Les nouveaux visages de la violence

A rebours de la théorie du « processus de civilisation » de Norbert Elias, François Cusset estime que nos sociétés sont toujours aux prises avec une violence aux formes renouvelées.

Dans La part d’ange en nous , le psychologue canadien Steven Pinker avance l’idée que, dans nos sociétés, la violence suivrait encore la pente d’un long déclin entamé à l’époque moderne. En cela, il prolonge les analyses formulées par Norbert Elias dans La Civilisation des mœurs, publié en Allemagne en 1939, alors même que l’Europe s’apprêtait à connaître le plus grand déchaînement de violence de son histoire. Pour cette raison parmi d’autres, cette lecture du temps a souvent été contestée. Dans Le Déchaînement du mondeFrançois Cusset va jusqu’à postuler l’idée inverse : pour l’historien des idées – connu entre autres pour French Theory La Décennie  ou plus récemment La Droitisation du monde  – l’époque actuelle ne se signalerait pas par le recul et l’atténuation de la violence, mais au contraire, par sa persistance et son développement.

A la suite des travaux de l’anthropologue Françoise Héritier, François Cusset définit la violence comme une « effraction ». Il s’empresse d’ajouter que cette définition, qui inscrit la violence dans le registre de l’événement, masque l’une de ses caractéristiques fondamentales : sa « circularité ». En conséquence, le « problème que nous pose la violence est d’abord un problème de discernement : elle n’est pas toujours où on la croit, du moins où on la dit. »…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Benjamin CARACO sur le site de Non fiction


Vous aimerez aussi...