La pathologie du suicide – Pour une nouvelle histoire des enjeux médicaux et socio-politiques aux XIXe-XXe siècles

La revue Criminocorpus vient de mettre en ligne les actes de la journée d’études organisée le 13 juin 2016 à l’Institut universitaire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) à Lausanne avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et la Fondation pour l’Université de Lausanne.

« … notre journée d’étude se voulait interdisciplinaire en réunissant des chercheurs qui se sont intéressés à cette question, de près ou de loin, depuis leur lieu de spécialisation, notamment en histoire de la justice, de la criminologie et de la médecine, en études littéraires, mais aussi en sociologie. Elle visait précisément, à partir d’étude de cas, à éclairer la manière dont le suicide a été construit comme un objet relevant de la médecine, et comment cette construction a été influencée voire définie par d’autres discours non-médicaux, notamment juridique, journalistique et littéraire, moral et politique.
Le suicide constitue une modalité de fin de vie consentie qui laisse peu de place à l’indifférence des survivants … »

Lire la suite de la présentation de la journée d’étude :

Communications


Vous aimerez aussi...