la publication et la mise en ligne des conférences filmées et prononcées à l’occasion du séminaire “sciencepeine”, inauguré dans l’université de Rouen en octobre 2010 et animé par Marc Renneville, Jean-Claude Vimont et Sophie Victorien.

Voir le séminaire

Le mercredi 29 février 2012, Christian Carlier, Directeur des services pénitentiaires est intervenu à Rouen dans le cadre du séminaire de master et de l’ANR “Sciencepeine” lors d’une séance intitulée Les hauts murs. Architecture et archives. Le lien avec le film de cette conférence est le suivant : lien avec la conférence

Christian Carlier présente dans un premier temps les prisons des bailliages et des parlements, les prisons royales, les conciergeries construites sous l’Ancien Régime, en insistant sur l’Ordonnance de 1670 et sur l’époque des ministres de Louis XVI. Les principaux traits de cet univers sont abordés :l’implantation en centre ville, l’hygiène, l’exercice de la charité, le regard “protecteur” des notables sur les “pauvres” prisonniers, la large ouverture sur l’extérieur, mais surveillance maximale des condamnés à mort et des galériens, enfouis et couverts de chaînes, la résistance des détenus perceptible dans les liasses d’archives sur les réparations entreprises dans ces conciergeries et prisons. Vers 1760-1770, on met en place des dépôts de mendicité, maisons de force où les mendiants furent astreints au travail. A Amiens, on construisit un Bicêtre ex-nihilo, avec un côté fortifié et répulsif, avec la volonté de séparer les catégories de détenus ( enfants, mendiants, fous, voleurs, prostituées) sans que l’on parvienne à cet objectif. A l’intérieur, le plus grand désordre régnait. Les dépôts de mendicité sont organisés autour du travail des individus, principalement dans l’industrie textile, et sont certainement le chaînon manquant vers les maisons centrales du XIXe siècle. La construction des prisons débute donc sous l’Ancien Régime et ceci ne doit pas être négligé.

Christian Carlier rappelle qu’il n’y eut que de rares constructions pendant la Révolution, même si les emprisonnements politiques furent nombreux et avec un taux de mortalité très élevé.

Il présente ensuite l’action de la Société royale pour l’amélioration des prisons sous la Restauration. Son action ne fut pas interrompue par l’assassinat du Duc de Berry et les projets aboutirent à la fin de la Restauration et aux débuts de la monarchie de Juillet. Les écrits se réfèrent presque toujours à John Howard. Les constructions nombreuses dans les villes de moyenne importance et sont fréquemment des palais de justice encadrés de deux quartiers ( hommes, femmes) ou des bâtiments parallèles ( comme à Metz). La volonté philanthropique d’hygiène, de christianisation, d’amélioration du sort des détenus persiste jusqu’aux débuts de la monarchie de Juillet.

A ses yeux la grande coupure a lieu sous la monarchie de Juillet. On assiste à cette croyance en la cellule qui mettrait fin à la récidive, aux épidémies, à l’homosexualité, à la contamination… Ce grand fantasme est à l’origine des projets de loi de la seconde moitié du règne, de nombreux textes et plans, de débats ridicules entre deux modèles ( Auburn qui a la faveur des pénitentiaires, Philadelphie, celle des politiques et publicistes ; avec de rares publicistes humanistes pointant l’accroissement de la souffrance chez les prisonniers comme le docteur Vingtrinier), et quelques expériences redoutables comme la Petite Roquette. La révolution de 1848 empêcha que le pire fût commis. En 1853, il n’y avait que 60 prisons cellulaires sur 396 prisons, mais on n’y mettait pas qu’un seul détenu par cellule.

Sous le Second Empire, il analyse les textes essentiels de 1853,1854, 1855 qui aboutissent à la poursuite des constructions cellulaires mais en y ajoutant des salles communes de désencombrement. C’est principalement l’objet de la circulaire de 1854. En 1855, les départements sont partiellement déchargés des dépenses comme ce sera le cas plus tard en 1893.

La IIIe République débute par la commission parlementaire d’Haussonville sur l’état des prisons. Les animateurs sont les descendants de ceux qui avaient voulu promouvoir le cellulaire sous la monarchie de Juillet. Les 8 volumes dressent un tableau de l’état déplorable des prisons. En 1875, une loi est votée introduisant le cellulaire dans les maisons d’arrêt, mais les conseil généraux vont hésiter à reconstruire, à l’exception des départements de la Marne et de la Seine. Sainte Ménehould est la première prison cellulaire construite en 1878 en application de la loi. La loi du 4 février 1893 permet de déclasser les prisons insalubres des départements et elle va conduire les conseils généraux à construire, comme dans le Nord de la France. Alfred Normand va être l’animateur de ce nouvel élan.

On peut consulter la bibliographie des principaux travaux de Christian Carlier sur Criminocorpus.

Présentation de la conférence parJean-Claude Vimont.



Citer ce billet
Marc Renneville (2012, 30 mars). L’architecture à l’épreuve des archives : les maisons d’arrêt en France (XIX-XXe siècle) . Conférence de Christian Carlier. Criminocorpus. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd2a

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search