Les « endormeurs », rocambolesques malfaiteurs au chloroforme

Illustration montrant une femme inhalant du chloroforme, circa 1870 – source : Bibliothèque universitaire Paris-Descartes

Au début du XXe siècle, les journaux se font l’écho de la recrudescence d’ « endormeurs » qui détroussent leur proie après l’avoir plongée dans un profond sommeil à l’aide de narcotiques en vente libre… 

Plonger sa victime dans un sommeil foudroyant, la dévaliser et déguerpir : telle était la spécialité des endormeurs, ces rocambolesques malfaiteurs qui apparaissent à la fin du XIXe siècle en France.

C’est d’abord dans les trains qu’ils commettent leurs larcins. Un voyageur isolé et le tour est presque joué : l’endormeur place violemment un mouchoir de chloroforme sur le visage de sa victime ; l’effet est presque instantané. Il n’y a plus qu’à dévaliser tranquillement sa proie devenue parfaitement inoffensive, puis à descendre l’air de rien à la station suivante.

En 1889, le chef d’une bande d’endormeurs est arrêté. La Croix décrit leur ingénieux procédé …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marina Bellot le 16 mai 2018 sur le site de Retronews.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *