Interférences : quand les radios pirates défiaient le monopole giscardien des ondes

Si Mai 68 a fait souffler un vent de liberté sur la société française, il a fallu attendre quelques années pour que la législation s’accorde à l’évolution des mœurs. Élu président de la république à 48 ans, en mai 1974, le fringant Valéry Giscard d’Estaing concrétise vite certaines de ses promesses électorales en direction des jeunes et des femmes. Mais dans un domaine au moins, les pesanteurs pompido-gaulliennes demeurent : celui du monopole d’État sur la radio et la télédiffusion. DansInterférences, Laurent Galandon et Jeanne Puchol racontent cette époque où des pirates montent à l’abordage de la censure gouvernementale à bord de leurs radios locales clandestines…

Pour en savoir plus lire le billet publié par CAPITAINE KOSACK MAI 03, 2018 sur le site Cases d’histoire

Capitaine Kosack : professeur d’histoire et de géographie dans un collège gascon du Lot-et-Garonne. Il apprécie la BD, glisse à l’occasion dans son enseignement quelques cases uderziennes, hergéennes ou tardiesques pour convaincre ses élèves de la légitimité du 9e art. Il aimerait tant rencontrer Gotlib…

Interférences. Laurent Galandon (scénario). Jeanne Puchol (dessin). Le Lombard. 128 pages. 17,99 €


Vous aimerez aussi...