L’Œil de Tigre

Antoine Quaresma, illustrateur de la BD L’œil du tigre, était en dédicaces

Il y a un siècle, un être mystérieux et pervers commença à distribuer dans Tulle les premières lettres anonymes, déclenchant ce qui allait devenir : 

« L’AFFAIRE DE L’ŒIL DE TIGRE»

Quatre ans furent nécessaires aux enquêteurs pour démasquer et juger l’anonymographe qui inondait Tulle de « lettres d’ordures », ainsi qu’il les nommait lui-même.

Cette histoire a servi de base au scénario du film de Henri-Georges Clouzot, LE CORBEAU, (1942).

La Cinémathèque française a choisi 2017 pour rendre un hommage national au cinéaste (né en 1907, mort en 1977).

Une authentique histoire, une étonnante bande dessinée qui vous plongera dans la Préfecture corrézienne d’après guerre et ses environs

Le 11 décembre 1947, le scénariste Louis Chavance arrive à Tulle pour y assister à la première projection du «Corbeau», le célèbre film de Georges Clouzot. N’est-ce pas cette nauséabonde et mystérieuse affaire de lettres anomymes, dont la ville fut le théâtre dans les années 20, qui lui en inspira

S’il avait su que la réalité avait pu dépasser à ce point sa propre fiction !

De révélations en rebondissements, le voilà plongé au cœur de cette ténébreuse histoire de bureaux de Préfecture, de jalousie, de cancans, de ragots. Mais qui donc peut bien se cacher sous ce pseudonyme de « L’Œil de Tigre» dont les lettres, écrites en capitales et glissées sous les portes cochères des vieux quartiers de la Barrière et du Trech, semèrent la médisance et la mort même pendant 5 ans …

Il faudra toute la sagacité du docteur Edmond Locard, célèbre criminologue de Lyon, pour démasquer le diabolique anonymographe…

Les auteurs :

Francette  Vigneron, auteure  du  scénario
Même  si  elle  est  née  à  Paris, dans  le  XIe  arrondissement  parisien, ses  racines  familiales  sont  en  Corrèze  où  elle  vit  depuis 1991.

Ex-journaliste, elle  est  passionnée  par  la  psychocriminologie  et  l’histoire  des  affaires  criminelles.

Cette  bande  dessinée  est  tirée  du  travail  qu’elle  a  consacré  à  l’affaire  des  lettres  anonymes  de  Tulle, L’Œil  de  tigre, La  vérité  sur  l’affaire  du  Corbeau  de  Tulle, (édit  Copier.Coller, 2004) dont  elle  a  exhumé  le  dossier  d’instruction, permettant  ainsi  aux  lecteurs  de  découvrir  pour  la  première  fois  la  vérité  entière  sur  cette  célèbre  affaire  qui  avait  tant  passionné  la  France  entre 1917 et 1920. Elle  participe  à  des  colloques  sur  le  thème  des  Corbeaux  et  anonymographes, et  donne  régulièrement  des  conférences  sur  le  sujet.

Elle  est  actuellement  chargée  de  la  communication  à  la  Médiathèque  intercommunale  Eric  Rohmer  à  Tulle.

Antoine  QUARESMA, dessinateur  et  coloriste vit  et  travaille  à  Brive-La-Gaillarde  où  il  est  né. Sa  passion  viscérale  pour  les  arts  graphiques  l’amène  à  occuper  pendant  huit  ans  un  poste  d’Intervenant  en  Arts  Plastiques  dans  l’enseignement  du 1er  degré. Il  suit  parallèlement  l’enseignement  de  Jacques  Gabriel  Chevalier  à  l’Académie  des  Beaux-arts  de  Brive, puis  intègre  le  Centre  National  de  la  Bande  Dessinée  et  de  L’Image  à  Angoulême  où  il  est  formé  aux  Métiers  du  Cinéma  d’Animation.

Puis  il  travaille  au  sein  de  divers  studios  de  production  de  dessins  animés  en  tant  que  Dessinateur  Lay-out (décors) et  Infographiste  Décorateur  Couleur, et  obtient  une  Licence  d’Arts  Plastiques  à  l’Ecole  Supérieure  des  Beaux-arts  de  Toulouse.

Depuis 2004, graphiste  indépendant  pour  le  secteur  du 9e  Art (Bande  Dessinée), il  collabore  avec  les  éditions : Glénat, Delcourt, Soleil, Les  Humanoïdes  Associés, en  réalisant  la  peinture  digitale  de  divers  albums.
Il  a  réalisé, en 2016, les  illustrations  de  » Les  eaux  marchandes », de  Frédéric  Pesteil, pour  Maiade  éditions.

Les éditions Maïade

 


Vous aimerez aussi...