La baronne blanche (Madeleine Mansiet-Berthaud)

Clarisse Enaudeau, directrice littéraire de la collection Terres de France aux Presses de la cité

Pendant des siècles, en Aquitaine, les Cagots ont été persécutés, traités tels des pestiférés.

Cette communauté semble porter en elle une terrible malédiction. Mais qui sont ces gens ? D’où viennent-ils ? A l’occasion de la parution du troisième tome de la saga de Madeleine Mansiet-Berthaud consacrée à ce mystère, partez sur les routes de l’exil avec le jeune et fier cagot, Guilhem. Amour, témérité et vengeance au programme de cette trilogie captivante dans la collection Trésors de France aux Presses de la Cité.Clarisse Enaudeau

 Le Gardien des sables – Une page méconnue de l … – Criminocorpus

« La Porte des maudits » : Suite du roman « Le Gardien des sables …

____________________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 3 mai 2018 – La Baronne blanche est le troisième et dernier tome de la trilogie sur les cagots d’Aquitaine après Le Gardien des sables et La Porte des maudits.

Une page méconnue de l’histoire : les cagots, frappés d’exclusion et de persécution.

 En cette année 1700, la malédiction qui pèse sur les cagots poursuit la douce Alice, condamnée à l’errance… Seule sur les route, elle trouve refuge à Bassoues chez un couple de boulangers, mais elle en sera bannie à cause de la lèpre blanche qu’elle vient de contracter. Alice suit une troupe de comédiens sur les routes, jusqu’à Pau, puis elle doit mendier pour survivre. Mais, en tenant une promesse faite à un condamné à mort, elle rencontre celui qui va changer le cours de sa vie : le baron d’Estigasse. Il lui offre l’hospitalité et du travail, puis la demande en mariage. Elle devient alors la « baronne blanche ». Mais bientôt son passé la rattrape…

Madeleine MANSIET-BERTHAUD – Crédit photo : © © Artephoto-Stéphane Olivier

Originaire de Mâcon, en Bourgogne, Madeleine Mansiet-Berthaud est férue d’écriture depuis toujours. Elle commence à écrire des poésies, des contes et des nouvelles pour plusieurs maisons d’édition. C’est une fois à la retraite qu’elle se lance dans l’écriture de romans.

Elle rencontre le succès avec sa trilogie sur les cagots d’Aquitaine (ces personnes mises à l’écart de la société, descendants présumés des lépreux), un sujet méconnu qu’elle souhaitait mettre en lumière. Madeleine Mansiet-Berthaud aime en effet réhabiliter des histoires et des personnages oubliés.

Aujourd’hui elle écrit sur des thèmes coups de coeur : un château, un voyage peuvent susciter une inspiration de roman. Elle est l’auteur de plus d’une vingtaine de romans, dont Bleu Gentiane et Les Nuits blanches de Lena, parus aux Presses de la Cité.

Lætitia Matusik – Attachée de presse – Presses de la Cité, domaine français

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

____________________________________________________________________________________________________________________

Le petit mot du Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

cagots-arreau« Réfugiés dans les montagnes des Pyrénées, les cagots ont vécu comme des parias pendant des siècles. Peuple maudit, on l’accusait de tous les maux et de porter la peste.

Ils s’appelaient cagots dans les Hautes-Pyrénées, capots en Ariège, gahetz, gafets, agotas, gaouès, ladres… ailleurs. Leur particularité ? Ou plutôt leur malédiction ? Appartenir à une race qui les excluait par la naissance de la société. Plus considérés comme des bêtes que comme des hommes, ces cagots vivaient à l’écart, dans leur cagoterie. Et cela dès 1300 jusqu’au début du XXe siècle. Où ? Dans les vallées des Nestes, des Gaves des Hautes-Pyrénées, dans le Luchonais, l’Ariège, le Bearn, le Pays basque… Sensible à ce thème de l’exclusion, Jean-Jacques Rouch, longtemps journaliste à «La Dépêche du Midi» a choisi d’aborder cette destinée méconnue et pourtant historique des cagots par la voix d’un jeune juge du parlement de Toulouse. Son roman s’intitule «Jean Le Cagot. Maudit en terre d’Oc» » –  (Sophie Vigroux – Publié le 16/09/2012 – Ces braves cagots ont été maudits pendant 800 ans- extrait de La Dépêche ).


Vous aimerez aussi...