Les Procureurs du Midi sous l’Ancien Régime (Claire Dolan)

Parution de : Claire Dolan, Les Procureurs du Midi sous l’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 288 p. ISBN 978-2-7535-1997-8.

4e de couverture

Les procureurs détiennent la « clé » du système judiciaire: en agissant à la place de leurs clients, ils leur donnent accès aux tribunaux, mais les tiennent par le fait même à distance des juges. Gardiens de la forme, ils sont les spécialistes de la procédure, sans laquelle la justice ne serait pas. Leur profession se développe à mesure que l’écrit technique envahit les tribunaux et les règles qui la concernent se précisent du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

L’ouvrage observe, pendant cette période, les procureurs de trois villes parlementaires du Midi: Aix-en-Provence, Grenoble et Toulouse. souvent abordés par les historiens, les problèmes qui se dressent en arrière-plan de cette observation – la place de l’institution judiciaire dans la ville, l’organisation de la justice et ses auxiliaires, l’office comme capital, l’accès à la profession, la régulation de la profession, la clientèle, la construction de l’identité professionnelle, le rapport à l’État dans les provinces – prennent, dans la lorgnette des procureurs, un tout autre sens. Ces hommes, dans leur quotidien, leurs ambitions, leur culture, sont affectés par un contexte qu’on saisit d’autant mieux qu’on l’observe à échelle humaine. Le Midi, à travers eux, paraît une fiction culturelle: entre les procureurs de Toulouse et ceux d’Aix-en-Provence, le décalage mérite d’être signalé.

Personnage central de ce livre, le procureur du Midi, tel un carrefour, voit converger vers lui ceux qui cherchent un point de rencontre. Au Palais comme à la ville, les portes s’ouvrent devant celui qui gagne la confiance du plus humble comme du plus riche. Bien au fait des affaires du Palais, le procureur est aussi, dans bien des cas, un homme d’affaires. Plusieurs s’inscrivent notamment de façon très active dans le système de crédit où ils usent, comme les notaires, de leur position d’intermédiaires. Alors que la pratique du métier de procureur pourrait être ennuyeuse, les activités subsidiaires qui l’accompagnent ne sont sans doute pas pour rien dans l’intérêt qu’ils prennent à défendre leur « marché » jusqu’au XVIIIe siècle.

Sommaire

La justice, la ville et le procureur

Le Palais et la ville

Le Palais des procureurs

Le procureur en représentation

Pour le meilleur et pour le pire, un professionnel de la procédure

Les effets de l’office

Les procureurs et l’état, l’office, l’hérédité et le nombre

Des Maria aux Abesson, du revenu au capital

L’office royal, capital ou crédit ?

Incursion à Grenoble, le procureur et ses clients

Les à-côtés du métier

Quel enjeu identitaire ? le discours des procureurs sur eux-mêmes

Les traces de la fonction

Une identité dissoute dans la pratique, le discours du procureur Cayron

Dans les yeux et la tête du procureur

Les communautés de procureurs, préserver un marché

L’auteur

Claire Dolan a été professeur d’histoire à l’université Laval à Québec pendant toute sa carrière. La Provence du XVIe siècle avait surtout jusqu’à maintenant fait l’objet de ses recherches. Elle a publié de nombreux articles et dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle (Québec, PUL, 2005), et est l’auteure, entre autres, d’un ouvrage sur Le notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle) (Toulouse, PUM, 1998).

Lire l’Introduction et la table des matières sur le site de l’éditeur

 


Vous aimerez aussi...